Passer au contenu principal

Vols d'espoir: le réveil de régions grâce à Air Canada


Lundi dernier, 12 heures avant qu’Air Canada annonce la fin de certaines liaisons aériennes au Québec, j’écrivais sur ce blogue que cette compagnie a toujours démontré « …un total désintérêt du tourisme au Québec sauf de vendre plus de billets les plus chers possibles… »  

Il est loin le temps où je nolisais des Dash-8 d’Air Alliance (aujourd’hui le «  Jazz » d’Air Canada) tous les dimanches pour amener des groupes de Québécois à la Baie-James.  Ce qui ne change pas depuis ces 30 dernières années, c’est l’attitude impératrice d’Air Canada envers ses clients et envers les régions du pays. Mais ce qui a changé tout récemment et que cette compagnie n’a pas encore saisi, c’est que bien des citoyens et des élus en ont plein leurs casques des multinationales pour qui le rendement envers les actionnaires et ses gestionnaires prime sur tout incluant l’intérêt des citoyens et des communautés qui souhaitent se développer durablement.  

La réaction affirmée des maires de Gaspé, Matane, Baie-Comeau et Sept-ïles suite à l’annonce récente d’Air Canada de cesser indéfiniment tout vol vers des aéroports régionaux marquera un tournant dans la prise en charge des régions par les régions, je vous le prédis.  Enfin !   Il faut d’entrée de jeux s’assurer d’écarter la possibilité par nos gouvernements de convaincre Air Canada avec des millions de dollars en subventions, de revenir sur leur décision. Il faut plutôt investir ces millions dans un solution régionale et durable, par et pour le milieu.

Pour le tourisme d’agrément, la décision d’Air Canada ne changera rien sauf  en ce qui concerne le tourisme d’affaires et les voyages de « parents & amis ». Les touristes de « loisir » ne volent pas vers l’Est du Québec sauf aux Ïles-de-la Madeleine, à Anticosti avec la SÉPAQ ainsi que  pour des pêcheurs en pourvoiries sur la Côte-Nord. Pourquoi ? Parce que les régions de l’Est du Québec sont inaccessibles avec des tarifs tels que 2500$ pour Blanc-Sablon de Montréal et parce que l’offre touristique pour  des voyageurs sans automobile,  lorsque rendus à destination, demeure grandement à bonifier. Mettez des vols à prix raisonnable de Montréal, l’Est du Québec verra son tourisme croître exponentiellement grâce à ses attraits uniques, de calibre international dont :

  • ·         Des paysages grandioses partout
  • ·         Des villages au cachet unique dont Harrington Harbour et Percé
  • ·         Les icebergs de Blanc-Sablon
  • ·         Anticosti, le secret le mieux gardé du Québec
  • ·         Les milliers d’îles en Côte-Nord avec sa riche faune/flore et ses parcs nationaux  permettant une multitude d’activités 3 saisons
  • ·         Le circuit naturel de la Gaspésie et l’ hospitalité légendaire de ses citoyens
  • ·         Les cultures québécoise, innue, anglophone et micmaque
  • ·         La beauté des ïles-de-la Madeleine

Mais tout pourrait changer en tourisme dans les prochaines années avec une compagnie aérienne régionale digne de ce nom dont les régions (incluant les deux Premières Nations du coin : Innue et Micmaque) seraient devenues copropriétaires d’une compagnie aérienne. Le tout, avec l’expertise d’une entreprise aérienne d’ici. Utopique ? Les Cris d’Eeyou Istchee/Baie-James avec leur 17 000 citoyens possèdent depuis 27 ans Air Creebec qui opère 16 appareils de type Dash-8. La Côte-Nord et la Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine, c’est 180 000 personnes mais zéro contrôle local sur les transports. On est dans le colonialisme économique pure avec les Air Canada et les Provincial Airlines  de ce monde qui s’en mettent plein les poches…N’est-il pas bizarre selon vous que les Norvégiens, avec leur 5 millions d’habitants et un coût de la vie plus élevé qu’ici, offrent des vols intérieurs beaucoup moins cher qu’au Québec et au Canada en général ?

De plus, Air Canada dans toute son arrogance pour décourager la naissance d’un compétiteur indique qu’on ne peut rentabiliser des vols régionaux sans faire partie d’un réseau national et international.  Air Creebec qui est rentable, ça s’explique alors comment ne faisant pas partie d’un réseau national et international ?  Et qu’est-ce qui empêcherait un «AirQuébec » de se mettre en partenariat avec une des grandes familles aériennes de la planète ?  

Dans cette réflexion de prise en main, il faut en profiter pour réfléchir à une approche multimodale avec le train, les autocars interurbains et les traversiers. Dans un texte d'avril 2018, je suggérais une recette pour atteindre des objectifs élevés à ce propos.

En plus des vols réguliers et avec une offre d’expériences de calibre international, trois vols nolisés hebdomadaires de 50 touristes chacun sont réalistes de juin à octobre et de janvier à mars pour  la Côte-Nord et la Gaspésie:

  • ·         Montréal/Québec/Sept-Iles/Anticcosti/La Romaine/Blanc-Sablon
  • ·         Montréal/Québec/Mont-Joli/Gaspé
  • ·         Montréal/Québec/Iles-de-la Madeleine

Air Canada vient d'opérer un vol d’espoir pour ces régions mais en réalité, sous peu, atterriront des vols aériens bien réels avec une prise en charge par les régions pour le mieux-être de  leurs citoyens et de tout le Québec.

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées