Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes #33 – le dernier touriste; l’autoportait à Florence; régénérons; 50 nuances de vert; voyageur durable?; marathon en train

2 inspirations – «Bravo»

LE DERNIER TOURISTE

Un documentaire exceptionnel sur le tourisme actuel, ses impacts, ses enjeux environnementaux et sociétaux. On se promène partout sur la planète avec des images « wow » et des témoignages poignants. Si le tourisme est plus qu’un métier pour vous, prenez 1h40 avec votre conjoint.e/ami.e. À ne pas manquer. Climatosceptiques et technosolutionistes, s’abstenir! BRAVO!

 

LE TOURISME, PEUT DEVENIR ACTIF DANS LA PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ

Photo : Canards Illimités

Le tourisme doit jouer un rôle positif envers les résidents et la biodiversité; être régénératif, l’expression à la mode. Mais concrètement, on fait quoi comme destination ou entreprise? Il y a le 1% pour la planète de l’AEQ, la nouvelle redevance de 30$ aux Îles-de-la-Madeleine qui, en partie, doit servir à la protection/régénération de leur biodiversité. En sachant que le tourisme dépend directement (activités de plein air) ou indirectement (ressources naturelles) de la biodiversité, pourquoi ne pas devenir un partenaire avec l’un ou plusieurs des organismes actifs dans ce domaine? Ici (photo), c’est 76 hectares de milieu naturel récemment protégés à Weedon, en Estrie. Grâce à Canards Illimités et la collaboration des propriétaires, le Programme de partenariat pour les milieux naturels (PPMN), Conservation de la nature Canada, Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) via l’entente du Fonds des solutions climatiques axées sur la nature (FSCAN), le North American Wetlands Conservation Act (NAWCA) et Fall Flights, par l’Association of Fish and Wildlife Agencies. L’avenir du tourisme durable commande la collaboration avec des partenaires en dehors de notre réseau habituel. BRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – «Booh»

SONDAGE BOOKING.COM SUR LES VOYAGES DURABLES

Photo : Booking.com, sondage durabilité 2024

Booking.com vient tout juste de publier une nouvelle étude basée sur des informations recueillies auprès de plus de 31 000 voyageurs et voyageuses à travers 34 pays. Ce qui en ressort confirme une étude que je citais il y a quelques semaines ICI et qui suggère que DANS LA RÉALITÉ, les voyageurs ne pratiquent pas tant la durabilité. C’est aux entreprises à n’offrir que des services/expériences durables. Pas offrir des options durables quand on sait qu’une majorité de leurs clients ne les prendront pas. Tout ce que tu fais et ce que tu offres doit devenir durable, sinon si tu comptes sur la pression de tes clients (sauf sur les marchés MICE), tu risques d’attendre longtemps. Quelques citations du sondage de Booking.com, dont sur le bordel des certifications :

« À l'avenir, 75 % des voyageurs du monde entier déclarent vouloir voyager de manière plus durable au cours des 12 prochains mois. Toutefois, une certaine désillusion à l'égard des choix de voyages plus durables pourrait contrarier ces intentions… Ainsi, 33 % sont d’avis que les dommages déjà causés sont irréversibles et que leurs choix en matière de voyage n'y changeront rien28 % des personnes sondées estiment également que le temps passé en voyage est trop précieux pour prioriser la durabilité. 34% des voyageurs et des voyageuses considèrent qu'il est inutile d’agir de manière plus durable dans une destination qui ne met pas elle-même en œuvre des pratiques de durabilité.

Près de 45 % des voyageurs et voyageuses préfèrent les hébergements disposant d’un certificat de durabilité. La cohérence des normes de certification est essentielle pour pouvoir identifier ces établissements. Ainsi, 67% des personnes interrogées déclarent que tous les sites de réservation de voyages devraient utiliser les mêmes certifications de durabilité» BOOH!

 

50 NUANCES DE VERT: PETIT GUIDE POUR DÉTECTER L’ÉCOBLANCHIMENT

Photo : compte KLM sur X

Voyez, dans ce guide concret, comment reconnaître ce qui est de « l’écobullshit » versus de réelles actions vertes. Deux exemples?

1. Planter des arbres pour compenser son empreinte carbone, c’est de l’écoblanchiment, tel qu’expliqué, en détails, également dans mon article du 13 septembre 2023.

2. Lorsque KLM indique sur son compte X : « Réduire l’impact environnemental de ses vols grâce à… ses dosettes de café compostables, qui généreront de «l’énergie verte»… C’est de l’écoblanchiment, alors que des millions de tonnes de CO2 sont émis par le kérosène des avions. BOOH!

 

2 bonnes pratiques – «Hourra»

COMMENT RENDRE UN MUSÉE POPULAIRE PLUS DURABLE? L’EXEMPLE À FLORENCE

Photo : The Guardian, la statue de David, de Michelangelo

L’obsession des autoportraits (selfies) détruit la qualité de l’expérience touristique dans les lieux iconiques. La directrice de la Galleria dell Academia à Florence, Cecilie Hollberg, où se trouve la fameuse statue de David, parle d’ailleurs de la folie du « quick in-and-out mission to take selfies ». Pourtant, depuis 2015, ce musée a connu une croissance durable de 42% tout en bonifiant la qualité d’expérience pour chacun des visiteurs. Alors, comment recadrer une expérience et attirer aussi les résidents de la ville, jusque là écartés par le surtourisme?

Réponse courte : visites plus lentes, groupes plus petits, meilleure signalisation et orientation, désaisonnalisation, répartition des visiteurs et heures d’ouverture plus longues.

Lisez ICI en détails la recette de ce succès. HOURRA!

 

COMMENT INFLUENCER SES CLIENTS À VOYAGER RESPONSABLEMENT? UN BEL EXEMPLE

Photo : Marathon du Mont-Blanc

À compter de 2025, le populaire marathon du Mont-Blanc réservera 40% des dossards à des coureurs.euses qui prouveront être venus.es en train afin de diminuer l’empreinte carbone de l’événement. Comme entreprise, vous pouvez imaginer des incitatifs au transport en commun, à l’auto électrique ou au covoiturage en offrant, par exemple, une réduction monétaire ou un quelconque bonus pour encourager vos clients à voyager plus responsablement que l’auto solo à essence ou l’avion. HOURRA!


Jean-Michel Perron 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en