Passer au contenu principal

Mes 2 souhaits pour 2024 : dans le panier les cellulaires et préserver le français en tourisme au Québec

 

Je rêverais de deux changements de comportement en tourisme au Québec cette année, qui nous rendraient tou(-te)s meilleur.es. Pourquoi pas?

Nos rencontres de travail et sociales plus enrichissantes sans cell

4 heures par jour sur son cell, c’est 60 jours par année. 2 mois par année! La dopamine nous tient vissés à nos petits écrans. Mais l’efficacité au travail, l’équilibre personnel et l’enrichissement par les contacts humains en souffrent. Avez-vous remarqué cette mauvaise tendance qui s’accélère dans nos réunions de travail en équipe? Celle de l’inattention par des regards discrets, mais fréquents sur nos appareils? En visioconférence, c’est souvent pire pour plusieurs, la décroche totale.

Pour le bien de notre humanité et de l’efficacité au travail, et même lors de repas en groupe, pourquoi ne pas simplement déposer dans un panier tous les appareils, le temps de la rencontre?

Haro sur le franglais en tourisme : respectons qui nous sommes

Second souhait : de plus en plus, des mots anglais s’immiscent sournoisement dans le tourisme d’ici. Être bilingue en tourisme est une nécessité pour accueillir nos visiteurs, mais pas entre nous. Au contraire.

Une langue, c’est plus qu’une addition de mots. C’est une façon de voir le monde, une manière de dire qui nous sommes. Une façon d’interagir, de vivre et de ressentir. Le français parlé au Québec, avec ses accents régionaux, celui de Montréal, de la Beauce, du Lac-Saint-Jean, des Îles de la Madeleine… c’est ce français qui mérite d’être préservé et constitue une richesse touristique.

Ce que j’observe depuis quelques années dans l’industrie touristique du Québec (voir ici un article précédent à cet effet) me rappelle mes premiers contacts, il y a 40 ans, avec les sympathiques «Brayons» de la région d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick : joli accent, mais langue difficile à comprendre et assimilation rapide à l’anglais majoritaire. Même chose observée à Lafayette, en Louisiane : le français langue mourante. Ces riches cultures centenaires disparaissent devant nos yeux.

Demo Day, Reverse Pitch, Product4Good…

Source : MT Lab

Lire les communications du MT Lab, par exemple, c’est comme écouter une émission d’OD alors que régulièrement, des sous-titres en français doivent être placés pour aider à la compréhension de ce qui se dit. Cette mode venue de France, de placer des mots en anglais dans tout et rien, simplement pour faire «branché» déprécie notre langue, notre culture. Certains y voient la force de la mondialisation, avec l’anglais comme langue commune. Ce serait aussi générationnel. C’est dans l’air du temps: «C’est quoi le problème d’utiliser des mots anglais?», que j’entends régulièrement lorsque j’en discute avec les 30 ans et moins. Réfléchir ainsi à courte vue, le problème, mon «kid», tu vas le voir lorsqu’il sera trop tard… Communiquer en franglais, c’est comme faire l’amour à moitié: tu ne réalises pas ce que tu manques au final, ou si oui, alors tu t’en fiches et tu te contentes de peu. Innovons plutôt en créant des mots avec l’Office québécois de la langue française, comme on l’a fait pour «courriel» au lieu de mail, et plus récemment, «tracances» au lieu de «bleisure». Un peu de fierté, bordel!

Une responsabilité corporative

Source : Hôtel Château Laurier Québec

Comme entrepreneur ou comme dirigeant d’une organisation sectorielle, n’est-il pas de notre devoir d’être de fiers ambassadeurs de notre langue et de notre culture?

De surcroît, lorsqu’un organisme est essentiellement financé par des fonds publics, le donneur d’ouvrage (le MTO, DEC, ou toute autre entité gouvernementale) se doit d’exiger le respect du français dans les communications de toute organisation commanditée qui doit donner l’exemple en résistant au franglais.

J’ai mal pour toutes nos générations passées qui se sont battues pour maintenir le français en terre d’Amérique. On parle, en tourisme durable, de respecter la culture locale; encore faudrait-il qu’on se respecte soi-même et qu’on donne l’exemple, nous, les professionnels du tourisme.

Bonne année!

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Tourisme durable : 24 inspirations planétaires

  Le New York Times vient de publier sa liste «  52Places for a Changed World – 2022  » qui souligne des lieux de partout sur la planète où les voyageurs et les acteurs locaux font partie de la solution pour un tourisme plus durable. Chacun de ces extraits que j’ai sélectionnés et traduits mène à des hyperliens vers des sites Web ou des sources de références. Je me suis permis un bref commentaire sur chacun de ces 24 endroits parmi les lieux  que je trouve les plus inspirants parmi ces 52. La semaine prochaine, on parle des inspirations durables ici au Québec.   1.     Northumberland, Angleterre                                              «   Le littoral varié de la Grande-Bretagne, des falaises de Douvres aux promenades de Brighton, aura bientôt un élément unificateur : le England Coast Path de 2   800   milles. Développé en partie par l’organisation gouvernementale Natural England, le sentier vise à accroître l’accès du public à la côte tout en restaurant les paysages, en am