Passer au contenu principal

TOURTE VOYAGEUSE ?


La Tourte Voyageuse...

On appelait la tourte aussi « pigeon migrateur » ou « colombe voyageuse  »(Ectopistes migratorius). Elle est une espèce d'oiseaux, aujourd'hui éteinte. Il y avait entre 3 et 5 milliards d’individus quand les Européens ont mis le pied en Amérique du Nord. Au Kentucky, en 1813, le naturaliste et peintre d’origine française John James Audubon a raconté que les volées se succédaient des jours durant et obscurcissaient le ciel « comme une éclipse ». Une seule d’entre elles comptait 115 millions d’oiseaux, avait-il estimé. Leur vol bruyant rendait impossible toute conversation.

Prisée pour sa chair, semblable à la tourterelle triste mais plus grosse et plus colorée, la tourte voyageuse passait l’hiver dans le sud des États-Unis et l’été dans le sud du Canada, de la Saskatchewan à Terre-Neuve. Elle nichait surtout autour des Grands Lacs, mais aussi au Québec, jusqu’au lac Témiscamingue. Souvent considérée comme une calamité par les agriculteurs québécois, elle fut même « excommuniée » à plusieurs reprises par le clergé. D’ailleurs, dès le début des années 1800, la population semblait moins nombreuse. Mais c’est 50 ans plus tard, avec le début de la chasse commerciale, que le coup fatal allait être porté. Environ 5000 chasseurs professionnels traquaient alors l’oiseau toute l’année avec tous les engins à leur portée, surtout les filets. Ils pouvaient en capturer 1000, 2000, voire jusqu’à 5000 en une journée. Des centaines de milliers d’oiseaux étaient livrés vivants pour des compétitions de tir. Des millions de carcasses étaient acheminées par train dans les grandes villes. Un chasseur a vendu à lui seul 3 millions d’oiseaux en un an.

En 40 ans, l’espèce a été décimée. La dernière tourte sauvage aurait été abattue en 1900, mais certaines sources indiquent qu’un spécimen aurait aussi été tué à Québec en 1907. Si la chasse commerciale a détruit des centaines de millions de tourtes, plusieurs autres facteurs ont aussi contribué à la disparition de l’espèce. La déforestation massive, à des fins agricoles ou pour la construction urbaine, a eu un impact majeur. Non seulement les aires de nidification de l’oiseau ont été éliminées, mais aussi son habitat naturel et ses sources de nourriture – glands, faînes, fruits, etc. Le zoologiste Albert Hazen Wright signala en 1914 que la toute dernière représentante de l'espèce, une femelle baptisée Martha, était morte dans sa cage au zoo de Cincinnati dans l'Ohio le 1er septembre de la même année. Six spécimens ayant été naturalisés avant l'extinction de l'espèce, on retrouve un de ces spécimens dans une vitrine au Cégep régional de Lanaudière à Joliette tout près d’où je rédige ce blogue.

__________________________________

Sources :  La Presse, Pierre Gingras  & Wikipedia.

Photo de gauche :   Dessin de 1920 d'une tourte voyageuse.(Wikipedia)

Photo de droite : «  Tableau de chasse » , anonyme. http://www.space-news.be/2014/271014a.html

 

 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

M. Arruda, comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moiun commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se referme en septembr…

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme?Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car personne ne contrôle les variables de la crise (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise.Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc, une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre.Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée, elle est cassée. Tous en co…

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale? Dans la partie II de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans la partie III, de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir – entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le tourisme. Comme l’ont affirmé à travers l’histoire de l’humanité plusieurs maîtres à penser, dont Socrate, Jésus et…