Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes, par Jean-Michel Perron #29 – Baleines reconnues, régénératif, contrôle chinois, interdiction des jeunes, assurance météo et nouveau guide

 

2 inspirations – «Bravo»

BALEINES : LEUR DONNER UNE PERSONNALITÉ JURIDIQUE

Protéger mieux la biodiversité passe par la reconnaissance que l’Humain n’est pas le centre de l’univers, ni de la Terre. La semaine dernière, des dirigeants autochtones de Nouvelle-Zélande, de Tahiti et des Îles Cook ont ​​signé un traité historique qui reconnaît les baleines comme des personnes morales, une démarche qui, selon les défenseurs de l'environnement, fera pression sur les gouvernements nationaux pour qu'ils offrent une plus grande protection aux grands mammifères. Pour de nombreux groupes autochtones de Polynésie, les baleines détiennent un caractère sacré et un esprit ancien qui relient toute vie. Les baleines – ou tohorā, comme les appellent les Maoris – ont guidé leurs ancêtres à travers l’océan Pacifique. Aujourd’hui, ces groupes se considèrent comme les gardiens des plus gros animaux marins. À quand un tel statut pour nos baleines du Saint-Laurent? BRAVO!

 

REDONNER À LA NATURE : ANUPAYA CABIN, ONTARIO

Beau modèle de tourisme régénératif appliqué, d’une entreprise déjà bien engagée en durabilité. Anupaya Cabin, située le long de la rivière Ottawa, propose à chaque invité (les groupes de jeunes du centre-ville bénéficient d'une réduction de 50% sur la chambre) à rejoindre le mouvement environnemental de toutes les manières possibles : participer au nettoyage, dans le cadre de leur initiative One Pound Promise (60 000 livres de déchets ont été collectés jusqu'à présent), d'ateliers de cueillette de nourriture, de planter des arbres fruitiers et des arbustes à baies, ou d'apprendre à cultiver et récolter dans le jardin tout en arrachant des plantes envahissantes et en cueillant des ingrédients pour la salade. Les visiteurs peuvent également travailler sur des projets de gestion de sentiers avec l'association locale à but non lucratif Friends of Rivière du Moine, ou effectuer l'entretien des sentiers au Four Seasons Conservancy, situé à proximité.

Et Anupaya introduit des opportunités de bénévolat plus formelles en 2024. L'initiative Sustainable Saturdays, qui se déroulera de mai à novembre, proposera des séances éducatives gratuites de deux heures sur le compostage, la création d'un jardin médicinal, l'élevage de poulets et bien plus encore. BRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – «Booh»

LE CONTRÔLE DE SES VISITEURS, LA MÉTHODE CHINOISE

Photo : Le Monde. Touriste espagnol, le 23 mars 2024, dans la Cité interdite

La Chine, en 2023, n’avait repris que 36% de son tourisme international, surtout des voyageurs d’affaires. Mais les visiteurs étrangers découvrent, selon le quotidien Le Monde, un nouveau pays, alors que sans les applications WeChat et Alipay, plus rien ne se fait en Chine. « Il est devenu très difficile de héler un taxi, de payer un repas ou d’entrer sur un site touristique sans utiliser l’un de ces deux moyens. Beaucoup de cafés ou de restaurants demandent au client, une fois installé, de commander en ligne. Et l’essentiel des transactions passe d’abord par cet échange: « Wo sao ni, ni sao wo? » (« je te scanne ou tu me scannes? »). Déjà hautement connectée avant les années COVID-19, la Chine en ressort totalement convertie aux QR codes... les étrangers, sauf à avoir installé un VPN avant de partir, se voient coupés pendant leur séjour de tous les sites Internet et applications qu’ils utilisent au quotidien, Gmail, Google Maps ou WhatsApp. » BOOH!

 

INTERDICTION AUX TOURISTES DE MOINS DE 16 ANS

Ce n’est pas nouveau, en tourisme, de n’offrir des services qu’aux adultes ou d’encadrer les familles; ce qui l’est: de plus en plus d’organisations touristiques sont décomplexées de le faire. Le groupe TUI, leader mondial du voyage, propose un large éventail d’établissements laissant miroiter « des vacances reposantes dans un cadre de rêve réservées aux plus de 16 ans ». Le voyagiste français FRAM promet « calme et sérénité toute l’année » à ceux qui veulent rester entre grandes personnes. Le site Adultsonly.fr recense « plus de 1000 hôtels à travers le monde dans plus de 100 pays », principalement en Espagne, en Grèce et en Italie, ayant fait ce choix. Une vingtaine de campings en France sont également réservés aux adultes.

Oui aux chiens, mais non aux enfants! Tourisme inclusif, dites-vous? Ça traduit bien la perte de certaines valeurs dans notre société. « Il faut tout un village pour élever un enfant », dit l’adage. De moins en moins en tourisme, en tout cas… BOOH!

 

2 bonnes pratiques – «Hourra»

UNE ASSURANCE MÉTÉO EN TOURISME

L’incubateur français Paris&Co a dévoilé la liste des 10 nouvelles start-ups de 2024, dont Orakle Weather – nom bien français – qui vend une assurance météo aux voyageurs. Connaissant l’obsession des Québécois envers la météo lorsque vient le temps de faire une activité extérieure, c’est une avenue à considérer sérieusement. Reste à voir si les gens sont prêts à payer et à quel prix. À suivre. HOURRA!

 

NOUVEAU GUIDE : RECYCLER C’EST BIEN, MAIS RÉDUIRE C’EST ENCORE MIEUX

Disponible depuis la semaine dernière, ce guide québécois introduit clairement les actions à entreprendre pour moins consommer. C’est une des bases – d’agir ainsi – d’une démarche durable crédible pour votre organisation touristique.

La réduction à la source consiste à agir en amont afin de réduire l’utilisation de ressources et de matières qui entrent dans l’économie pour la production de biens. Ce faisant, elle permet d’éviter les coûts que font subir à l’environnement et à nos écosystèmes l’extraction et la transformation de ressources vierges. Elle permet également de réduire les impacts qui résultent de la consommation et de la disposition des biens ainsi produits. HOURRA!

 

------------------------  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en