Passer au contenu principal

Tourisme spatial : Ça vole pas haut !

 


Quel est le point commun entre les Ostrogoths de Cancun et les touristes milliardaires de l’espace ? Hormis de circuler en altitude : l’individualisme exacerbé, l’indécence et l’immoralité.  

Alors que les pays pauvres peinent à vacciner leurs populations ce qui nous garantit à vie le COVID permanent ; alors que l’écart de richesse entre les pauvres et les riches s’élargit (1 % des plus riches possèdent 2 fois plus que 6,9 milliards d'humains dont 725 millions vivent dans l’extrême pauvreté), alors que les changements climatiques affectent toute l’humanité et on a encore rien vu ; le tourisme spatial à 450 000 $ UD du billet équivaut en GES, pour un seul lancement de fusée, à 395 vols transatlantiques (CO2) et ce n’est que le début du tourisme spatial !

Je comprends que notre planète de la fosse des Marianne à 11 000 m de profond à l’Everest à 8 849 m et du pôle Nord à l’Antarctique est maintenant explorée de partout, mais avant de s’aventurer dans l’espace, les milliards de dollars investis dans ce nouveau tourisme élitiste devraient plutôt servir à faire du tourisme terrestre actuel une activité régénératrice pour la planète.

Trois compagnies se compétitionnent sur ce segment : Blue Origin de Jeff Bezoz/Amazon, Virgin Galactic de Richard Branson et SpaceX d’Elon Musk/Tesla. Un vrai «  boys’ club » dont la forme phallique de la fusée Blue Origin en est un puissant symbole !   

« Quand vous vous élevez au-dessus », a déclaré Jeff Bezos à propos de l’atmosphère après son vol inaugural de 10 minutes à 100 km d’altitude, sur New Shepard, en juillet dernier, «...c’est cette toute petite chose fragile, et alors que nous nous déplaçons sur la planète, nous l’endommageons. »

M. Bezos, vous l’endommagez encore plus en vous baladant en haute altitude….

 

Jean-Michel Perron


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées 

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .