Passer au contenu principal

Vols d'espoir: le réveil de régions grâce à Air Canada


Lundi dernier, 12 heures avant qu’Air Canada annonce la fin de certaines liaisons aériennes au Québec, j’écrivais sur ce blogue que cette compagnie a toujours démontré « …un total désintérêt du tourisme au Québec sauf de vendre plus de billets les plus chers possibles… »  

Il est loin le temps où je nolisais des Dash-8 d’Air Alliance (aujourd’hui le «  Jazz » d’Air Canada) tous les dimanches pour amener des groupes de Québécois à la Baie-James.  Ce qui ne change pas depuis ces 30 dernières années, c’est l’attitude impératrice d’Air Canada envers ses clients et envers les régions du pays. Mais ce qui a changé tout récemment et que cette compagnie n’a pas encore saisi, c’est que bien des citoyens et des élus en ont plein leurs casques des multinationales pour qui le rendement envers les actionnaires et ses gestionnaires prime sur tout incluant l’intérêt des citoyens et des communautés qui souhaitent se développer durablement.  

La réaction affirmée des maires de Gaspé, Matane, Baie-Comeau et Sept-ïles suite à l’annonce récente d’Air Canada de cesser indéfiniment tout vol vers des aéroports régionaux marquera un tournant dans la prise en charge des régions par les régions, je vous le prédis.  Enfin !   Il faut d’entrée de jeux s’assurer d’écarter la possibilité par nos gouvernements de convaincre Air Canada avec des millions de dollars en subventions, de revenir sur leur décision. Il faut plutôt investir ces millions dans un solution régionale et durable, par et pour le milieu.

Pour le tourisme d’agrément, la décision d’Air Canada ne changera rien sauf  en ce qui concerne le tourisme d’affaires et les voyages de « parents & amis ». Les touristes de « loisir » ne volent pas vers l’Est du Québec sauf aux Ïles-de-la Madeleine, à Anticosti avec la SÉPAQ ainsi que  pour des pêcheurs en pourvoiries sur la Côte-Nord. Pourquoi ? Parce que les régions de l’Est du Québec sont inaccessibles avec des tarifs tels que 2500$ pour Blanc-Sablon de Montréal et parce que l’offre touristique pour  des voyageurs sans automobile,  lorsque rendus à destination, demeure grandement à bonifier. Mettez des vols à prix raisonnable de Montréal, l’Est du Québec verra son tourisme croître exponentiellement grâce à ses attraits uniques, de calibre international dont :

  • ·         Des paysages grandioses partout
  • ·         Des villages au cachet unique dont Harrington Harbour et Percé
  • ·         Les icebergs de Blanc-Sablon
  • ·         Anticosti, le secret le mieux gardé du Québec
  • ·         Les milliers d’îles en Côte-Nord avec sa riche faune/flore et ses parcs nationaux  permettant une multitude d’activités 3 saisons
  • ·         Le circuit naturel de la Gaspésie et l’ hospitalité légendaire de ses citoyens
  • ·         Les cultures québécoise, innue, anglophone et micmaque
  • ·         La beauté des ïles-de-la Madeleine

Mais tout pourrait changer en tourisme dans les prochaines années avec une compagnie aérienne régionale digne de ce nom dont les régions (incluant les deux Premières Nations du coin : Innue et Micmaque) seraient devenues copropriétaires d’une compagnie aérienne. Le tout, avec l’expertise d’une entreprise aérienne d’ici. Utopique ? Les Cris d’Eeyou Istchee/Baie-James avec leur 17 000 citoyens possèdent depuis 27 ans Air Creebec qui opère 16 appareils de type Dash-8. La Côte-Nord et la Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine, c’est 180 000 personnes mais zéro contrôle local sur les transports. On est dans le colonialisme économique pure avec les Air Canada et les Provincial Airlines  de ce monde qui s’en mettent plein les poches…N’est-il pas bizarre selon vous que les Norvégiens, avec leur 5 millions d’habitants et un coût de la vie plus élevé qu’ici, offrent des vols intérieurs beaucoup moins cher qu’au Québec et au Canada en général ?

De plus, Air Canada dans toute son arrogance pour décourager la naissance d’un compétiteur indique qu’on ne peut rentabiliser des vols régionaux sans faire partie d’un réseau national et international.  Air Creebec qui est rentable, ça s’explique alors comment ne faisant pas partie d’un réseau national et international ?  Et qu’est-ce qui empêcherait un «AirQuébec » de se mettre en partenariat avec une des grandes familles aériennes de la planète ?  

Dans cette réflexion de prise en main, il faut en profiter pour réfléchir à une approche multimodale avec le train, les autocars interurbains et les traversiers. Dans un texte d'avril 2018, je suggérais une recette pour atteindre des objectifs élevés à ce propos.

En plus des vols réguliers et avec une offre d’expériences de calibre international, trois vols nolisés hebdomadaires de 50 touristes chacun sont réalistes de juin à octobre et de janvier à mars pour  la Côte-Nord et la Gaspésie:

  • ·         Montréal/Québec/Sept-Iles/Anticcosti/La Romaine/Blanc-Sablon
  • ·         Montréal/Québec/Mont-Joli/Gaspé
  • ·         Montréal/Québec/Iles-de-la Madeleine

Air Canada vient d'opérer un vol d’espoir pour ces régions mais en réalité, sous peu, atterriront des vols aériens bien réels avec une prise en charge par les régions pour le mieux-être de  leurs citoyens et de tout le Québec.

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .