Passer au contenu principal

Devenir une icône touristique, quelle est la recette magique ? 3 nouvelles icônes en 2022 à Montréal, au Massif et à Saint-Faustin

 

Tout le monde le sait, une de nos forces au Québec, c’est la créativité. Alors laissons-la s’exprimer et supportons-la financièrement.  Plus il y en aura, plus le Québec dans son ensemble sera perçu comme une destination originale à  découvrir. Car, en tourisme, depuis les temps immémoriaux, il  y a deux valeurs universelles menant à la réussite et qui ne changent pas: l’accessibilité et l’unicité.   

Saluons ces 3 nouveaux lieux emblématiques  qui sauront attirer les visiteurs, je vous le garantis. Si j’avais à gager un bitcoin, ce serait sur chacun d’ eux.

 L’ Anneau de Montréal


« Land art » urbain, de jour et de nuit. 50 000 livres, 90 pieds : prouesse technologique (chauffante l’hiver, suspendu dans les airs)  mais surtout une signature architecturale originale en plein centre-ville marquant le retour à une vie plus normale post-covidienne dans le secteur de Place Ville-Marie.  Construite à Trois-Rivières (vous voyez, Montréal a besoin des régions !).

« Ce nouveau symbole suspendu de Montréal saura se faire une place de choix dans nos cœurs et sur les photos qui feront le tour du monde», estime pour sa part, Yves Lalumière, PDG de Tourisme Montréal, cité par Le Journal de Montréal.

Tu as bien raison Yves.  Je prédis même des exploits illégaux en volant à travers l'anneau….de belles images virales à venir sur TikTok et You Tube.

L’Effet Papillon (Massif, Charlevoix) 


C’est le nom de ce nouveau restaurant, inspiré des restos alpins d’Europe. Le chef David Forbes  promet une expérience gastronomique régionale et sensorielle avec 90 places (+60 en terrasse)  qui  offrira l’une des plus belles vues au Québec. C’est dans le Camp-boule, récemment rénové, au Massif de Charlevoix. Autant pour les skieurs que pour les cyclistes de montagne l’été ou les visiteurs de passage.

Le Sentier des cimes (Saint-Faustin-Lac-Carré, Laurentides)

Avec ses 1 250 mètres de passerelles de bois et une tour de 40 mètres de hauteur (13 étages), ce sentier suspendu et aérien permettra une vue spectaculaire sur la forêt laurentienne et une expérience là aussi sensorielle (tu pourras marcher suspendu dans le vide sur un filet) unique.  Seul autre exemple existant en Amérique du Nord : Malahat Skywalk sur l’île de Vancouver (600 mètres de passerelles et 32 mètres de hauteur : yes, here we go Laurentides, 10 mètres de plus !)

-----------------------

Mais quelle est la recette magique pour s’assurer de construire un attrait, un emblème, une icône qui  va réellement devenir un produit d’appel, justifiant un déplacement spécifique de visiteurs ?

1.       C’est vraiment original et distinctif. J’écrivais dans ces pages  en 2016 (lire ICI) que le nouveau pont Champlain, malgré la prétention des promoteurs, ne deviendra pas, une fois construit, une icône montréalaise. Me suis-je trompé ? Je ne pense pas. L’Anneau lui sera distinctif. Le Sentier des cimes et le resto l’Effet Papillon le seront tout autant.  Succès commercial assuré, car le bouche-à-oreille va carburer à plein tube, comme disent les cousins d'outre-Atlantique.

2.       De la qualité et de la constance. Les icônes touristiques de ce monde, de fabrication humaine, exigent un investissement et une mise à niveau récurrente minimaux pour se payer des matériaux et des équipements de qualité qui vont durer dans le temps et dont l’expérience de visite sera de qualité égale et constante peu importe la saison et l’âge des lieux….

3.       Ça répond à un besoin, à une attente des visiteurs. Les voyageurs veulent vivre une expérience, idéalement sollicitant plusieurs sens. Ils veulent être surpris soit par la dimension des lieux, le paysage,  la beauté, la poésie, les goûts, l’ambiance, le silence, les étoiles ou l’émotion d’être simplement là et de vivre de quoi d’unique….

4.       Durable et responsable. Nouveaux critères maintenant à considérer par les visiteurs : l’icône touristique respecte l’environnement (empreinte carbone), les citoyens impactés et régénère plus que ce qu’il prend de la Nature…


-----------------------

   Ca, c'est la manière de penser développement touristique en 2019, avant la pandémie et surtout avant notre conscientisation sur les changements climatiques, la perte de notre biodiversité et la pollution qu'on ne peut nier aujourd'hui devant les constats scientifiques. Il faudrait dès lors utiliser, avant de supporter tout projet touristique subventionné, une grille d'analyse qui répondrait - entre autres - aux questions suivantes (dont je n'ai évidemment pas toutes les réponses):

    L'ANNEAU:

Comme l'acier ou l'aluminium génèrent énormément de GES dans leur fabrication, n'aurait-il pas été mieux de le faire en bois, symbole fort du Québec nordique ? 

Avec tous les problèmes de logements abordables à Montréal, ce 5M$ n'aurait-il pas été mieux investi sur cet enjeu ou le fait de créer une icône qui risque d'attirer/retenir plus de visiteurs payants qui vont générer plus de revenus et d'emplois, on sert mieux ainsi la société ? 

L'EFFET PAPILLON:

Transformer un bâtiment déjà existant, ça c'est durable mais comme les prix des repas risquent d'être élevés à cause des coûts élevés d'opération et que sa localisation est éloignée des résidents de Petite-Rivière-Saint-François et de Baie St-Paul, ne rend-on pas ainsi le tourisme moins accessible et les déplacements des clientèles générateurs de GES ? 

LE SENTIER DES CIMES:

Une tour de 13 étages ne vient-elle pas nuire à la qualité paysagère de cette forêt ou plutôt, le fait de faire un sentier vertical va moins impacter la biodiversité qu'un sentier entièrement horizontal ? 

Tous ces arbres pour ce projet maintenant coupés ne capteront plus pour se nourrir, de CO2, est-ce durable si en ce faisant, d'autres arbres ne sont pas replanter ? 

Ne serait-on pas mieux au Québec de commencer à parler de décroissance, de maximiser les espaces urbains et narurels déjà  utilisés au lieu de gruger encore plus sur nos milieux propices à la biodiversité ? 


    Jean-Michel Perron

Commentaires

  1. Marier l’art et la rue c’est souvent magique. De multiples exemples dont Oslo et Copenhague le témoignent. L’anneau sera l’objet de nombreuses images de Montréal sur les réseaux sociaux autant que la Tour olympique, un incontournable tout comme le Château F !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Commentaire précédent de Michel Archambault!

      Effacer

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées