Passer au contenu principal

Suggestions pour l’avenir de notre tourisme en prévision des prochaines Assises

 

En consultant le programme des Assises du 8 mai prochain à Québec, on peut y constater que le ministère a regardé ce qui se fait ailleurs sur la planète pour les stratégies des destinations touristiques. Enfin. Après 4 ans, et des millions de dollars de fonds publics dépensés sur diverses actions en développement durable, le gouvernement du Québec constate qu’il faut mieux planifier avant d’agir.

Prenez simplement, pour exemple, la priorité mondiale de décarboner ses activités touristiques : malgré de multiples approches et suggestions depuis 4 ans, nous ne savons toujours pas l’empreinte carbone du tourisme au Québec; on ne peut ainsi se fixer un objectif de baisse crédible et on ne peut clairement identifier les stratégies collectives à mettre en place.

La réelle durabilité en tourisme, c’est ce que font depuis quelques années la Finlande, la Norvège, la Slovénie, la Nouvelle-Zélande, le Costa Rica et la Croatie. Mon analyse pointue de chacune, l’automne dernier, m’a permis de conclure ceci:

Et récemment, l’Australie, l’Afrique du Sud et la Colombie-Britannique ont aussi publié leurs stratégies durables de destination, lesquelles nous devancent largement. Nous sommes en retard par rapport à chacune de ces destinations, sauf en ce qui concerne la transition durable de nos associations touristiques. Et l’écart va encore se creuser, à moins que les Assises servent réellement à poser les vraies questions, enclencher des stratégies avec des indicateurs de performance crédibles, alignés sur ceux d’ONU Tourisme.

Il faut se faire un plan de match, avoir une vision audacieuse qui rallie tous les acteurs du tourisme, où le Québec, comme destination touristique, peut se positionner et agir avec efficacité: définir ses axes stratégiques d’interventionses objectifs et pour terminer, les actions conséquentes. Pas l’inverse. Quelle est la vision réelle du tourisme au Québec actuellement? Augmenter le nombre de visiteurs et les recettes, comme le vise notre porte d’entrée principale, YUL? Ce n’est vraiment pas une vision qui me fait rêver d’un Québec touristique qui devrait contribuer à préserver la planète, maximiser son potentiel attractif autrement que par la construction d’hôtels et contribuer positivement à la qualité des emplois et au bien-être de nos concitoyens, tout en soutenant directement nos entrepreneurs.es actuels dans cette transition.

MES SUGGESTIONS

VISION 2030 DU QUÉBEC TOURISTIQUE

EN HARMONIE

  • Harmonie entre les intérêts des organisations touristiques (OGD, associations & entreprises), la nature et les communautés pour le développement d’un tourisme adapté, résilient et régénérateur dans le contexte des changements climatiques, de la perte de biodiversité et des transformations sociétales, individuelles et économiques.
  • Harmonie par une croissance raisonnéel’innovation et une compétitivité éclairée.

8 VALEURS DE NOTRE TOURISME

  • Accueillant (ouverture à tous les voyageurs)
  • Joie de vivre (le tourisme est hédoniste au Québec, c’est dans notre génétique)
  • Partage (des savoirs, des traditions, des expériences, des biens et des services)
  • Respect (des employés, des entrepreneurs, des visiteurs, des résidents, des partenaires et de la biodibersité)
  • Équilibre (entre le développement économique du tourisme, la biodiversité et le bien-être des résidents)
  • Immersif (le voyageur s’enrichit par tous les sens, intellectuellement/spirituellement/physiquement/émotionnellement)
  • Contributif et solidaire (par le régénératif et l’optimisation des impacts économiques et sociaux)
  • Sobre (décroissance dans les secteurs ne pouvant se décarboner)​

OBJECTIFS STRATÉGIQUES

  • Une meilleure interaction des ministères, des gouvernements locaux, régionaux et nationaux au bénéfice des organisations touristiques assurant une harmonisation des supports financiers et législatifs, ainsi que d’accompagnements optimaux en durabilité, en numérique, en technologies, en gestion et en innovation;
  • La qualité et la valeur de l’offre touristique tout au long de l’année et dans toutes les régions du Québec augmentent en priorisant et en consolidant les entreprises touristiques existantes versus investir massivement dans de nouvelles entreprises/projets[1];
  • Décarbonation : l’urgence en développement. Le tourisme s’engage à diminuer de xx% par année son empreinte carbone à compter de 2025, tout en étant un générateur de richesse, grâce à une croissance raisonnée et l’intégration de chacune des parties prenantes dans la transition et à régénérer des forêts primaires, des marais, des terres agricoles pour la biodiversité et leur rôle de puits de carbone;
  • Accroître la satisfaction des parties prenantes : résidents, employés en tourisme, entrepreneurs et visiteurs ;
  • Le tourisme protège tous les patrimoines culturels et, avec les nations autochtones, se veut un allié majeur de la biodiversité par une occupation responsable des territoires.

Les axes stratégiquesles objectifs précis rattachés à chacun des axes, ainsi que les actions conséquentes (plan d’action) font partie des sections qui restent à compléter, le travail ayant été largement entamé.

CONCLUSION

La dégradation de l’environnement, le creusement des inégalités, le déclin démocratique, les dysfonctionnements de la gouvernance mondiale, les défis posés par l’innovation technologique n’ont jamais fait peser autant de menaces sur l’avenir de nos sociétés. Nous sommes en état de multicrises et nos stratégies doivent être à la hauteur et impacter rapidement, avec détermination, notre secteur.

Le Québec et ses acteurs touristiques doivent participer à la solution, pas à accentuer les problèmes et maintenir une vision «précovid 2019». La dissonance cognitive actuelle, appuyée par les excuses de l’inaction (le technosolutionnisme qui fait 44% d’adeptes au Québec; le déni climatique qui est passé de 5% à 14% dans le monde; «la faute des autres») doit cesser, car il y a urgence en la demeure.

On se voit aux Assises, à Québec.


[1] À l’exception du développement d’expériences « luxe ».



Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en