Passer au contenu principal

Comment ne pas dilapider les millions $$ en tourisme durable ?

 

 

Nous avons la chance de pouvoir compter sur des sommes appréciables dédiées à notre transition durable autant de la part du gouvernement du Canada (DEC) que du Québec via ses programmes en tourisme tel que Destination durable et action concertée (10M$) géré par le FAQDD ou les fonds gérés par MTLab.

Mais le modèle de procéder uniquement par «  appel de projets » comporte le risque de passer à côté d’actions nécessaires pour l’ensemble de nos entreprises et de nos destinations. Trois exemples ?

·       Une application simple et gratuite permettant à chacune de nos entreprises de se faire un autodiagnostic de son empreinte carbone et ainsi suivre sa progression (la décarbonisation étant la priorité des priorités) dans les prochaines années.

·       Un calculateur de la capacité de support des milieux (autant en   milieu naturel qu’urbain). Pour la qualité de l’expérience client, pour le respect des résidents et de la biodiversité. Cet enjeu majeur que je traiterai  sous peu plus en détail sera dans l’agenda futur-proche de multiples entreprises et destinations.

·       Une certification nationale québécoise en TD, reconnue par l’organisme GSTC qui «  certifie » les certifications en TD crédibles de la planète.  Les voyageurs ne se retrouvent pas actuellement dans les multiples bonnes et moins bonnes certifications /labels du tourisme durable. Nous sommes dans le paradis de l’écoblanchiment  et les PMEs réellement durables sont ainsi pénalisées. Ayons un tronc commun pour nos entreprises avec de bonnes pratiques tout en reconnaissant officiellement les certifications sérieuses que les entreprises souhaitent en plus utiliser telle que Biosphère. C’est le modèle du tourisme finlandais depuis 2 ans et ça fonctionne.

Par ailleurs, pour ces programmes d’appels à projets, les fonds publics ainsi accordés devraient l’être sous deux conditions minimales :

1. Un accès ouvert à travers le Québec aux solutions développées grâce aux subventions reçues par des destinations ou des OBNL en évitant de subventionner des doublons

2. Un remboursement de la subvention par les PMEs à but lucratif qui auront développé des solutions/services rentables grâce à une contribution de l’état.


Soyons performants et imputables individuellement/collectivement du support de l’état.

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées