Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes, par Jean-Michel Perron #21 – Espace bleu et démon blond, eau précieuse et vive le bois

 

PENSER AU BOIS DANS NOS CONSTRUCTIONS TOURISTIQUES ET ÉNERGÉTIQUES

(Source : BBC, 27 décembre 2023)

Ces éoliennes suédoises en bois d’épinette, hautes de 150 m (492 pieds) peuvent chacune fournir en électricité 440 maisons. Contrairement à l’acier ou aux autres matériaux pour les panneaux solaires qui vont se raréfier sur la planète, le bois est une matière renouvelable et nous l’avons en quantité au Québec. Il y a déjà en Norvège un hôtel en bois de 18 étages (voyez-le ici). BRAVO!

 

L’ÉCORÉGLEMENTATION S’ÉTEND EN TOURISME : ICI L’EAU!

(Source: www.environnement.gouv.qc.ca)

Ci-haut, extrait des rapports de consommation d’eau de la station de ski Montcalm dans Lanaudière. Voyez ICI le fichier Excel complet. Avec le développement économique et la raréfaction des ressources naturelles d’une planète ayant ses limites, il est essentiel de se donner des contraintes légales, même si ça génère plus de paperasse et ne plaît aux adeptes de « libarté!!! ». Non seulement c’est obligatoire de faire sa déclaration annuelle des prélèvements d’eau si votre total des prélèvements est égal ou supérieur à 75 000 litres par jour, au moins une journée au cours d’une année civile (ce seuil sera abaissé à 50 000 litres par jour dès le 1er janvier 2025), mais depuis le 1er janvier dernier, les renseignements sont rendus publics. On y retrouve de nombreux golfs, campings, stations de ski, etc… Il faut s’attendre à de nouvelles réglementations dans les prochaines années, portant sur divers aspects environnementaux, rendus nécessaires par notre manque d’autodiscipline et de sobriété. BRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – Booh!

(photo Le Devoir : la villa Frederick-James, l’Espace bleu de Percé).

C’est 26 millions de dollars juste pour rénover ce beau bâtiment à Percé et en faire un « Espace bleu » faisant partie de ce réseau québécois improvisé de centres culturels régionaux qui semble mener nulle part malgré les 262 M$ annoncés en 2021. Trois « Espaces bleus » sont actuellement à l’étape du « démarrage », sept sont désignés comme « avant-projet » et cinq sont dans les limbes (Bas-Saint-Laurent, Mauricie, Nord-du-Québec, Laval et Centre-du-Québec).

Le hic, pour Percé, c’est que la Ville n’a même pas d’argent pour maintenir le bureau d’accueil touristique et maintenir un espace de création artistique dans le bâtiment actuellement en rénovation (ce sera uniquement un lieu de diffusion).

Le hic, pour le Québec culturel et touristique : alors que nos musées et nos actuels centres d’interprétation en région peinent à se développer et même à maintenir leurs opérations, faute de fonds suffisants, agir ainsi ne crée pas une dynamique de développement touristique avantageuse pour nos régions. BOOH!

 

L’EFFET TRUMP SUR LE TOURISME AU QUÉBEC

(Photo : AFP)

Le 5 novembre prochain, on saura si Trump est élu président des États-Unis, puisqu’il semble imperméable à une condamnation au criminel avant cette date. Ce qui est certain, peu importe le résultat : il y aura des tensions sociales majeures chez notre principal marché touristique étranger. L’insécurité chez les Américains viendra à très court terme si le « faux blond dictateur en puissance » perd (élection volée évidemment!) ou à moyen terme, s’il gagne (actions impactant l’économie, la liberté d’expression, etc.). Insécurité et tourisme n’ont jamais fait bon ménage. Préparons-nous à une saison touristique estivale 2025 différente. BOOH!

 

2 bonnes pratiques – Hourra!

LA MOTONEIGE TOURISTIQUE ÉLECTRIQUE FAIT SES DÉBUTS AU QUÉBEC

(Photo : Le Charlevoisien.com)

Le Fairmont Manoir Richelieu, en collaboration avec NordExpé, offre maintenant de louer des motoneiges électriques de marque BRPSaguenay Aventures offre aussi des forfaits guidés en électrique (de la marque Taiga Nomad). Nous y sommes 8 ans après la Finlande, mais nous y sommes enfin, permettant de miser sur une aventure durable hivernale et d’attirer ainsi des clientèles jusqu’ici rébarbatives à la motoneige à essence (clients plus « écolo », marché allemand, etc.). Nous n’en sommes encore pas avec un réseau de sentiers étendu, avec bornes multiples, mais ça avance, avec une 1re boucle de 250 km électrifiée en Mauricie. Je parlais de l’importance pour le Québec de se démarquer ainsi sur mon blogue dès 2009! Et aussi ICI en 2014. Plusieurs « spécialistes » (ils vont se reconnaître) se moquaient de ma suggestion, il y a 15 ans. Bien content que ça se concrétise enfin. HOURRA!

 

OUTIL DE SENSIBILISATION À LA CÔTE GASPÉSIENNE

(Source : ZIP Gaspésie)

La transition durable en tourisme, c’est réduire ses gaz à effet de serre et la pollution, mais aussi protéger et régénérer notre biodiversité. Psychologiquement, si nous voulons sensibiliser nos touristes à respecter la nature, il faut y aller par de la communication simple, visuelle et non culpabilisante. Bel exemple ici, en Gaspésie (télécharger ICI la BD). Nos attraits, nos hébergements, nos OGD et nos agences de voyages devraient rendre disponible ce type d’outil de sensibilisation auprès des clientèles touristiques. HOURRA!



Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Tourisme durable : 24 inspirations planétaires

  Le New York Times vient de publier sa liste «  52Places for a Changed World – 2022  » qui souligne des lieux de partout sur la planète où les voyageurs et les acteurs locaux font partie de la solution pour un tourisme plus durable. Chacun de ces extraits que j’ai sélectionnés et traduits mène à des hyperliens vers des sites Web ou des sources de références. Je me suis permis un bref commentaire sur chacun de ces 24 endroits parmi les lieux  que je trouve les plus inspirants parmi ces 52. La semaine prochaine, on parle des inspirations durables ici au Québec.   1.     Northumberland, Angleterre                                              «   Le littoral varié de la Grande-Bretagne, des falaises de Douvres aux promenades de Brighton, aura bientôt un élément unificateur : le England Coast Path de 2   800   milles. Développé en partie par l’organisation gouvernementale Natural England, le sentier vise à accroître l’accès du public à la côte tout en restaurant les paysages, en am