Passer au contenu principal

Treq : qu’attend l’industrie du tourisme pour appuyer cette coopérative ?

 

L’appareil Q400 développé par Bombardier

Le tourisme dans l’Est et le nord du Québec  n’a jamais atteint son plein potentiel principalement à cause des prix prohibitifs (je paie régulièrement un Montréal / Basse-Côte-Nord 2 100$), des horaires inadaptés au tourisme et la faible capacité des appareils. Dans la réalité, le tourisme en régions éloignées, c’est soit du tourisme d’affaires ou médical avec les employeurs et les gouvernements qui paient les billets d’avion; soit uniquement du tourisme par automobile qui exige du temps de déplacement là où il y a des routes ou carrément  une absence de voyageurs d’agrément lorsqu’il n’y a pas de route .

«Les Québécois paient, en moyenne, 180 % plus cher que les Ontariens pour les vols intérieurs…., au-delà du prix des billets, la qualité du service de transport aérien régional présente d’importantes lacunes au Québec. »  -  Robert Laplante, directeur général de l’IREC (Institut de recherche en économie contemporaine).

Depuis un an et demi, le  gouvernement du Québec (« le plan Bonnardel », du nom du ministre des Transports) tarde à  déposer sa stratégie pour résoudre ce handicap historique.  Depuis des années le gouvernement subventionne des transporteurs régionaux afin de garantir les vols, mais dans la réalité ce ne sont que les actionnaires de ces compagnies qui en bénéficient et non pas les communautés locales ou les touristes d’agrément.

Or, il  y a sur la table une solution : la coopérative Treq initiée par deux  personnes actives en tourisme depuis des années (Serge Larivière, Aéroport de Tremblant et Eric Larouche, hôtelier de Saguenay) et supportée déjà par des milliers de membres. Leur position est simple, claire et logique :

-          Utilisons de plus gros appareils afin de diminuer les coûts par siège (des Q400 de 78 pax). On envisage alors un billet d’avion Sept-Îles–Montréal  ou Gaspé-Montréal à 350$a/r , par exemple.

-          Que le gouvernement du Québec cesse de subventionner les compagnies aériennes car ça ne règle en rien les enjeux d’accessibilité  de nos régions.

-          Que le gouvernement fixe un prix plancher du coût des billets aériens régionaux afin d’empêcher Air Canada de vouloir déstabiliser l’arrivée de Treq par une guerre de prix, comme observé par le passé.

 Treq ne demande aucune subvention à Québec. Uniquement un prêt de 4M$ et de laisser libre la concurrence. « Des choses  ne tiennent pas la route », soulignait la semaine dernière Pierre Fitzgibbon, le ministre de l’Économie,  en référence au plan d’affaires de Treq.  Possible, mais dites en quoi précisément M. le ministre au lieu de simplement miner la crédibilité du projet  et c’est à nous tous, touristes, entrepreneurs, communautés et gouvernements de perfectionner ce modèle coopératif appuyé déjà par le gouvernement fédéral, la CSN et plusieurs maires des régions. Tenez compte svp de toutes les parties prenantes impactées par le transport régional.

«  Il est temps de se libérer du syndrome de Québécair, nous sommes en 2022 ! » me mentionnait le président du CA de Treq, Éric Larouche. Il faisait référence à la prise en charge dans les années ’70-80, par des intérêts québécois, du transport régional, mais qui a dû cesser ses opérations avec un déficit accumulé de 80M$.

La différence majeure aujourd’hui avec Treq c’est la force et la résilience d’une coopérative qui s’inscrit parfaitement dans un développement durable et structurant pour les régions.

Nous tous impliqués dans le tourisme québécois devons prendre position, faire connaître les enjeux et les solutions pour les régions du Québec et lors de l’arrivée de Treq, supporter par nos entreprises et nos clientèles le remplissage des Q400.

 

Jean-Michel Perron

 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées