Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes, #32 – Amsterdam; neige d’été; WTTC blanchit bien; zone nature de Tasmanie; raquettes Cries et e-dravion

 

2 inspirations – «Bravo»

PRÉSERVER LA QUALITÉ DE VIE ET L’EXPÉRIENCE TOURISTIQUE : AMSTERDAM INTERDIT TOUT NOUVEL HÔTEL

Après une campagne publicitaire, en mars 2023, demandant aux jeunes touristes britanniques de 18 à 35 ans de ne pas venir « se geler » en ville; après avoir repoussé en juillet dernier les navires de croisières hors du centre-ville; voici maintenant qu’Amsterdam a décidé de limiter à 20 millions le nombre de «séjours à l’hôtel» par année. Aucun nouvel hôtel ne peut être construit à moins qu’un établissement actuel ne ferme. Personnellement, je ne vois que des gagnants par cette réglementation locale: la qualité d’expérience des touristes sera bonifiée, la qualité de vie des résidents mieux protégée, les ressources naturelles moins sollicitées et la rentabilité des hôtels actuels plus assurée.

Au Québec, dans cette ligne de pensée, ne serait-il pas pertinent, au lieu de prioriser la création de nouveaux projets touristiques, de supporter financièrement NOS ENTREPRISES ACTUELLES afin qu’elles puissent se maintenir, se développer durablement en offrant des expériences bonifiées et s’adapter aux changements climatiques? Photo ci-haut: Un hôtel dans le Red District, Amsterdam. The New York Times, 18 avril 2024. BRAVO!

 

UNE ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

(Photo et extrait : BBC, 11 avril 2024. Station de ski Ruka, en Finlande)

Alors qu’Ouranos, avec l’ASSQ, dévoileront dans quelques semaines les scénarios climatiques pour nos stations de ski à travers le Québec, une station de Finlande a décidé de revenir à une pratique ancestrale : conserver la neige pendant l'été.

« Dans la station de ski de Ruka, en Finlande, la neige commence normalement à fondre en avril. Début mai, les 22 télésièges seront temporairement à l'arrêt. Les 41 pistes deviendront, comme chaque année, vertes, faisant de la colline une destination pour les randonneurs et les cyclistes de montagne, et non pour les skieurs. Cinq des sentiers ont été ponctués de deux monticules de neige recouverts de couvertures de polystyrène blanc (photo). Chaque énorme monticule contiendra environ 30 000 mètres cubes (1,05 million de pieds cubes) de neige. Ils y resteront tout l'été. » BRAVO!

2 mauvaises pratiques – «Booh»

L’ÉCOBLANCHIMENT DE LA WTTC

La semaine dernière, devant l’Assemblée générale des Nations-Unies, la vice-présidente sénior aux communications du World Travel & Tourism Council (notre chambre de commerce mondiale en tourisme), Virginia Messina, est venue affirmer faussement que notre transition durable se porte très bien et que les nouvelles énergies sont là pour assurer la croissance. J’aime bien certains outils et certains rapports du WTTC, mais depuis deux ans, leur appel à la croissance touristique déraisonnée, leur association financière avec l’Arabie saoudite et leur écoblanchiment régulier dans leurs communications n’augurent rien de bon pour le tourisme, car le choc à venir sera d’autant plus grand et nous nous souviendrons de ces leaders touristiques qui déifiaient le technosolutionisme et rejetaient notre responsabilité à changer nos façons de faire. Un extrait de son intervention ICIBOOH!

 

EST-CE QUE TOUTE ZONE NATURELLE DOIT DEVENIR TOURISTIQUE?

(Photo : site de construction projetée d’un centre de villégiature au milieu du parc national « Walls of Jerusalem » en Tasmanie)

Il y a un débat juridique et politique dans cette région d’Australie qu’on pourrait très bien voir au Québec dans les prochaines années. « En 1982, l'UNESCO a déclaré 1,6 million d'hectares de nature sauvage tempérée de Tasmanie, site du patrimoine mondial d’importance exceptionnelle, méritant une protection particulière.

Six ans plus tard, cette déclaration s'est étendue comme un bouclier sur le parc national de Murs de Jérusalem, un plateau de lacs alpins, de monolithes de dolérite portant des noms tels que le trône de Salomon et le pic du roi David, et de pins crayons vieux de 1000 ans qui se dressent, arthritiques et sages, comme les gardiens d’un âge perdu. C'est véritablement l'un des endroits sauvages les plus préservés du monde. »

Le projet privé touristique consiste à quatre « pods » de luxe sur une île isolée au centre du lac Malbena, avec un héliport à proximité. J’ai bien hâte de voir comment on va développer, dans l’avenir, le tourisme à Anticosti, récemment reconnue par l’UNESCO. Plusieurs promoteurs privés flairent déjà la bonne affaire, mais aurons-nous la sagesse et le respect de la nature pour s’assurer de protéger intégralement les plus beaux secteurs? BOOH!

 

2 bonnes pratiques – «Hourra»

CHAQUE ÉLÉMENT PRÉSERVÉ DE NOTRE PATRIMOINE DONNE DE LA VALEUR AU TOURISME D’ICI

(Photo et extrait, Radio-Canada, 13 avril 2024)

À 1400 km de Montréal, la communauté Crie de Chisasibi offre un programme de transmission de techniques ancestrales. « La popularité d’un atelier de fabrication de raquettes traditionnelles ne se dément pas à Chisasibi. Depuis 2007, plus de 400 jeunes et moins jeunes ont (re)découvert cet art derrière un objet clé de leur patrimoine culturel. » Tout ce qui nous distingue – nous rend plus fort en expériences touristiques offertes. HOURRA!

 

PREMIER e-AVION, 100% ÉLECTRIQUE

La compagnie canadienne de Vancouver, avec une flotte de 40 hydravions, Harbour Air, tente actuellement de faire homologuer par Transport Canada le premier avion commercial 100% électrique au monde (photo ci-haut : e-plane). Il serait en service en 2026. Évidemment, à cause du poids des batteries, pour 99% des vols commerciaux de la planète, le « tout électrique » est infaisable. La seule solution à venir (2035+) pour décarboner une majorité de vols est le kérozène synthétique (SAF) produit à partir de l’hydrogène vert, ce qui n’est pas non plus gagné d’avance, car il faudra des « tas de barrages et d’éoliennes » à travers le monde – qui n’existeront pas en quantité suffisante – pour produire l’électricité requise à la production de cet hydrogène vert. Et dire que les vols commerciaux, au rythme de croissance actuel, vont doubler d’ici 2050. Bref, sans décroissance, pas de décarbonation dans le transport aérien. HOURRA! (pour l’e-dravion. J'aime bien ce nom que je viens de créer…)

 

----------------------  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en