Passer au contenu principal

Le tourisme durable : où en est la France ?

 


Participation aux Universités du tourisme durable à Montpellier 6-7 octobre 2022

Cette grande messe annuelle du tourisme durable est organisée par l’organisation ATD qui fut l’inspiration de la naissance de Tourisme durable Québec. Plus de 500 professionnels du tourisme y étaient.  Voici mes constats :

1.       Quelques bonnes entreprises durables citées :

·       SailCoop. Comme pour les autos privées qui ne sont pas utilisées 90% du temps, l’idée ici est de louer une place sur des voiliers privés pour faire du «  covoiturage marin » partout sur la planète.

·       Retouch Up.  Réparer au lieu de remplacer (4 à 10 fois moins cher que le remplacement) tous les matériaux à l’intérieur de votre entreprise. Photo que j’ai prise ici au Courtyard Marriott de Montpellier avec Pierre Maisetti faisant la démonstration d’une réparation d’une table de bar.


·       Scope 3 Rassemble les acteurs économiques qui souhaitent donner une seconde vie aux  équipements professionnels.

·       Evi Hob : réseau français d’auberges conviviales et authentiques dans un lieu ouvert aux voyageurs et aux résidents locaux mettant en valeur les spécificités locales.

  • CoAventure : comme pour le covoiturage qui regroupe différents passagers, Co Aventure est un agrégateur qui regroupe afin d’assurer un minimum de clients pour des activités diverses durables.

·       WWoofing: vivre et apprendre sur des fermes biologiques.

·       ETRE : école de transition écologique. Partout en France, ce réseau  appuyé sur une fondation propose des formations gratuites pour les jeunes de 16 à 25 ans, pratiques et manuelles autour des métiers verts et verdissants, pendant 1 semaine à un an.

2. Approche super intéressante : affichage environnemental d’hôteliers dans la région d’Occitanie. Projet pilote de 2 ans d’accompagnement pour 40 hôteliers qui permettra de mesurer l’impact d’une nuitée sous 4  critères :

        • Émissions de GES
        • Consommation d’eau
        • Énergie
        • Produits d’entretien

 3.       Tout comme au Québec, il  y a dans l’air l’idée (par Atout France) de créer un label national du tourisme durable en regard de la grande confusion pour les voyageurs face au nombre   élevé de labels/certifications disponibles.

 

(De droite à gauche : Jean Piard, dg du tourisme Occitanie; Frank Leroux, président de Evi Hob;  Jean-Christophe Guérin, co-fondateur Ahimsa Voyage; Joahnne Wagner, conseillère ESG d’Extendam. Source : TourismExpress.)

 4.       La tendance pour les PMEs et les OGD engagées dans la durabilité, contrairement au Québec, est de continuer à prioriser le tourisme intérieur même en période post-pandémie car l’empreinte carbone  de l’aérien pèse trop lourd pour solliciter les marchés éloignés. Voyager moins, moins loin  et plus propre…et 40% des Français ne voyagent pas : l’objectif (en Occitanie) est de convaincre 10% de le faire. Une promotion l’été dernier (train à 1 euro pour les jeunes) va dans cette direction.

 5.       Malgré leur excellent réseau de trains, 92% des déplacements touristiques en Occitanie se font en auto solo. Il faut donc :

  •       Offrir des billets de transport intermodal avec basse empreinte carbone et réduction auprès d’attraits
  •     Faciliter les services pour vélos : aires de services vélo (en France = stationnement, eau, toilette, table pique-nique), bornes électriques, rampes, entreposage sécuritaire et transfert de bagages
  •     Se préoccuper du «  dernier kilomètre » (arrivée en vélo par train et rejoindre son logis à partir de la gare)

6. Soutenue par l’ADEME (l’agence étatique française de la transition durable), la région d’Occitanie (sud-ouest de la France) se dote d’un observatoire du tourisme durable  qui vise à créer un outil pour mesurer autrement le tourisme : comment suivre et analyser l’activité touristique sur le territoire? Quels nouveaux indicateurs de mesure à adopter collectivement pour faire face aux nouveaux enjeux, dont celui de la durabilité ?  À quand cette création nécessaire pour le Québec ?

7.       Le tourisme de masse : au lieu de l’opposer au tourisme « vertueux », il vaut mieux l’encadrer vigoureusement dans des stratégies et politiques durables pour travailler la conscience environnementale des voyageurs et continuer de garantir ainsi un accès large aux vacances  empêchant ainsi le surtourisme par :

  •  Schémas de développement cohérents
  •  Systèmes d’information harmonisés
  •  Politique concertée de transport collectif
  • Mobilités douces et interconnexions
  • Revitalisation de territoires trop touristico-dépendants
  • Économie circulaire zéro déchet & populations locales
  • Promotion, audit et accompagnement des entreprises intermédiaires
  • Limitation du développement d’une industrie touristique lourde
  • Formations et partage des bonnes pratiques
  • Nouveaux indicateurs de performance
Mieux répartir les touristes dans le temps (50% de l’hébergement commercial se fait en juillet-août en France) et dans l’espace (30% des nuitées en bord de mer) est un bon point de départ.

 -----------------------

On se retrouve tous le 1 novembre prochain au symposium québécois du tourisme durable ? 

 Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées