Passer au contenu principal

Secteur Tourisme : survivre par les bulles, pas par les quarantaines

Créer une bulle de 100km autour de Montréal

                                     Rayon de 100km autour de Montréal


Étant donné que :

  •       Le tourisme est le secteur de l’économie le plus durement touché par la pandémie.
  •       Le tourisme d’agrément intra-Québec est très saisonnier. Avec le retour aux écoles fin août/début septembre, il diminue massivement. Nous ne sommes pas dans l’alimentation ou la construction.
  •       Le Montréal métropolitain demeure problématique face à la pandémie contrairement à tout le reste du Québec et du Canada et fait peur aux régions plus éloignées du Québec, au Nouveau-Brunswick qui souhaite garder fermé ses frontières et  en Ontario tandis que les régions limitrophes (Laurentides, Lanaudière, etc.)  semblent plus facilement accepter « le risque montréalais ».
  •       Si le tourisme n’est pas remis en marche pour le 1 juillet prochain au plus tard, le scénario du pire tel que présenté par Destination Canada (58% de baisse par rapport à 2019) risque de se concrétiser pour le Québec mettant à mal pour plusieurs années notre secteur.

 

Dans de nombreuses zones à travers le monde, des bulles touristiques vont se créer dans les prochaines semaines : Australie/Nouvelle-Zélande/Pacifique;  Union Européenne; pays baltes ce 15 mai….Avec ce qui se passe aux États-Unis et à Montréal, on ne peut malheureusement espérer une zone Canada/États-Unis cet été. Alors faut tenter de mettre en place une  bulle différente… Mais le chronomètre de la saisonnalité nous force à prendre rapidement position.

La solution la plus logique dans ce contexte me semblerait de s’inspirer  de la position «  française »  en fixant un maximum de 100km à vol d’oiseau pour les déplacements autorisés par les résidents du Montréal Métropolitain incluant - contrairement à la France à ce jour - les déplacements touristiques.  D’exiger une quarantaine pour tous ces résidents du CMM tel que proposée par la mairesse de Saguenay ou des Ïles-de-la-Madeleine revient de toute manière à dire de rester chez vous pour les  touristes de la CMM….Et ne redonnera pas confiance aux touristes en provenance du Nouveau-Brunswick ou de l’Ontario de venir au Québec en 2020. 

Avec ce 100 km, les Montréalais pourront ainsi faire du tourisme de proximité, les régions éloignées, elles (Abitibi, Saguenay-Lac Saint-Jean, Côte-Nord, Gaspésie) maintenant « sécurisées », profiteront de leurs marchés traditionnels (région de Québec et le triangle d’or composé de Saint-Hyacinthe/Sherbrooke/Drummondville) et des destinations comme Québec et Tremblant auront l’opportunité d’attirer encore les gens des Maritimes et de l’Ontario réconfortés par la « bulle tourisme » du CMM à 100 km maximum. 

Lorsque la situation redevient sous contrôle dans la CMM, alors la limite du 100 km  est levée.

Je sais, c’est politiquement audacieux de créer ainsi deux Québec mais c’est la réalité sanitaire. Ne pas le faire condamne à l’inactivité risquée des milliers d’entreprises en tourisme et contribuera à déstructurer économiquement certaines régions pour des années...

 

 Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’