Passer au contenu principal

Agent de voyages, retour vers le futur: de Cook à Pécheux

 



Les agences de voyages, tout comme les compagnies aériennes, se retrouvent en février 2021 «au fond du baril», laissées seules. L’urgence est aujourd’hui à la survie des entreprises et au souhait du maintien des compétences jusqu’à la relance. Mais comment tout de même imaginer l’avenir?

 


Motivé par sa foi, convaincu que l’alcool est une plaie sociale, Thomas Cook, le premier  « agent de voyages» de l’Histoire, lance le tourisme  organisé le 5 juillet 1841 avec 500 activistes de la tempérance par un voyage de 12 milles en train de Leicester à Loughborough en Grande-Bretagne.   Motivation sociale, transport collectif, coût accessible :  notions fondamentales du tourisme durable. Ce premier voyage est prémonitoire de l’avenir du métier au XXIe siècle, période post-COVID.

Le tourisme populaire ne prit naissance qu’après la Seconde guerre mondiale avec l’arrivée des semaines de travail de 5 jours, de semaines complètes de vacances et la montée de la richesse d’une nouvelle classe moyenne. Ici au Québec, les premiers agents de voyages s’activèrent timidement (dont Charles Paradis à Charlesbourg qui organisa son premier voyage, par autobus en 1950, pour aller voir les décombres de la ville de Rimouski, incendiée).

Pour faire cliché, un bon agent de voyage (devenu aujourd’hui «conseiller/conseillère») sait écouter les besoins de ses clients, gère efficacement sa recherche et ses dossiers électroniques et a visité lui-même les lieux recommandés à ses clients.

Et maintenant?

On le sait tous, les voyages internationaux avec le passeport sanitaire vont reprendre d’ici 1 an incluant le tourisme de masse, mais beaucoup de voyageurs auront changé, notre monde covidien ayant accéléré les transformations qui étaient jusqu’ici latentes : conscience du privilège de voyager, fragilité et décadence de la biodiversité de la planète; citoyens conscients que leur bonheur exige une « gestion» des visiteurs; modèle économique à croissance illimitée insoutenable, devenu en plus vraiment inéquitable et surtout les changements climatiques qui forceront les transformations rapides de tous les aspects de nos vies, dont le télétravail, l’agriculture locale, le transport plus collectif….

Pour l’industrie du voyage, un tourisme durable passera nécessairement par une répartition plus juste des retombées économiques des touristes, forçant ainsi le questionnement sur le coût et la pertinence des intermédiaires entre le voyageur qui paie, les emplois générés localement par la vente et surtout les retombées dans les milieux visités.

 

D’agent de voyages à agent actif du changement




Les agences de voyages ont vécu leur premier choc avec l’arrivée d’Internet, fin des années90 et la crainte de voir échapper les touristes internautes qui réservent directement les fournisseurs ou via une agence enligne (OTA). 

Mais ces craintes étaient exagérées telles que je l’avais prédit en entrevue au journaliste André Désirond à l’époque, ayant  été la patron moi-même de la première agence à mettre en ligne un site Web au Québec - 100 pages -  en 1995. Évidemment, les agences traditionnelles ont survécu, car la croissance des voyages internationaux était jusqu’en 2019 constante et elles répondaient aux attentes de certains types de clientèles.

Tourism Australia estimait il y a 15 ans, le nombre de voyageurs internationaux, ces «experience seekers» qui cherchent des voyages de sens et transformationnels au contact des populations locales, à 30 % versus les touristes à 70 %, ceux qui consomment les voyages au soleil ou dans les destinations classiques de style Vegas, Venise ou Dubaï.

Dans la période post-Covid, on verra la proportion s’inverser d’ici 10 ans. Pourquoi? Le voyageur demain voudra :

1.       Découvrir des destinations en minimisant son empreinte carbone partout dans la chaîne des fournisseurs touristiques par des choix et/ou des compensations réelles en évitant l’écoblanchiment;

2.      S’assurer que ses $$$ impactent positivement les milieux locaux visités dans le respect des résidents;

3.      Vivre des expériences réellement transformationnelles;

4.      Savoir quelles sont les destinations sécuritaires (sanitairement et physiquement parlant) dans le contexte de pauvreté augmentée et de réfugiés climatiques nombreux en plus d’avoir l’assurance d’être rapatrié en cas d’une crise soudaine.

Ce n’est pas Expedia ou Booking qui peut répondre à ces attentes. Ce n’est pas en réservant directement non plus auprès des fournisseurs, étant donné la difficulté et la complexité de qualifier les renseignements fournis.

Uniquement un agent de voyage post-COVID pourra répondre à l’appel. De conseiller technique jusqu’en 2020 à   «coach multidisciplinaire», l’agent de voyage se transformera en  véritable professionnel qualifié. Il devient agent de développement local s’assurant d’offrir des séjours bénéfiques aux milieux visités; psychologue en proposant des séjours «  de sens» selon les attentes individuelles des voyageurs; gardien de la planète en ne recommandant que des services réellement durables évitant pollution et protégeant la biodiversité; infirmier en maîtrisant les pratiques et processus sanitaires internationaux; agent de sécurité par une maîtrise en temps réel de ces enjeux pour chacune des destinations proposées aux voyageurs.

Le tourisme va rebondir, mais différemment; le tourisme de masse va revenir, mais les règles locales changeront — lire ici mon dernier texte à ce sujet — et le voyage transformé, durable rependra sa place de « service essentiel» pour les voyageurs (lire «  plaidoyer pour le tourisme »)

La pause forcée actuelle devrait inspirer les propriétaires d’agences de voyages à imaginer cette transformation prometteuse et nécessaire pour leur entreprise. Dès 2012, c’est ce qu’a entamé une agence de Montréal, Passion Terre animée par Isabelle Pécheux. D’autres comme Richard Remy des Karavaniers, Jason Lehoux d’Authentik Canada et Jean-Christophe Viard de Toundra Voyages baignent aussi dans ce nouveau tourisme depuis quelques années.

De marché de niche pour certains professionnels, le segment des voyageurs supplantera à moyen terme les touristes, ces consommateurs à outrance de biens et de services, dans le contexte des changements climatiques et de la capacité réelle de notre planète.


Jean-Michel Perron


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

  M. Arruda,   comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moi     un commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi   le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il   y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se re

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme? Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car p ersonne ne contrôle les variables de la crise  (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise. Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc,  une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre . Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée,  elle est cassée . To

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris