Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes, par Jean-Michel Perron #19 – La croissance selon le Bhoutan, Vive Mingan et le poids carbone d’un jour en ski!

 

2 inspirations – Bravo!

PROJET GELEPHU : UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE!

Comment créer de la croissance et de la richesse tout en étant durable? Le roi actuel du Bhoutan, - pays de 780 000 habitants, sans feux de circulation, sans tabac, bientôt 100% agriculture biologique et seul pays de la planète à présenter un bilan carbone négatif – dont le père a inventé le concept de «bonheur national brut» qui refuse la logique de la croissance sans limites; le roi, donc, a dévoilé le 17 décembre dernier un projet pour créer la première zone économique neutre en carbone, avec une «ville de pleine conscience». 1000 kilomètres carrés, traversée de rivières et de ponts habités, accueillerait des industries non polluantes, un aéroport international, un habitat respectant l’identité bhoutanaise, un barrage hydroélectrique intégrant un temple, des universités et des  écoles, des hôpitaux et un centre spirituel.

Peut-on voir le développement et le tourisme autrement, nous aussi? BRAVO!

 

MINGAN DANS LA LISTE 2024 DU NEW YORK TIMES 

(Crédit photo : NYTimes/Getty, janvier 2024)

Dans son palmarès annuel (2024), le prestigieux quotidien américain recommande de visiter l’archipel de Mingan dans «la région sauvage de la Côte-Nord». C’est la seule destination canadienne avec Whitehorse au Yukon à en faire partie. Il est à noter que cette recommandation est basée sur la possibilité pour le visiteur de découvrir la culture millénaire Innue de la communauté d’Ekuanitshit (Mingan). Lorsque des destinations québécoises incorporent avec respect,  la culture autochtone locale et authentique, les chances d’attirer les visiteurs augmentent en conséquence... BRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – Booh!

DES MONDES PARALLÈLES

L’écart entre les riches et les pauvres, ainsi que le recul de la justice sociale et climatique, deviennent carrément indécents. Voyager est un privilège, ne l’oublions jamais. Et tant qu’à le faire, pourquoi ne pas s’assurer qu’on maximise les retombées locales? Nous ne pourrons pas toujours ignorer la souffrance des autres en nous disant qu’on ne peut rien y faire ou que c’est loin de notre regard. BOOH!

 

CES BOUTEILLES QUI NOUS TUENT LENTEMENT

(Crédit photo : Le Monde, 9 janvier 2024)

Vous voulez rapidement diminuer la pollution et préserver votre santé, celle de votre famille ou de vos clients? Bannissez immédiatement l’utilisation de bouteilles en plastique. Ce mardi 9 janvier, une autre étude (étude américaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences) vient démontrer que l’eau en bouteille souffre d’une contamination d’une ampleur insoupçonnée: «celle des nanoparticules de plastique. Le résultat est saisissant et indique la présence moyenne d’environ 240 000 particules par litre d’eau testée, soit de cent à mille fois plus que précédemment rapporté. Ces résultats sont d’autant plus importants que plus elles sont petites, plus ces particules sont susceptibles de traverser les barrières biologiques, donc d’entrer dans la circulation sanguine et d’être en définitive distribuées dans les organes, y compris le cerveau. Les risques sanitaires pour la population humaine demeurent méconnus, principalement en raison du peu d’études épidémiologiques.» Dire que le lobby canadien des manufacturiers de plastique réussit actuellement, par la contestation juridique, à retarder l’interdiction votée par le parlement canadien de ces contenants… BOOH!

 

2 bonnes pratiques – Hourra!

L’EMPREINTE CARBONE D’UNE JOURNÉE DE SKI

(Source : bonpote.com/le-ski-est-il-une-horreur-ecologique)

D’ici 2 à 3 ans, il sera normal et attendu que vous présentiez le poids carbone de votre service touristique à vos visiteurs. Immédiatement affiché à côté du prix, il y aura le poids carbone du produit/service touristique. Des restaurants britanniques, une agence de voyages australienne et des clubs de golfs américains le font déjà et ont calculé l’empreinte carbone de leur expérience touristique (repas, voyage, 18 trous) avec ce qu’on appelle une ACV (analyse par cycle de vie). Ainsi, un 18 trous aux États-Unis, en moyenne, c’est 27,70 kg CO2eq et un jour de ski en France, c’est 48,9 kg CO2eq. Quand on sait qu’on doit avoir un budget carbone maximal de 2 tonnes par personne pour limiter le réchauffement climatique – au Québec, on est autour de 12 tonnes – vous pensez que c’est peu? (en passant, si tu fais 5 parties de golf et 10 jours de ski, tu es déjà à 0,64 tonnes) Bref, rendez service aux voyageurs et présentez-leur le poids carbone de votre chambre, de votre tour de ville, de votre descente en canot ou d’un billet à votre spectacle. HOURRA!

 

LA MOBILITÉ DANS VOTRE ENTREPRISE

Un des gros postes d’émission de GES dans votre organisation concerne les déplacements de vos employés en domicile/travail & en déplacements professionnels. Voyez ce webinaire de la firme française Carbo sur comment agir autrement. HOURRA!

 

----------------------------------------------------  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Tourisme durable : 24 inspirations planétaires

  Le New York Times vient de publier sa liste «  52Places for a Changed World – 2022  » qui souligne des lieux de partout sur la planète où les voyageurs et les acteurs locaux font partie de la solution pour un tourisme plus durable. Chacun de ces extraits que j’ai sélectionnés et traduits mène à des hyperliens vers des sites Web ou des sources de références. Je me suis permis un bref commentaire sur chacun de ces 24 endroits parmi les lieux  que je trouve les plus inspirants parmi ces 52. La semaine prochaine, on parle des inspirations durables ici au Québec.   1.     Northumberland, Angleterre                                              «   Le littoral varié de la Grande-Bretagne, des falaises de Douvres aux promenades de Brighton, aura bientôt un élément unificateur : le England Coast Path de 2   800   milles. Développé en partie par l’organisation gouvernementale Natural England, le sentier vise à accroître l’accès du public à la côte tout en restaurant les paysages, en am