Passer au contenu principal

Projet Océania de Beloeil : projet touristique ou résidentiel & commercial ?

 



Le gouvernement du Québec annonçait le 18 septembre dernier un investissement de fonds publics de 9 millions de dollars dont 5 millions$ directement d’un fonds touristique incluant 2$M en subvention non-remboursable. 

Océania ce sera une piscine à vagues;  une piscine récréative avec une section de bassins à jets;  un espace pour enfants avec jeux d'eau; un bassin de surf;  sept glissades et  une tyrolienne.  

Il servira à soutenir des promoteurs immobiliers.  Ce parc aquatique et la valeur touristique qu’on veut y accoler, c’est l’appât, l’apéro. 


Voici pourquoi ça ne fait pas de sens d’investir des fonds publics touristiques:

 1.      Crise sanitaire : Nos entreprises existantes doivent jongler avec un avenir incertain et maintenant le gouvernement appuie la création d’un projet qui viendra leur faire directement compétition. A 54km de Beloeil se trouve l’Amazoo de Granby ; à 79km, l’aquaparc du Parc Safari 

Nos fonds publics doivent servir dans le contexte des 3 crises (sanitaire, économique et climatique) à soutenir les entreprises actuelles, à les transformer écologiquement ou à créer un projet vraiment innovateur et structurant. Pas à leur faire compétition. Ça ne fera que diminuer les portions de la même tarte !

  2.     Océania : un projet touristique ? Aucune valeur ajoutée à notre offre touristique québécoise. Je n’ai pas vu leur étude de marché en tourisme, mais ce qui est certain, c’est que la clientèle hors-Québec ne sera pas leur clientèle. Des parcs aquatiques, ce n’est pas ce que recherchent les clientèles internationales au Canada…Donc, ça n’apporte aucun argent neuf  dans l’économie québécoise. Océania va faire plaisir à la firme immobilière Intella,  aux familles de la rive Sud de Montréal  en plus de certaines autres québécoises de d’autres régions en hiver. L’été, Océania  va essentiellement déplacer certaines clientèles qui vont déjà à Granby, Hemingford, Valcartier ou  à Calypso près d’Ottawa.  Pourquoi alors prendre des fonds touristiques ?

  3. Crise climatique :  Je n’ai pas les données pour juger de la durabilité environnementale du projet Océania. Mais il faut rapidement s’assurer que les fonds publics vont vers de projets durables en tourisme en transformant nos programmes gouvernementaux avec des critères d’écocondionnalité (conditionnels au respect d’exigences environnementales précises) tel que le commissaire au développement durable québécois  le recommande depuis longtemps. Continuer d’investir comme on l’a toujours fait est suicidaire pour notre planète alors que les fonds publics doivent servir en priorité à transformer nos entreprises existantes afin de les rendre écologiques et durables. Ce que j’ai argumenté longuement au cours des dernières semaines sur mon blogue…


 Citations du communiqué gouvernemental :

« Je suis convaincu que le parc aquatique intérieur deviendra une attraction majeure dans la Vallée-du-Richelieu. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour notre économie et notre communauté. »  - Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la région de la Montérégie.

 Mon commentaire ? Je suis d'accord avec le ministre. Mais ce projet ne va créer aucune richesse globale au Québec et ne va que «  déplacer l’argent dépensé » d’une région à une autre. Le fait que le complexe soit intérieur ne change rien au fait que ce n’est pas du tourisme. Oui il  y aura des excursionnistes québécois en hiver, mais ce sera des dépenses prises à même le budget discrétionnaire des familles.  Et en passant, je n’ai aucun doute du  succès commercial de ce projet (surtout avec autant de fonds publics) mais pourquoi ces fonds touristiques  à Océania alors qu’on tarde à soutenir, par exemple, le projet structurant TREQ ?   

 « …Un atout de haut calibre pour la destination touristique vibrante qu'est la Montérégie …ce projet d'envergure a le potentiel d'attirer une large clientèle »  -  La ministre du tourisme Caroline Proulx.

 Mon commentaire ?  Le tourisme a le dos large. Il s’agit d’un projet immobilier et résidentiel au départ qui a besoin des fonds en « tourisme ».  Au lieu d’un parc aquatique, ça aurait pu être un stade de soccer ou un marché public. Ce projet, au final, est tout autant touristique que Trump est sain d’esprit.

 A quand le changement de nos critères d’investissements publics en tourisme ?   


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées