Passer au contenu principal

Tourisme inexpérientiel au Québec


 


L’Australie au début des années 2000 a été la 1ère destination à miser sur un tourisme significatif, d’échanges avec les gens de la place, d’apprentissage… Les «  Down under » estimaient, avec raison, qu’il y avait 40%, dans ces années-là, parmi les touristes de notre planète qui  étaient des «  experience seekers » . Je traduisais alors par «  voyageurs » en opposition à un banal «  touriste »,  qui lui s’inscrit plus dans le tourisme de masse, le «  Sodome et  Gomorrhe » de notre industrie contemporaine.

Aujourd’hui, il s’agit d’un courant de fonds de vouloir «  vivre » profondément ses voyages.  Or, en 2020, COVID-19 est là et met à mal non seulement des millions de travailleurs en tourisme et ses entreprises mais vient en plus dénaturer l’essence même du voyage expérientiel.  Je croyais que l’été 2020 serait une occasion en or pour les Québécois de découvrir nos magnifiques régions ce qui aurait des retombées à long terme mais malheureusement, ce qu’on offre à nos concitoyens, c’est de l’inexpérientiel  avec des secteurs complets où de multiples expériences seront inaccessibles, temporairement peut-être, selon l’évolution de COVID-19, et de notre discipline individuelle… ou carrément fermées pour l’année. Notre réalité en ce 28 mai 2020, c’est :

·  l’hébergement est devenu, avec l’annonce hier de la Phase I du plan tourisme, l’expérience en soi alors que l’accès aux attraits/activités/événements/restaurants est largement inaccessible. Le tourisme c’est une expérience multisensorielle et multisectorielle. Rarement, le lieu d’hébergement est la raison  principale de votre voyage à moins que la chambre à coucher soit un terrain d’exploration pour vous !

·   les contacts humains  seront  basés cet été sur la distanciation. L’opposé d’un tourisme de sens !  Ce n’est pas que le 2 mètres, c’est aussi la crainte permanente de l’autre…

·  la destination n’est pas le voyage, le parcours si !  On connaît tous l’image d’un voyage en train ou en transatlantique. Le plaisir n’a rien à voir avec la destination, ce sont les rencontres, les découvertes et les échanges vécus à bord qui créent le voyage. Or, pour le moment au Québec, si vous vous rendez dans une autre région, ce n’est que pour aller dans son lieu d’hébergement. Pas le droit de s’arrêter en chemin et encore moins dans les commerces locaux.  Aucune visite en route, aucun échange avec le milieu local rendu à destination !

 

Dans ce contexte 2 choix  pour se respecter et respecter les voyageurs :

 

1.  Le plus radical : on ferme notre entreprise touristique pour 2020 car la rentabilité est improbable avec les consignes sanitaires  et le climat craintif Montréal/régions, en souhaitant, comme en France, que nos gouvernements seront là pour compenser nos pertes financières.  Ou….

 

2. On maximise la richesse des contacts humains autrement qu’avec une poignée de main, des accolades, des festivals et des restos tous collés dans une salle ou sur une terrasse. Dans le contexte du 2 mètres et du  Purell, peut-on penser par exemple que le personnel d’hébergements touristiques et des attractions/activités qui seront ouverts prennent le temps de créer des «  moments humains »  en petits groupes comme des cocktails « COVID ». S’asseoir quelques minutes à l’accueil, durant le séjour et /ou au départ simplement pour  échanger et parler de qui vous êtes, de votre communauté, etc…?

On peut très bien penser, autre exemple, offrir aux visiteurs des circuits locaux ou régionaux guidés dans des autocars ou des autobus scolaires selon les règles sanitaires ?

Soyons créatifs. Tout pour éviter le naufrage d’un tourisme d’expérience privé de son sens.


Jean-Michel Perron 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .