Passer au contenu principal

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

 


    « Malama Hawaii Experience » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts. 

Certains rêvent pour échapper à la réalité, d’autres rêvent de changer la réalité    -  Soichiro Honda

 Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %), d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID !

 Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette « parenthèse » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement à la hausse des visiteurs et à la profitabilité de nos entreprises. Ça allait tellement bien qu’il nous manquait cruellement d’employés… Et gavées en plus de touristes d’affaires et d’événements, Montréal et Québec raflaient la grande part du gâteau glacé. Triste revirement de situation en 2020 pour nos deux pôles alors que les régions s’en sont tirées plutôt bien.

Juste une  simple « parenthèse » le virus COVID, pense-t-on ? Jamais de la vie ! Les réflexions provoquées par cet arrêt forcé nous font prendre conscience que la vie est fragile et précieuse. Que notre qualité de vie ne peut se baser uniquement sur la croissance et les profits. Que le modèle économique actuel d’une mondialisation sans limites n’aura bientôt plus assez de notre planète pour la soutenir. Que nous détruisons la Nature et que la sixième extinction de masse est enclenchée aux dires des spécialistes, la première provoquée par l’Humain.  Point à la ligne. Et le secteur touristique ? Nous avons notre part de responsabilité afin d’initier ou à tout le moins soutenir le changement. En commençant par s’inspirer par ce qui se passe dans cet archipel du Pacifique…

Hawaï, ce 50e état américain[1] :

·       Premier état américain au printemps 2020 à demander aux touristes de ne pas venir les visiter et à exiger une quarantaine à l’arrivée ;

·       Un des taux de chômage actuellement le plus élevé des États-Unis : 10 % malgré la levée de la quarantaine obligatoire remplacée par un test COVID requis avant le départ des touristes qui n’a pas permis pour autant un retour à la normale du tourisme, principale industrie ;

·       L’impact économique du tourisme en 2019 était le même qu’en 1989, mais avec plusieurs millions de visiteurs supplémentaires ;

·       Nouveau plan stratégique 2020-2025 en tourisme s’appuyant sur 4 « forces », mais surtout basé sur l’écoute et le respect de leurs citoyens :

1.       La Nature et les lieux culturels pour le bénéfice premier de nos citoyens

2.       La culture autochtone Hawaienne

3.       Nos citoyens bénéficient réellement du tourisme

4.       Une mise en marché qui traduit cette approche « terrain »

 

·       La première mesure de performance de l’industrie touristique n’est plus la croissance des recettes et du nombre de visiteurs, MAIS la satisfaction des citoyens ! L’Hawaii Tourism Authority (HTA) poursuit encore aujourd’hui ses consultations et ses sondages auprès des citoyens et des entreprises touristiques sur chacune des principales îles — Kauai, Maui Nui, Hawaï et Oahu. Un élément sur lequel tout le monde est d’accord, qu’ils soient protourisme ou non : la nécessité pour chacune des communautés d’assumer la responsabilité de la restauration et de la préservation de la nature et de la culture de l’archipel pour les générations à venir. C’est ce sur quoi la nouvelle campagne touristique d’Hawaï s’appuie : le concept ancestral autochtone de « Malama » qui signifie « nourrir » et s’aligne ainsi sur le principe du tourisme régénérateur.

·       68 hôtels et entreprises touristiques font jusqu’à présent partie de la campagne Malama Hawaii, ainsi que de nombreuses organisations bénévoles et Alaska Airlines. Il s’agit essentiellement d’une offre pour les visiteurs et les résidents de « faire un voyage qui redonne à Hawaï » et de « voyager plus intensément et plus lentement » en s’inscrivant à une activité d’apprentissage sur l’écotourisme et le bénévolat, tout en bénéficiant d’avantages pour le faire.

·       La technologie sera requise pour assurer un meilleur contrôle des visiteurs afin d’éviter le surtourisme dans certains lieux. Un excellent article hawaïen à ce sujet fut publié au printemps 2020.

·       Si Hawaï souhaite ne pas relancer son tourisme avec autant de visiteurs, les visiteurs qui laissent un maximum de dollars devraient alors être ciblés. « Vous devez vous recentrer sur le mélange des types de visiteurs… qui sont les visiteurs les plus dépensiers, qui sont les visiteurs qui ont le plus d’impact économique et le moins d’impacts négatifs sur le lieu ? », a déclaré à Skift Frank Haas, président de Marketing Management, une société de conseil en marketing spécialisée dans les voyages et l’hospitalité et doyen de l’hôtellerie au Kapi’olani Community College.

J’entends déjà  certains dire que le Québec ne peut se comparer avec Hawaï.  Pas la même réalité. Oui l’enjeu du surtourisme y est plus présent (voir mon calcul de ratio), oui au Québec on a plus d’espace, mais en même temps, nos visiteurs de l’extérieur viennent nous visiter surtout durant 6 mois tandis qu’à Hawaï c’est réparti sur l’année entière….

·       Ratio population/touristes de l’extérieur

o   Québec : 8,8 M[2] touristes versus 8,3 M résidents = 1,06

o   Hawaï : 10,4 M touristes versus 1,4 M résidents=    7,43

·       Dimension du territoire

o   Québec : 556 000 km carrés[3] (le 1/3 du Québec qui reçoit un minimum de touristes)

o   Hawaï : 28 311 km carrés

·       Saisonnalité : Hawaï est une destination qui opère 12 mois par année tandis que les touristes provenant du hors Québec séjournent ici en grande majorité entre mai et octobre, répartis sur 6 mois.

 

   Sentier le Grand Tour, Parc National du Bic. Crédit photo : Geneviève Turner.

 

Pour moi cette réalité hawaïenne, leurs actuelles réflexions et nouvelles stratégies durables, est la même que ce qu’a vécu la Gaspésie l’été passé ou ce que subissent les résidents du Vieux-Québec depuis des décennies. L’inspiration à aller chercher dans les eaux bleues et plastiques du Pacifique doit venir du fait que le tourisme durable s’encre au départ dans le milieu, au bénéfice des citoyens et des régions et qu’il faut changer nos mesures de performance. Toujours plus de visiteurs, plus de recettes touristiques, plus de gros aéroports….ce n’est pas ce qui va nous rendre plus heureux et surtout pas plus respectueux de l’environnement. Entre nous, la croissance en volumes est  probablement inévitable mais elle doit devenir à tout le moins responsable et réellement carbone neutre.

Nous aurons ensemble dans les prochains mois et dans les années à venir, à définir la ligne de «  capacité de support » de nos milieux naturels, urbains et campagnards. Atteindre cet équilibre des écosystèmes doit faire partie de nos stratégies touristiques québécoises.

La valeur hawaïenne du «  kuleana » (responsabilité) doit nous guider à l’avenir. Responsabilité individuelle et responsabilité en tant qu’acteur du tourisme.

 

Jean-Michel Perron



[1] Pour l’Histoire : il devint un état en 1959 sans l’accord du peuple hawaïen. Avec l’Apology Resolution du 23 novembre 1993, le Congrès américain souligne ainsi ce point en reconnaissant que le peuple hawaïen n’avait jamais renoncé à sa souveraineté au profit des États-Unis. En droit international, le statut d’Hawaï est donc non légal, ni valide. Lors de la candidature de Barak Obama, lui qui est né à Hawaï, c’est sur ce fait qu’on l’accusa de ne pas être né aux États-Unis, donc qu’il ne pouvait prétendre devenir président !

[2] Touristes en provenance du hors-Québec incluant le ROC. Source : Tourisme Québec, 2017.

[3] Tout le nord du Québec possède un potentiel immense en développement touristique, mais la réalité en volume de touristes d’agrément est infime faute d’accessibilité, de capacité d’accueil et de développement de l’offre touristique.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’