Passer au contenu principal

Plaidoyer pour le tourisme

 


La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur.

Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel. Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.  COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence.

D’un autre côté, convenez que le tourisme et la culture sont les bases de ce qui rends l’Humain, humain. C’est-à-dire d’avoir la capacité de s’élever au-delà des besoins essentiels du quotidien et de donner un sens à la vie par le bonheur de découvertes et de cheminements physiques, émotionnels et/ou spirituels.  Ces découvertes et ces cheminements sont provoqués, entre autres,  par les arts dans le confort de son foyer ou dans sa ville et aussi par d’autres réalités, d’autres personnes rencontrées lors d’un voyage. Le tourisme devient ainsi essentiel pour s‘accomplir et fournir une autre dimension à l’activité humaine. Il le sera encore plus après COVID car l’appel de la nature - alors que nous sommes plus urbains que "régionaux" vivant en milieu naturel - constitue un aimant puissant dans le contexte paradoxal d’une chute dramatique de notre biodiversité. Certes, certains et certaines d’entre nous pourrions potentiellement atteindre la pleine conscience et le bonheur sur terre par l’accès à un état spirituel élevé sans sortir de sa demeure. Mais pour la très grande majorité, le stimuli  externe provoqué par le voyage et suscitant l’émotion, demeure un prérequis à notre évolution et à notre bonheur personnel et collectif en faisant prendre conscience que nous sommes tous sur la même petite planète, partageant les mêmes ressources et s’impactant les uns envers les autres.

Le tourisme enrichit également notre Humanité car :

·   1. Plus tu découvres les espaces naturels, plus tu veux les protéger (alors que le voyage engendre par lui-même des impacts négatifs sur l’environnement, ce qui exige d’être compensé dans l’avenir). Voyager permet de nous conscientiser à se responsabiliser tous les jours chez soi envers la planète et la crise climatique. Prochainement, le tourisme contribuera encore plus à augmenter la protection de zones naturelles au Québec et dans le monde;

·   2. Plus tu voyages, moins tu as de préjugés envers les autres. Le voyage élargi tes manières de penser et de voir le monde. Il est la Paix;

·    3. Un emploi sur 12 sur la planète est en tourisme dont une majorité de femmes. Voyager permet de combattre les inégalités entre le Nord et le Sud mais également dans les sociétés;

·    4. Il donne une plus grande autonomie à des régions et à des communautés  qui autrement feraient face à l’exode vers la ville;

·    5. Il maximise l’innovation technologique permettant  un monde plus fluide et accessible;

·     6. Le tourisme encourage la protection des cultures millénaires  - dont celles des peuples autochtones - car il se nourrit des différences qui enrichissent les expériences du voyage.

Le voyage survivra à l’actuelle crise sanitaire car il est essentiel à l’accomplissement humain. Sa transformation en regard de cette crise et surtout de la crise climatique est impératif. Souhaitons que le voyage soit reconnu pour ce qu’il est vraiment : un fertilisant de la vie sur Terre comme le vent polinisateur qui dissémine les graines. Tout comme pour la culture et les arts, notre société doit choisir, au-delà de la santé et de l’éducation, de protéger ses acquis qui font de nous qui nous sommes et qui nous pouvons devenir. 


Jean-Michel Perron

 

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan