Passer au contenu principal

Projet Océania de Beloeil : projet touristique ou résidentiel & commercial ?

 



Le gouvernement du Québec annonçait le 18 septembre dernier un investissement de fonds publics de 9 millions de dollars dont 5 millions$ directement d’un fonds touristique incluant 2$M en subvention non-remboursable. 

Océania ce sera une piscine à vagues;  une piscine récréative avec une section de bassins à jets;  un espace pour enfants avec jeux d'eau; un bassin de surf;  sept glissades et  une tyrolienne.  

Il servira à soutenir des promoteurs immobiliers.  Ce parc aquatique et la valeur touristique qu’on veut y accoler, c’est l’appât, l’apéro. 


Voici pourquoi ça ne fait pas de sens d’investir des fonds publics touristiques:

 1.      Crise sanitaire : Nos entreprises existantes doivent jongler avec un avenir incertain et maintenant le gouvernement appuie la création d’un projet qui viendra leur faire directement compétition. A 54km de Beloeil se trouve l’Amazoo de Granby ; à 79km, l’aquaparc du Parc Safari 

Nos fonds publics doivent servir dans le contexte des 3 crises (sanitaire, économique et climatique) à soutenir les entreprises actuelles, à les transformer écologiquement ou à créer un projet vraiment innovateur et structurant. Pas à leur faire compétition. Ça ne fera que diminuer les portions de la même tarte !

  2.     Océania : un projet touristique ? Aucune valeur ajoutée à notre offre touristique québécoise. Je n’ai pas vu leur étude de marché en tourisme, mais ce qui est certain, c’est que la clientèle hors-Québec ne sera pas leur clientèle. Des parcs aquatiques, ce n’est pas ce que recherchent les clientèles internationales au Canada…Donc, ça n’apporte aucun argent neuf  dans l’économie québécoise. Océania va faire plaisir à la firme immobilière Intella,  aux familles de la rive Sud de Montréal  en plus de certaines autres québécoises de d’autres régions en hiver. L’été, Océania  va essentiellement déplacer certaines clientèles qui vont déjà à Granby, Hemingford, Valcartier ou  à Calypso près d’Ottawa.  Pourquoi alors prendre des fonds touristiques ?

  3. Crise climatique :  Je n’ai pas les données pour juger de la durabilité environnementale du projet Océania. Mais il faut rapidement s’assurer que les fonds publics vont vers de projets durables en tourisme en transformant nos programmes gouvernementaux avec des critères d’écocondionnalité (conditionnels au respect d’exigences environnementales précises) tel que le commissaire au développement durable québécois  le recommande depuis longtemps. Continuer d’investir comme on l’a toujours fait est suicidaire pour notre planète alors que les fonds publics doivent servir en priorité à transformer nos entreprises existantes afin de les rendre écologiques et durables. Ce que j’ai argumenté longuement au cours des dernières semaines sur mon blogue…


 Citations du communiqué gouvernemental :

« Je suis convaincu que le parc aquatique intérieur deviendra une attraction majeure dans la Vallée-du-Richelieu. Il s'agit d'une excellente nouvelle pour notre économie et notre communauté. »  - Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la région de la Montérégie.

 Mon commentaire ? Je suis d'accord avec le ministre. Mais ce projet ne va créer aucune richesse globale au Québec et ne va que «  déplacer l’argent dépensé » d’une région à une autre. Le fait que le complexe soit intérieur ne change rien au fait que ce n’est pas du tourisme. Oui il  y aura des excursionnistes québécois en hiver, mais ce sera des dépenses prises à même le budget discrétionnaire des familles.  Et en passant, je n’ai aucun doute du  succès commercial de ce projet (surtout avec autant de fonds publics) mais pourquoi ces fonds touristiques  à Océania alors qu’on tarde à soutenir, par exemple, le projet structurant TREQ ?   

 « …Un atout de haut calibre pour la destination touristique vibrante qu'est la Montérégie …ce projet d'envergure a le potentiel d'attirer une large clientèle »  -  La ministre du tourisme Caroline Proulx.

 Mon commentaire ?  Le tourisme a le dos large. Il s’agit d’un projet immobilier et résidentiel au départ qui a besoin des fonds en « tourisme ».  Au lieu d’un parc aquatique, ça aurait pu être un stade de soccer ou un marché public. Ce projet, au final, est tout autant touristique que Trump est sain d’esprit.

 A quand le changement de nos critères d’investissements publics en tourisme ?   


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Tourisme durable : 24 inspirations planétaires

  Le New York Times vient de publier sa liste «  52Places for a Changed World – 2022  » qui souligne des lieux de partout sur la planète où les voyageurs et les acteurs locaux font partie de la solution pour un tourisme plus durable. Chacun de ces extraits que j’ai sélectionnés et traduits mène à des hyperliens vers des sites Web ou des sources de références. Je me suis permis un bref commentaire sur chacun de ces 24 endroits parmi les lieux  que je trouve les plus inspirants parmi ces 52. La semaine prochaine, on parle des inspirations durables ici au Québec.   1.     Northumberland, Angleterre                                              «   Le littoral varié de la Grande-Bretagne, des falaises de Douvres aux promenades de Brighton, aura bientôt un élément unificateur : le England Coast Path de 2   800   milles. Développé en partie par l’organisation gouvernementale Natural England, le sentier vise à accroître l’accès du public à la côte tout en restaurant les paysages, en am