Passer au contenu principal

Ne perdons pas Air Transat


 


J’espère qu’Air Canada ne mettra pas la main sur Air Transat, ce transporteur québécois si essentiel à la venue des touristes européens. 

Avec Air Canada, nouveau proprio, malgré que cette compagnie affirme son intention de garder distinctes les marques, ce serait pour nous :

  • ·         Une hausse des prix
  • ·         Un service à la clientèle faible
  • ·         La langue française malmenée comme depuis des décennies   
  • ·       Un total désintérêt du tourisme au Québec par  Air Canada sauf de vendre plus de billets les plus chers possibles à l’intra et en hors-Québec avec la création d’un unique duo (Air France/Air Canada) sur notre principal marché d’outre-mer : la France, avec ses 400 000 visiteurs.

COVID-19 et ses répercussions risquent de mettre à mal cette acquisition et c’est tant mieux (désolé pour les actionnaires actuels). S’il est un secteur où le gouvernement du Québec devrait investir c’est bien celui-là et non pas dans Bombardier avec son éthique financière douteuse ou le Cirque du Soleil avec ses paradis fiscaux. Autre menace pour cette acquisition : la Commission européenne fait enquête au sujet des répercussions de la transaction sur la concurrence dans les vols transatlantiques entre l’Europe et le Canada avec 29 villes d’origine et de destination où se retrouvent Air Transat et Air Canada.

53% des revenus du tourisme au Québec provenaient en 2018  de visiteurs du hors-Québec.  Sur les 3,2 millions de touristes en provenance de l’international, 1,2 million sont de pays autres que les USA. Dont plusieurs voyagent avec Air Transat.  La compétitivité de la destination Québec avec un Air Canada omnipuissant en prendrait pour son rhume (sans faire de jeux de mots) !

Air Transat a le titre de « Meilleure compagnie aérienne vacances au monde » et offre effectivement un excellent rapport qualité/prix.  Le Québec mérite d’avoir un transporteur de qualité et sensible à sa réalité. Si vous avez déjà voyagé comme moi avec Air Canada Rouge, vous direz non merci à Air Transat devenu un gros Rouge !


Jean-Michel Perron


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

  M. Arruda,   comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moi     un commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi   le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il   y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se re

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme? Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car p ersonne ne contrôle les variables de la crise  (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise. Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc,  une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre . Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée,  elle est cassée . To

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris