Passer au contenu principal

Messages

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a
Messages récents

Tourisme spatial : Ça vole pas haut !

  Quel est le point commun entre les Ostrogoths de Cancun et les touristes milliardaires de l’espace ? Hormis de circuler en altitude : l’individualisme exacerbé, l’indécence et l’immoralité.   Alors que les pays pauvres peinent à vacciner leurs populations ce qui nous garantit à vie le COVID permanent ; alors que l’écart de richesse entre les pauvres et les riches s’élargit (1 % des plus riches possèdent 2 fois plus que 6,9 milliards d'humains dont 725 millions vivent dans l’extrême pauvreté ), alors que les changements climatiques affectent toute l’humanité et on a encore rien vu ; le tourisme spatial à 450 000 $ UD du billet équivaut en GES, pour un seul lancement de fusée, à 395 vols transatlantiques (CO2) et ce n’est que le début du tourisme spatial ! Je comprends que notre planète de la fosse des Marianne à 11 000 m de profond à l’Everest à 8 849 m et du pôle Nord à l’Antarctique est maintenant explorée de partout, mais avant de s’aventurer dans l’espace, les milliards

Jean Bédard : visionnaire et homme de conviction, pionnier du tourisme durable

Crédit-photo: Nicolas Gagnon «  Quand on a débuté en tourisme, je ne savais pas ce qu’était une ATR   » me lance candidement Jean Bédard, lui qui a commencé sa carrière de biologiste dans le Nord. Son expérience de vie et ses convictions environnementalistes le placent dans une classe à part. Il a, entre autres, permis de sauver la vallée de la Jacques-Cartier au nord de Québec en faisant dérailler un projet de barrage d’Hydro-Québec en 1973 à une époque où le mot «  écologie » ne voulait rien dire au Québec… Ce passionné de 83 ans des oiseaux et du Saint-Laurent a su créer dès 1990 à l’île aux Lièvres face à Rivière-du-Loup un site touristique plus dépaysant, authentique et durable que bien de destinations plus isolées de notre planète. Il a surtout réussi un troc original entre l’Homme et la nature  : la société Duvetnor protège les espèces maritimes dont le canard Eider, en échange de son duvet dont le prix varie de 1500 $ à 2000 $ du kilo. Il faut savoir qu’il est dans la tradi

17 millions de chevaux

  Tramway traîneau sur la rue Sainte-Catherine, Montréal (vers 1877). Source : STM Le GIEC,  le collectif de scientifiques supportés par la majorité des pays de la planète nous alertait la semaine dernière encore une fois sur la catastrophe annoncée et provoquée par les changements climatiques : d’ici 10 ans on atteindra + .5C par rapport à 2014. L’Accord de Paris de 2015, visait +1,5 C en 2100 par rapport au début de l’industrialisation (1730). On se dirige plus vers le +4c en 2100….Bref, la pandémie, c’est de la p’tite bière par rapport aux impacts climatiques. Les impacts sur notre tourisme se font déjà sentir. Post-COVID apportera un nouveau tourisme .  Les changements climatiques, peut importe ce que l’on fait à partir de maintenant, apporteront avant 10 ans, un tourisme totalement différent . Les événements extrêmes vont se multiplier et l’atteinte de points de bascules devient probable : déstabilisation de l’Antarctique, courant du Gulf Stream affaiblit ou même disparu, fonte de

Train à Grande Fréquence de Via Rail : un excellent projet pour les années '50….1950 bien entendu !

                   Source : Radio-Canada/Google Earth L’avenir de notre tourisme au Québec passe par un réseau intermodal de transports publics écologiques. Et bien avec cette première grande annonce d’infrastructures du TGF, on est mal parti   ! L’annonce du 6 juillet dernier par le gouvernement fédéral d’un projet de corridor entre Québec et Toronto pour 2030 au coût prévu «  entre 6 G$ et 12 G$   » comporte de bonnes nouvelles : enfin un rail dédié aux transports de passagers (!!!) et il sera à 90 % électrique. Mais il y a une odeur certaine de politique dans cette annonce, car où se situe la logique   ? Il s’agit d’un projet sociétal majeur qui comporte de graves lacunes : 1.        On ne gagnera que de 25 à 30 minutes sur le trajet Québec-Montréal, nos deux grands pôles touristiques qui se fait actuellement en 3h24 minutes et uniquement de 40 à 60 minutes de réduction sur le 5 h 30 actuel entre Montréal et Toronto. Ce n’est pas ça rendre plus accessible une destination   ! Bre

Vers un tourisme durable au Québec ? Inspirations parisiennes

  Avance-t-on comme on devrait le faire pour réussir notre nouveau tourisme, principalement axé sur la décarbonisation de celui-ci   ? Non, mais ça bouge… Tourisme Québec a publié ce printemps son plan d’action en tourisme responsable et durable, l’organisation Tourisme durable Québec (TDQ) a vu le jour et regroupe maintenant les leaders privés et institutionnels de notre industrie tout en déployant progressivement ses services. Les ATR/ATS avec l’Alliance de l’Industrie touristique poursuivent la réflexion dans ce sens. La sortie de crise des PME touristiques à l’ère COVID-19, surtout en milieu urbain et la nécessaire relance qui prendra au moins 2 ans , canalisent toutes les énergies de ces entreprises. Malgré cela, notre défi collectif consiste à accélérer le tempo, car passer de 51 milliards de tonnes annuellement de gaz à effets de serre (GES) que nous émettons sur la planète à zéro au plus tard en 2050 représente un défi colossal pour tous les pays. Sans cette atteinte, l

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées