Passer au contenu principal

Vols d'espoir: le réveil de régions grâce à Air Canada


Lundi dernier, 12 heures avant qu’Air Canada annonce la fin de certaines liaisons aériennes au Québec, j’écrivais sur ce blogue que cette compagnie a toujours démontré « …un total désintérêt du tourisme au Québec sauf de vendre plus de billets les plus chers possibles… »  

Il est loin le temps où je nolisais des Dash-8 d’Air Alliance (aujourd’hui le «  Jazz » d’Air Canada) tous les dimanches pour amener des groupes de Québécois à la Baie-James.  Ce qui ne change pas depuis ces 30 dernières années, c’est l’attitude impératrice d’Air Canada envers ses clients et envers les régions du pays. Mais ce qui a changé tout récemment et que cette compagnie n’a pas encore saisi, c’est que bien des citoyens et des élus en ont plein leurs casques des multinationales pour qui le rendement envers les actionnaires et ses gestionnaires prime sur tout incluant l’intérêt des citoyens et des communautés qui souhaitent se développer durablement.  

La réaction affirmée des maires de Gaspé, Matane, Baie-Comeau et Sept-ïles suite à l’annonce récente d’Air Canada de cesser indéfiniment tout vol vers des aéroports régionaux marquera un tournant dans la prise en charge des régions par les régions, je vous le prédis.  Enfin !   Il faut d’entrée de jeux s’assurer d’écarter la possibilité par nos gouvernements de convaincre Air Canada avec des millions de dollars en subventions, de revenir sur leur décision. Il faut plutôt investir ces millions dans un solution régionale et durable, par et pour le milieu.

Pour le tourisme d’agrément, la décision d’Air Canada ne changera rien sauf  en ce qui concerne le tourisme d’affaires et les voyages de « parents & amis ». Les touristes de « loisir » ne volent pas vers l’Est du Québec sauf aux Ïles-de-la Madeleine, à Anticosti avec la SÉPAQ ainsi que  pour des pêcheurs en pourvoiries sur la Côte-Nord. Pourquoi ? Parce que les régions de l’Est du Québec sont inaccessibles avec des tarifs tels que 2500$ pour Blanc-Sablon de Montréal et parce que l’offre touristique pour  des voyageurs sans automobile,  lorsque rendus à destination, demeure grandement à bonifier. Mettez des vols à prix raisonnable de Montréal, l’Est du Québec verra son tourisme croître exponentiellement grâce à ses attraits uniques, de calibre international dont :

  • ·         Des paysages grandioses partout
  • ·         Des villages au cachet unique dont Harrington Harbour et Percé
  • ·         Les icebergs de Blanc-Sablon
  • ·         Anticosti, le secret le mieux gardé du Québec
  • ·         Les milliers d’îles en Côte-Nord avec sa riche faune/flore et ses parcs nationaux  permettant une multitude d’activités 3 saisons
  • ·         Le circuit naturel de la Gaspésie et l’ hospitalité légendaire de ses citoyens
  • ·         Les cultures québécoise, innue, anglophone et micmaque
  • ·         La beauté des ïles-de-la Madeleine

Mais tout pourrait changer en tourisme dans les prochaines années avec une compagnie aérienne régionale digne de ce nom dont les régions (incluant les deux Premières Nations du coin : Innue et Micmaque) seraient devenues copropriétaires d’une compagnie aérienne. Le tout, avec l’expertise d’une entreprise aérienne d’ici. Utopique ? Les Cris d’Eeyou Istchee/Baie-James avec leur 17 000 citoyens possèdent depuis 27 ans Air Creebec qui opère 16 appareils de type Dash-8. La Côte-Nord et la Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine, c’est 180 000 personnes mais zéro contrôle local sur les transports. On est dans le colonialisme économique pure avec les Air Canada et les Provincial Airlines  de ce monde qui s’en mettent plein les poches…N’est-il pas bizarre selon vous que les Norvégiens, avec leur 5 millions d’habitants et un coût de la vie plus élevé qu’ici, offrent des vols intérieurs beaucoup moins cher qu’au Québec et au Canada en général ?

De plus, Air Canada dans toute son arrogance pour décourager la naissance d’un compétiteur indique qu’on ne peut rentabiliser des vols régionaux sans faire partie d’un réseau national et international.  Air Creebec qui est rentable, ça s’explique alors comment ne faisant pas partie d’un réseau national et international ?  Et qu’est-ce qui empêcherait un «AirQuébec » de se mettre en partenariat avec une des grandes familles aériennes de la planète ?  

Dans cette réflexion de prise en main, il faut en profiter pour réfléchir à une approche multimodale avec le train, les autocars interurbains et les traversiers. Dans un texte d'avril 2018, je suggérais une recette pour atteindre des objectifs élevés à ce propos.

En plus des vols réguliers et avec une offre d’expériences de calibre international, trois vols nolisés hebdomadaires de 50 touristes chacun sont réalistes de juin à octobre et de janvier à mars pour  la Côte-Nord et la Gaspésie:

  • ·         Montréal/Québec/Sept-Iles/Anticcosti/La Romaine/Blanc-Sablon
  • ·         Montréal/Québec/Mont-Joli/Gaspé
  • ·         Montréal/Québec/Iles-de-la Madeleine

Air Canada vient d'opérer un vol d’espoir pour ces régions mais en réalité, sous peu, atterriront des vols aériens bien réels avec une prise en charge par les régions pour le mieux-être de  leurs citoyens et de tout le Québec.

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’