Passer au contenu principal

Secteur Tourisme : survivre par les bulles, pas par les quarantaines

Créer une bulle de 100km autour de Montréal

                                     Rayon de 100km autour de Montréal


Étant donné que :

  •       Le tourisme est le secteur de l’économie le plus durement touché par la pandémie.
  •       Le tourisme d’agrément intra-Québec est très saisonnier. Avec le retour aux écoles fin août/début septembre, il diminue massivement. Nous ne sommes pas dans l’alimentation ou la construction.
  •       Le Montréal métropolitain demeure problématique face à la pandémie contrairement à tout le reste du Québec et du Canada et fait peur aux régions plus éloignées du Québec, au Nouveau-Brunswick qui souhaite garder fermé ses frontières et  en Ontario tandis que les régions limitrophes (Laurentides, Lanaudière, etc.)  semblent plus facilement accepter « le risque montréalais ».
  •       Si le tourisme n’est pas remis en marche pour le 1 juillet prochain au plus tard, le scénario du pire tel que présenté par Destination Canada (58% de baisse par rapport à 2019) risque de se concrétiser pour le Québec mettant à mal pour plusieurs années notre secteur.

 

Dans de nombreuses zones à travers le monde, des bulles touristiques vont se créer dans les prochaines semaines : Australie/Nouvelle-Zélande/Pacifique;  Union Européenne; pays baltes ce 15 mai….Avec ce qui se passe aux États-Unis et à Montréal, on ne peut malheureusement espérer une zone Canada/États-Unis cet été. Alors faut tenter de mettre en place une  bulle différente… Mais le chronomètre de la saisonnalité nous force à prendre rapidement position.

La solution la plus logique dans ce contexte me semblerait de s’inspirer  de la position «  française »  en fixant un maximum de 100km à vol d’oiseau pour les déplacements autorisés par les résidents du Montréal Métropolitain incluant - contrairement à la France à ce jour - les déplacements touristiques.  D’exiger une quarantaine pour tous ces résidents du CMM tel que proposée par la mairesse de Saguenay ou des Ïles-de-la-Madeleine revient de toute manière à dire de rester chez vous pour les  touristes de la CMM….Et ne redonnera pas confiance aux touristes en provenance du Nouveau-Brunswick ou de l’Ontario de venir au Québec en 2020. 

Avec ce 100 km, les Montréalais pourront ainsi faire du tourisme de proximité, les régions éloignées, elles (Abitibi, Saguenay-Lac Saint-Jean, Côte-Nord, Gaspésie) maintenant « sécurisées », profiteront de leurs marchés traditionnels (région de Québec et le triangle d’or composé de Saint-Hyacinthe/Sherbrooke/Drummondville) et des destinations comme Québec et Tremblant auront l’opportunité d’attirer encore les gens des Maritimes et de l’Ontario réconfortés par la « bulle tourisme » du CMM à 100 km maximum. 

Lorsque la situation redevient sous contrôle dans la CMM, alors la limite du 100 km  est levée.

Je sais, c’est politiquement audacieux de créer ainsi deux Québec mais c’est la réalité sanitaire. Ne pas le faire condamne à l’inactivité risquée des milliers d’entreprises en tourisme et contribuera à déstructurer économiquement certaines régions pour des années...

 

 Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées