Passer au contenu principal

Secteur Tourisme : survivre par les bulles, pas par les quarantaines

Créer une bulle de 100km autour de Montréal

                                     Rayon de 100km autour de Montréal


Étant donné que :

  •       Le tourisme est le secteur de l’économie le plus durement touché par la pandémie.
  •       Le tourisme d’agrément intra-Québec est très saisonnier. Avec le retour aux écoles fin août/début septembre, il diminue massivement. Nous ne sommes pas dans l’alimentation ou la construction.
  •       Le Montréal métropolitain demeure problématique face à la pandémie contrairement à tout le reste du Québec et du Canada et fait peur aux régions plus éloignées du Québec, au Nouveau-Brunswick qui souhaite garder fermé ses frontières et  en Ontario tandis que les régions limitrophes (Laurentides, Lanaudière, etc.)  semblent plus facilement accepter « le risque montréalais ».
  •       Si le tourisme n’est pas remis en marche pour le 1 juillet prochain au plus tard, le scénario du pire tel que présenté par Destination Canada (58% de baisse par rapport à 2019) risque de se concrétiser pour le Québec mettant à mal pour plusieurs années notre secteur.

 

Dans de nombreuses zones à travers le monde, des bulles touristiques vont se créer dans les prochaines semaines : Australie/Nouvelle-Zélande/Pacifique;  Union Européenne; pays baltes ce 15 mai….Avec ce qui se passe aux États-Unis et à Montréal, on ne peut malheureusement espérer une zone Canada/États-Unis cet été. Alors faut tenter de mettre en place une  bulle différente… Mais le chronomètre de la saisonnalité nous force à prendre rapidement position.

La solution la plus logique dans ce contexte me semblerait de s’inspirer  de la position «  française »  en fixant un maximum de 100km à vol d’oiseau pour les déplacements autorisés par les résidents du Montréal Métropolitain incluant - contrairement à la France à ce jour - les déplacements touristiques.  D’exiger une quarantaine pour tous ces résidents du CMM tel que proposée par la mairesse de Saguenay ou des Ïles-de-la-Madeleine revient de toute manière à dire de rester chez vous pour les  touristes de la CMM….Et ne redonnera pas confiance aux touristes en provenance du Nouveau-Brunswick ou de l’Ontario de venir au Québec en 2020. 

Avec ce 100 km, les Montréalais pourront ainsi faire du tourisme de proximité, les régions éloignées, elles (Abitibi, Saguenay-Lac Saint-Jean, Côte-Nord, Gaspésie) maintenant « sécurisées », profiteront de leurs marchés traditionnels (région de Québec et le triangle d’or composé de Saint-Hyacinthe/Sherbrooke/Drummondville) et des destinations comme Québec et Tremblant auront l’opportunité d’attirer encore les gens des Maritimes et de l’Ontario réconfortés par la « bulle tourisme » du CMM à 100 km maximum. 

Lorsque la situation redevient sous contrôle dans la CMM, alors la limite du 100 km  est levée.

Je sais, c’est politiquement audacieux de créer ainsi deux Québec mais c’est la réalité sanitaire. Ne pas le faire condamne à l’inactivité risquée des milliers d’entreprises en tourisme et contribuera à déstructurer économiquement certaines régions pour des années...

 

 Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .