Passer au contenu principal

Frontières

 



En plus de la «  résilience », attitude nécessaire pour les 30 prochaines années, je vous propose le thème des «  frontières ».

Frontières physiques avec ses douanes pour les touristes, mais absence de frontières pour les variants de COVID qui vont poursuivre leurs mutations parce que les « Big pharma «  qui veulent encaisser les milliards de dollars, ne veulent pas rendre accessibles leurs vaccins aux pays pauvres. Absence de frontières pour les gros producteurs de gaz à effets de serre comme la Chine qui continue de construiredes centrales au charbon principalement pour produire son électricité dont la demande va bondir de 21 % dans les prochaines années ! Abolition de la frontière de la supériorité humaine envers les autres êtres vivants. L’Homme, on le sait depuis longtemps, n’est pas le centre de l’univers ; là on acceptera sous peu qu’il ne soit pas non plus le centre de la biodiversité même s’il la détruit à vitesse «  grand V’…. 

Nous vivons sur une seule et même planète : on ne pourra contrôler ainsi COVID ou atténuer les changements climatiques uniquement dans la moitié des pays, sinon ça nous condamne de toute manière. Il faut penser «  planète’ tout en faisant nous-mêmes la transition si urgente vers le durable, Or, la tendance est plutôt au chacun pour soi actuellement. Regardez les Américains (même avec Biden), les Chinois, les Russes : il faut préserver en priorité nos économies nationales, nos vaccins, nos métaux précieux…

Le tourisme et son nomadisme, générateur de contacts humains qui nous permet d’évoluer personnellement, de briser justement les frontières entre les gens, navigue actuellement sur la mer de tous les dangers. Je sais, la priorité, c’est de survivre comme PME, comme organisation touristique. Soyons tout de même conscients des enjeux réels pour notre avenir. Je croyais que COVID accélérerait la prise de conscience de l’urgence climatique, des pertes de biodiversité et des pollutions, mais la gravité de la situation covidienne actuelle fait que pour une majorité d’entrepreneurs.res, c’est relégué à demain. Moins d’une entreprise québécoise sur vingt entend investir cette année dans l’amélioration de son bilan énergétique ! Or, avec l’actuelle hausse anticipée de 3C minimum des températures pour 2100 (alors que l’Accord de Paris dictait un +2c maximum), COVID sera perçu comme de la «  p’tite bière’ par rapport à la mère de toutes les crises.

Mais, ne nous trompons pas, des changements positifs profonds s’opèrent actuellement, certaines autres frontières disparaissent :

1.       La reconnaissance de la valeur des ‘services écosystémiques’ qui fait que les entreprises puisant dans les ressources naturelles sans en payer le juste prix se verront forcées de considérer tous les coûts réels de leurs prélèvements ;

2.       Une première au Canada et la 3e au monde : une rivière acquiert sa propre personnalité juridique comme un Humain… le 16 février dernier, la MRC de Minganie et le Conseil des Innus d’Ekuanitshit ont adopté des résolutions distinctes, mais similaires accordant à la rivière Magpie neuf droits juridiques, dont le droit de couler, de maintenir sa biodiversité naturelle et d’intenter une action en justice.

3.       La majorité de grandes entreprises adoptent systématiquement une approche de développement durable (la base étant les 3 P : People, Planet… Profit) et l’économie circulaire deviendra la norme d’ici quelques années : au lieu du modèle linéaire du «  je prends des ressources naturelles, je les transforme/les vends et les consommateurs les jettent après usage ; c’est comment systématiquement réutiliser, réparer, partager ou réintégrer dans les chaines d’approvisionnement.

4.       Les compétences doivent devenir transversales à travers divers secteurs économiques. Le tourisme doit s’éclater et participer aux grandes réflexions actuelles. Ainsi, voyager c’est évidemment beaucoup du transport. Les enjeux urbains et interurbains de la mobilité doivent tenir compte de tous les usages. Même chose pour nos forêts,  l’industrie forestière doit accepter de partager sa «  priorité d’usager’ sur notre territoire avec les pourvoiries, les activités de tourisme d’aventures, les Premières Nations et les exploitations alternatives telles que les acéricultures et la protection naturelle systématique.

Il faut individuellement et dans son entreprise/organisation touristique participer à ces transformations. Il faut réduire nos niveaux de consommations et celles de nos clients, nos façons d’utiliser nos équipements, nos sources énergies, nos matériaux. Moins polluer. Mieux respecter les environnements naturels et humains visités. Heureusement qu’en tourisme au Québec, il y a des leaders et des travailleurs de moins de 35 ans, ce sont eux tout comme les voyageurs de ces générations qui vont accélérer le tempo de la transition, car je constate que mes confrères et consœurs Baby-Boomers et de la génération X continuent de vivre comme si après COVID, tout redeviendra comme avant… Ils voient le tourisme durable comme on voyait en 2000 l’importance des médias sociaux en marketing touristique : il faut s’y intéresser, mais on verra «  ce que ça donne’ ! 

Surtout il nous faut de nouvelles technologies basées sur l’Internet des objets, des outils de diagnostics et d’indicateurs accessibles et conviviaux pour toutes les PMEs permettant leur intégration dans l’économie circulaire et des fonds financiers adaptés à nos réalités pour réussir cette transition du tourisme durable.

C’est précisément ce type de réflexions transversales que le nouvel OBNL Tourisme durable Québec lancé officiellement le 13 avril, vous convie : comment ensemble, dans l’action, réussir sa transition d’entreprises et d’organisations en s’assurant d’avoir les bons renseignements, les meilleurs outils et en célébrant les meilleures pratiques durables d’ici et d’ailleurs. D’ailleurs, plusieurs bénévoles dans l’organisation proviennent d’universités (UQAM, UQAC, UdeSherbrooke), d’organismes durables (CQDD, FAQDD) et même du milieu artistique — Sébastien Lacombe — dont voici la chanson officielle de l’organisation.


Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’