Passer au contenu principal

Messages

Affichage des messages du mai, 2020

Tourisme inexpérientiel au Québec

L’Australie au début des années 2000 a été la 1ère destination à miser sur un tourisme significatif, d’échanges avec les gens de la place, d’apprentissage… Les «  Down under » estimaient, avec raison, qu’il y avait 40%, dans ces années-là, parmi les touristes de notre planète qui  étaient des «  experience seekers » . Je traduisais alors par «  voyageurs » en opposition à un banal «  touriste »,  qui lui s’inscrit plus dans le tourisme de masse, le «  Sodome et  Gomorrhe » de notre industrie contemporaine.Aujourd’hui, il s’agit d’un courant de fonds de vouloir «  vivre » profondément ses voyages. Or, en 2020, COVID-19 est là et met à mal non seulement des millions de travailleurs en tourisme et ses entreprises mais vient en plus dénaturer l’essence même du voyage expérientiel. Je croyais que l’été 2020 serait une occasion en or pour les Québécois de découvrir nos magnifiques régions ce qui aurait des retombées à long terme mais malheureusement, ce qu’on offre à nos concitoyens, c’est …

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

M. Arruda, comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moiun commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se referme en septembr…

Prophétie !

Le 27 février 2017, dans un article (voir ICI) que je publiais dans TourismExpress, je faisais référence au risque d’une pandémie mondiale qui viendrait frapper la planète et le tourisme. Comme je l’écrivais, les bouleversements sont sources de stress, de détresse et….d’opportunités pour qui sait les saisir. A partir de maintenant chers confrères et chères consœurs, vivez le changement avec de nouvelles lunettes et saisissez les occasions pour faire mieux et différent. Avec mon entreprise, Amishk Aventures Amérindiennes dans Lanaudière, c’est exactement là où j’en suis…Comment survivre et quoi faire ensuite de mieux. En attendant la vraie crise existentielle à venir qu’on va tous connaître : les changements climatiques.

« Régions bashing »

Le tourisme rassemble et rapproche les gens, il ne divise pas.Alors rabrouons les allumeurs et allumeuses de faux conflits qu’ils soient de Montréal ou de nos régions. Certains journalistes et chroniqueurs laissent entendre que les gens des régions haïssent et détestent Montréal. Rien de moins.Et l'une d'entre elles incite même au boycottage des régions. Si le secteur «  hors-contrôle » de COVID  était actuellement Drummondville et bien ce serait Drummondville qu’une partie de la population des régions du Québec ne voudrait pas recevoir à court terme. Peut-on respecter cette crainte ?Il n’y a rien de personnel contre Montréal….c’est un faux débatet des préjugés que certaines personnes veulent entretenir. Moi-même dans une région, je ne connais personne au Québec qui déteste Montréal…(sauf quelques nostalgiques des Nordiques)Ceci étant dit, une des solutions pour redémarrer le tourisme des régions en respectant la santé publique dans les prochaines semaines, c’est comme je l’éc…

Secteur Tourisme : survivre par les bulles, pas par les quarantaines

Rayon de 100km autour de Montréal

Étant donné que :Le tourisme est le secteur de l’économie le plus durement touché par la pandémie.Le tourisme d’agrément intra-Québec est très saisonnier. Avec le retour aux écoles fin août/début septembre, il diminue massivement. Nous ne sommes pas dans l’alimentation ou la construction. Le Montréal métropolitain demeure problématique face à la pandémie contrairement à tout le reste du Québec et du Canada et fait peur aux régions plus éloignées du Québec, au Nouveau-Brunswick qui souhaite garder fermé ses frontières et  en Ontario tandis que les régions limitrophes (Laurentides, Lanaudière, etc.)  semblent plus facilement accepter « le risque montréalais ».Si le tourisme n’est pas remis en marche pour le 1 juillet prochain au plus tard, le scénario du pire tel que présenté par Destination Canada (58% de baisse par rapport à 2019) risque de se concrétiser pour le Québec mettant à mal pour plusieurs années notre secteur.Dans de nombreuses zones à traver…

Jasons ensemble de tourisme !

J’écris en tourisme sporadiquement depuis 2007. Pour dénoncer des faits critiquables et suggérer des pistes de solutions afin que le secteur du tourisme au Québec soit performant, équitable et durable.  J’ai perdu de multiples mandats à titre de consultant de la part d’organisations que mes écrits ont offusqués. Je ne m’en excuse pas. Et maintenant en 2020, à 61 ans, après 46 ans en tourisme, je vais tout faire pour contribuer à ce que le tourisme fasse partie de la solution face aux changements climatiques et non pas perpétue son emprunte négative majeure. Tout ceux et celles qui voudrez poursuivre notre tourisme sur les mêmes bases qu’avant COVID, me trouverez sur votre chemin.  Nous - et nos enfants-  pouvons tous bien vivre d’un nouveau tourisme alors cessons dès maintenant de vouloir toujours plus gros, plus grand, plus nombreux, plus forts, plus loin.  La solution est dans l’autrement.  Le Québec peut et doit penser son tourisme autrement.Je ne suis pas un «  écolo  » , je suis …