Passer au contenu principal

TOURTE VOYAGEUSE ?


La Tourte Voyageuse...

On appelait la tourte aussi « pigeon migrateur » ou « colombe voyageuse  »(Ectopistes migratorius). Elle est une espèce d'oiseaux, aujourd'hui éteinte. Il y avait entre 3 et 5 milliards d’individus quand les Européens ont mis le pied en Amérique du Nord. Au Kentucky, en 1813, le naturaliste et peintre d’origine française John James Audubon a raconté que les volées se succédaient des jours durant et obscurcissaient le ciel « comme une éclipse ». Une seule d’entre elles comptait 115 millions d’oiseaux, avait-il estimé. Leur vol bruyant rendait impossible toute conversation.

Prisée pour sa chair, semblable à la tourterelle triste mais plus grosse et plus colorée, la tourte voyageuse passait l’hiver dans le sud des États-Unis et l’été dans le sud du Canada, de la Saskatchewan à Terre-Neuve. Elle nichait surtout autour des Grands Lacs, mais aussi au Québec, jusqu’au lac Témiscamingue. Souvent considérée comme une calamité par les agriculteurs québécois, elle fut même « excommuniée » à plusieurs reprises par le clergé. D’ailleurs, dès le début des années 1800, la population semblait moins nombreuse. Mais c’est 50 ans plus tard, avec le début de la chasse commerciale, que le coup fatal allait être porté. Environ 5000 chasseurs professionnels traquaient alors l’oiseau toute l’année avec tous les engins à leur portée, surtout les filets. Ils pouvaient en capturer 1000, 2000, voire jusqu’à 5000 en une journée. Des centaines de milliers d’oiseaux étaient livrés vivants pour des compétitions de tir. Des millions de carcasses étaient acheminées par train dans les grandes villes. Un chasseur a vendu à lui seul 3 millions d’oiseaux en un an.

En 40 ans, l’espèce a été décimée. La dernière tourte sauvage aurait été abattue en 1900, mais certaines sources indiquent qu’un spécimen aurait aussi été tué à Québec en 1907. Si la chasse commerciale a détruit des centaines de millions de tourtes, plusieurs autres facteurs ont aussi contribué à la disparition de l’espèce. La déforestation massive, à des fins agricoles ou pour la construction urbaine, a eu un impact majeur. Non seulement les aires de nidification de l’oiseau ont été éliminées, mais aussi son habitat naturel et ses sources de nourriture – glands, faînes, fruits, etc. Le zoologiste Albert Hazen Wright signala en 1914 que la toute dernière représentante de l'espèce, une femelle baptisée Martha, était morte dans sa cage au zoo de Cincinnati dans l'Ohio le 1er septembre de la même année. Six spécimens ayant été naturalisés avant l'extinction de l'espèce, on retrouve un de ces spécimens dans une vitrine au Cégep régional de Lanaudière à Joliette tout près d’où je rédige ce blogue.

__________________________________

Sources :  La Presse, Pierre Gingras  & Wikipedia.

Photo de gauche :   Dessin de 1920 d'une tourte voyageuse.(Wikipedia)

Photo de droite : «  Tableau de chasse » , anonyme. http://www.space-news.be/2014/271014a.html

 

 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées 

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .