Passer au contenu principal

Jean Bédard : visionnaire et homme de conviction, pionnier du tourisme durable

Crédit-photo: Nicolas Gagnon
«  Quand on a débuté en tourisme, je ne savais pas ce qu’était une ATR» me lance candidement Jean Bédard, lui qui a commencé sa carrière de biologiste dans le Nord. Son expérience de vie et ses convictions environnementalistes le placent dans une classe à part. Il a, entre autres, permis de sauver la vallée de la Jacques-Cartier au nord de Québec en faisant dérailler un projet de barrage d’Hydro-Québec en 1973 à une époque où le mot «  écologie » ne voulait rien dire au Québec…

Ce passionné de 83 ans des oiseaux et du Saint-Laurent a su créer dès 1990 à l’île aux Lièvres face à Rivière-du-Loup un site touristique plus dépaysant, authentique et durable que bien de destinations plus isolées de notre planète. Il a surtout réussi un troc original entre l’Homme et la nature : la société Duvetnor protège les espèces maritimes dont le canard Eider, en échange de son duvet dont le prix varie de 1500 $ à 2000 $ du kilo. Il faut savoir qu’il est dans la tradition des mariages allemands, d’offrir une couverture en duvet reconnu pour sa chaleur, son élasticité et le fait qu’il soit anti-allergène.

                                                                             Jean Bédard

Duvetnor a pour mission de protéger l’habitat naturel de ce coin maritime du Québec et de servir de vitrine en sensibilisant les visiteurs à la richesse de notre biodiversité.

Se rendre sur cette île comme je l’ai fait l’automne dernier, c’est découvrir des gens passionnés, autonomes et déterminés qui entourent Jean Bédard depuis plus de 24 ans ; c’est s’immerger de pure nature avec les sons uniques de l’environnement marin ; c’est un équilibre entre le nombre de voyageurs et les lieux, ce sont des opérations complexes d’une île isolée et avec panneaux solaires, mais pragmatiques, respectant l’environnement.  

Le voyageur peut dormir dans le secteur du magnifique phare (3 chambres), dans la jolie auberge de 9 chambres, dans l’un des 7 très confortables chalets ou sur l’un des 25 emplacements rustiques de camping. Avec ses 30 employés et ses 4 navires, Duvetnor présente une organisation touristique professionnelle, apte à inspirer bien des PME qui se cherchent un modèle de gestion et de résilience dans ces temps incertains. » «  Une des clés de notre réussite repose sur le fait qu’on a avant tout compté sur nous-mêmes et des partenaires locaux, pas sur les gouvernements… » renchérit le fondateur, président du CA de cet OBNL et directeur général.



Prochaine étape ? Jean Bédard qui a la détermination des gens qui vivent le territoire, rêve que l’île serve de camp de base, permettant la découverte du fleuve au-delà de l’île autant au départ de Rivière-du-Loup que de Charlevoix. Il a le regard déterminé et la lucidité de ceux qui savent que malgré les changements climatiques, la pollution et le risque de perte de la biodiversité qui s’ensuit, la planète a besoin d’un tourisme à la «  Duvetnor » qui a tracé la voie à un modèle durable d’écotourisme au Québec.

Saluons cet esprit libre, lucide et pionnier d’un tourisme autrement.

 

 Jean-Michel Perron 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées 

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .