Passer au contenu principal

Projet Océania de Beloeil : projet touristique ou résidentiel & commercial ?

 



Le gouvernement du Québec annonçait le 18 septembre dernier un investissement de fonds publics de 9 millions de dollars dont 5 millions$ directement d’un fonds touristique incluant 2$M en subvention non-remboursable. 

Océania ce sera une piscine à vagues;  une piscine récréative avec une section de bassins à jets;  un espace pour enfants avec jeux d'eau; un bassin de surf;  sept glissades et  une tyrolienne.  

Il servira à soutenir des promoteurs immobiliers.  Ce parc aquatique et la valeur touristique qu’on veut y accoler, c’est l’appât, l’apéro. 


Voici pourquoi ça ne fait pas de sens d’investir des fonds publics touristiques:

 1.      Crise sanitaire : Nos entreprises existantes doivent jongler avec un avenir incertain et maintenant le gouvernement appuie la création d’un projet qui viendra leur faire directement compétition. A 54km de Beloeil se trouve l’Amazoo de Granby ; à 79km, l’aquaparc du Parc Safari 

Nos fonds publics doivent servir dans le contexte des 3 crises (sanitaire, économique et climatique) à soutenir les entreprises actuelles, à les transformer écologiquement ou à créer un projet vraiment innovateur et structurant. Pas à leur faire compétition. Ça ne fera que diminuer les portions de la même tarte !

  2.     Océania : un projet touristique ? Aucune valeur ajoutée à notre offre touristique québécoise. Je n’ai pas vu leur étude de marché en tourisme, mais ce qui est certain, c’est que la clientèle hors-Québec ne sera pas leur clientèle. Des parcs aquatiques, ce n’est pas ce que recherchent les clientèles internationales au Canada…Donc, ça n’apporte aucun argent neuf  dans l’économie québécoise. Océania va faire plaisir à la firme immobilière Intella,  aux familles de la rive Sud de Montréal  en plus de certaines autres québécoises de d’autres régions en hiver. L’été, Océania  va essentiellement déplacer certaines clientèles qui vont déjà à Granby, Hemingford, Valcartier ou  à Calypso près d’Ottawa.  Pourquoi alors prendre des fonds touristiques ?

  3. Crise climatique :  Je n’ai pas les données pour juger de la durabilité environnementale du projet Océania. Mais il faut rapidement s’assurer que les fonds publics vont vers de projets durables en tourisme en transformant nos programmes gouvernementaux avec des critères d’écocondionnalité (conditionnels au respect d’exigences environnementales précises) tel que le commissaire au développement durable québécois  le recommande depuis longtemps. Continuer d’investir comme on l’a toujours fait est suicidaire pour notre planète alors que les fonds publics doivent servir en priorité à transformer nos entreprises existantes afin de les rendre écologiques et durables. Ce que j’ai argumenté longuement au cours des dernières semaines sur mon blogue…


 Citations du communiqué gouvernemental :

« Je suis convaincu que le parc aquatique intérieur deviendra une attraction majeure dans la Vallée-du-Richelieu. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour notre économie et notre communauté. »  - Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la région de la Montérégie.

 Mon commentaire ? Je suis d'accord avec le ministre. Mais ce projet ne va créer aucune richesse globale au Québec et ne va que «  déplacer l’argent dépensé » d’une région à une autre. Le fait que le complexe soit intérieur ne change rien au fait que ce n’est pas du tourisme. Oui il  y aura des excursionnistes québécois en hiver, mais ce sera des dépenses prises à même le budget discrétionnaire des familles.  Et en passant, je n’ai aucun doute du  succès commercial de ce projet (surtout avec autant de fonds publics) mais pourquoi ces fonds touristiques  à Océania alors qu’on tarde à soutenir, par exemple, le projet structurant TREQ ?   

 « …Un atout de haut calibre pour la destination touristique vibrante qu'est la Montérégie …ce projet d'envergure a le potentiel d'attirer une large clientèle »  -  La ministre du tourisme Caroline Proulx.

 Mon commentaire ?  Le tourisme a le dos large. Il s’agit d’un projet immobilier et résidentiel au départ qui a besoin des fonds en « tourisme ».  Au lieu d’un parc aquatique, ça aurait pu être un stade de soccer ou un marché public. Ce projet, au final, est tout autant touristique que Trump est sain d’esprit.

 A quand le changement de nos critères d’investissements publics en tourisme ?   


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

M. Arruda, comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moiun commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se referme en septembr…

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme?Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car personne ne contrôle les variables de la crise (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise.Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc, une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre.Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée, elle est cassée. Tous en co…

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale? Dans la partie II de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans la partie III, de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir – entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le tourisme. Comme l’ont affirmé à travers l’histoire de l’humanité plusieurs maîtres à penser, dont Socrate, Jésus et…