Passer au contenu principal

Tourisme inexpérientiel au Québec


 


L’Australie au début des années 2000 a été la 1ère destination à miser sur un tourisme significatif, d’échanges avec les gens de la place, d’apprentissage… Les «  Down under » estimaient, avec raison, qu’il y avait 40%, dans ces années-là, parmi les touristes de notre planète qui  étaient des «  experience seekers » . Je traduisais alors par «  voyageurs » en opposition à un banal «  touriste »,  qui lui s’inscrit plus dans le tourisme de masse, le «  Sodome et  Gomorrhe » de notre industrie contemporaine.

Aujourd’hui, il s’agit d’un courant de fonds de vouloir «  vivre » profondément ses voyages.  Or, en 2020, COVID-19 est là et met à mal non seulement des millions de travailleurs en tourisme et ses entreprises mais vient en plus dénaturer l’essence même du voyage expérientiel.  Je croyais que l’été 2020 serait une occasion en or pour les Québécois de découvrir nos magnifiques régions ce qui aurait des retombées à long terme mais malheureusement, ce qu’on offre à nos concitoyens, c’est de l’inexpérientiel  avec des secteurs complets où de multiples expériences seront inaccessibles, temporairement peut-être, selon l’évolution de COVID-19, et de notre discipline individuelle… ou carrément fermées pour l’année. Notre réalité en ce 28 mai 2020, c’est :

·  l’hébergement est devenu, avec l’annonce hier de la Phase I du plan tourisme, l’expérience en soi alors que l’accès aux attraits/activités/événements/restaurants est largement inaccessible. Le tourisme c’est une expérience multisensorielle et multisectorielle. Rarement, le lieu d’hébergement est la raison  principale de votre voyage à moins que la chambre à coucher soit un terrain d’exploration pour vous !

·   les contacts humains  seront  basés cet été sur la distanciation. L’opposé d’un tourisme de sens !  Ce n’est pas que le 2 mètres, c’est aussi la crainte permanente de l’autre…

·  la destination n’est pas le voyage, le parcours si !  On connaît tous l’image d’un voyage en train ou en transatlantique. Le plaisir n’a rien à voir avec la destination, ce sont les rencontres, les découvertes et les échanges vécus à bord qui créent le voyage. Or, pour le moment au Québec, si vous vous rendez dans une autre région, ce n’est que pour aller dans son lieu d’hébergement. Pas le droit de s’arrêter en chemin et encore moins dans les commerces locaux.  Aucune visite en route, aucun échange avec le milieu local rendu à destination !

 

Dans ce contexte 2 choix  pour se respecter et respecter les voyageurs :

 

1.  Le plus radical : on ferme notre entreprise touristique pour 2020 car la rentabilité est improbable avec les consignes sanitaires  et le climat craintif Montréal/régions, en souhaitant, comme en France, que nos gouvernements seront là pour compenser nos pertes financières.  Ou….

 

2. On maximise la richesse des contacts humains autrement qu’avec une poignée de main, des accolades, des festivals et des restos tous collés dans une salle ou sur une terrasse. Dans le contexte du 2 mètres et du  Purell, peut-on penser par exemple que le personnel d’hébergements touristiques et des attractions/activités qui seront ouverts prennent le temps de créer des «  moments humains »  en petits groupes comme des cocktails « COVID ». S’asseoir quelques minutes à l’accueil, durant le séjour et /ou au départ simplement pour  échanger et parler de qui vous êtes, de votre communauté, etc…?

On peut très bien penser, autre exemple, offrir aux visiteurs des circuits locaux ou régionaux guidés dans des autocars ou des autobus scolaires selon les règles sanitaires ?

Soyons créatifs. Tout pour éviter le naufrage d’un tourisme d’expérience privé de son sens.


Jean-Michel Perron 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’