Passer au contenu principal

Vers un tourisme durable au Québec ? Inspirations parisiennes

 


Avance-t-on comme on devrait le faire pour réussir notre nouveau tourisme, principalement axé sur la décarbonisation de celui-ci? Non, mais ça bouge… Tourisme Québec a publié ce printemps son plan d’action en tourisme responsable et durable, l’organisation Tourisme durable Québec (TDQ) a vu le jour et regroupe maintenant les leaders privés et institutionnels de notre industrie tout en déployant progressivement ses services. Les ATR/ATS avec l’Alliance de l’Industrie touristique poursuivent la réflexion dans ce sens.

La sortie de crise des PME touristiques à l’ère COVID-19, surtout en milieu urbain et la nécessaire relance qui prendra au moins 2 ans, canalisent toutes les énergies de ces entreprises.

Malgré cela, notre défi collectif consiste à accélérer le tempo, car passer de 51 milliards de tonnes annuellement de gaz à effets de serre (GES) que nous émettons sur la planète à zéro au plus tard en 2050 représente un défi colossal pour tous les pays. Sans cette atteinte, les changements seront irréversibles et catastrophiques pour tous. Le tourisme québécois, comme tous les autres secteurs et les autres pays doivent s’y engager rapidement. La bonne nouvelle? Pratiquement tout le monde en parle et est conscient de l’urgence. Mais le politique et les nouvelles technologies requises pour, par exemple, produire du ciment et de l’acier verts, ne sont pas encore au rendez-vous alors que les besoins en énergies et en matériaux vont continuer de croître peu importe nos incantations à moins consommer.

Tant qu’au Québec on parlera encore du projet GNL, d’un troisième lien à Québec, de la faible protection de territoires naturels au sud du Québec, de payer l’essence à un prix dérisoire par rapport à son coût réel si on considère les coûts environnementaux qui y sont liés et de continuer à soutenir un événement aussi peu durable que la F-1 au lieu de considérer sérieusement un train électrique rapide entre Québec et Montréal, un réseau intégré de transports interurbains électriques et par hydrogène ou encore la gestion des flux touristiques en villes et en régions selon la capacité réelle de support des milieux, on traînera en arrière de la Finlande (ils sont 2 ans en avance sur nous en tourisme durable), de la Nouvelle-Zélande, du Costa Rica ou de Paris comme j’en traite plus loin.

Les Assises du tourisme durable le 3 novembre prochain organisées par TDQ avec l’appui des parties prenantes de notre tourisme devront permettre de faire le point sur notre démarche en transition durable et susciter, je l’espère, non seulement une grande cohésion, mais une volonté réelle d’agir MAINTENANT par des actions efficaces et priorisées.

  De la nécessité de savoir d’où on part

Le Québec, c’est annuellement 83,7 millions de tonnes de GES dont 29 Mt proviennent du transport routier. Grâce à notre hydroélectricité, nos impacts en GES globaux, contrairement au reste de la planète, demeurent faibles. Faibles vraiment? Traduisons ceci par personne : en moyenne sur la Terre un Humain[1] produit 6,5 tonnes de GES par année, au Québec : 9,8 tonnes, pourtant le niveau le plus bas au Canada.  

Nos GES sont beaucoup reliés aux secteurs utilisant les énergies fossiles, dont le transport. En tourisme, le transport pour se rendre au Québec, pour se déplacer au Québec, pour transporter les biens et services que nos PME touristiques consomment; tous ces éléments s’appuient sur les énergies fossiles. Mais on ne sait pas quelle est la contribution réelle du tourisme dans les GES québécois. En France, on sait maintenant que c’est 11,1 % alors que leur tourisme c’est 7,4 % de leur PIB. Donc très polluant. Mais quand est-il au Québec? J’en parlais il y a quelques mois avec Claude Villeneuve de la Chaire Écoconseil de l’UQAC, et réaliser une telle étude pour le Québec est très réaliste à court terme et nous permettrait collectivement de se mesurer dans notre transition.

Savoir que c’est principalement le transport en tourisme qui impacte négativement la planète ne nous dédouane pas pour autant à décarboner nos autres types d’entreprises et nos activités touristiques. À ce chapitre, il faut réduire, réutiliser, partager, transformer, réimaginer nos principales activités (exemple ici en hôtellerie), autant dans l’achat (fabrication, distribution), dans son utilisation que dans la disposition après usage :

·       Énergies utilisées

·       Nettoyage de la literie

·       Entretien général

·       Produits dans la chambre


Inspirations parisiennes

Jeudi dernier, j’ai participé aux Assises du tourisme durable de Paris. J’adore le concept des Assises en France depuis toujours, car il s’agit d’entendre des points de vue pas toujours identiques. Au Québec, il ne faut surtout pas présenter une opinion qui ne constitue pas la ligne de pensée partagée par la majorité, c’est pour ça je présume que tout le monde dit pratiquement tout le temps la même chose. C’est rafraîchissant les débats et surtout, ils permettent de faire évoluer tout un secteur. Comme ils disent de l’autre côté de l’Atlantique, on est plus intelligents ensemble, que seuls.


          La "maire" de Paris, Anne Hidalgo, jeudi dernier.

La «  maire» Hidalgo n’y va pas par quatre chemins. Son objectif ? Faire de Paris la capitale mondiale du tourisme durable. Rien de moins. De faire de la nécessaire transition écologique du tourisme un argument de positionnement international. «En érigeant en priorité la soutenabilité de son tourisme, en mettant sur la table des sujets dont elle n’a pas forcément la compétence, Paris veut inviter l’Etat à l’action et emporter d’autres villes dans sa dynamique — quand bien même plusieurs ne l’ont pas attendue pour agir.» indique le journaliste Clément Guillou, journal Le Monde.

 

 DES ÉVIDENCES ENTENDUS

·       Paris, comme Amsterdam, doit passer d’entonnoir touristique à arrosoir vers les autres destinations françaises;

·       Surtourisme : mieux répartir dans l’espace et le temps;

·       Jean-François Rial, président de l’Office du Tourisme de Paris : Les OGD doivent vraiment se repenser dans leurs rôles puisque les 2/3 des touristes ne viennent pas grâce à la promotion faite par la destination, mais par le bouche à oreille positif créé par des visiteurs satisfaits donc la priorité d’une OGD c’est d’augmenter la qualité des services et des expériences (ex : toilettes publiques, signalétique pour les vélos, «passe  intégrée» dans les transports et les sites touristiques populaires, etc…)

 

NOUVELLES PERSPECTIVES ENTENDUES

·       Uber a bien servi le tourisme, car a forcé les taxis réguliers à augmenter la qualité de leurs services;

·       Comme Barcelone qui limite maintenant à 9000 «meublés touristiques “(AirBnB), Paris doit mettre en place des quotas maximums par arrondissement afin d’y maintenir la vie communautaire. Mon commentaire : ça aurait dû être fait depuis longtemps dans le Vieux-Québec! Est-ce la cas sur le Plateau?

·       La classification de satisfaction de Booking.com a forcé les hôteliers à se questionner sur leur réelle qualité de services;

·       Faut dorénavant voir ses déplacements urbains comme faire du trek en ville (sans motorisation), mais exige une meilleure signalisation;

·       Mettre en place un annuaire des PMEs durables (Note : la carte interactive de Tourisme durable Québec s’en vient)

 

La ville de Paris, depuis mars dernier, a préparé 7 thématiques en tourisme  en prévision de ces Assises :

1.    Ancrage local : Paris autrement

·       Mieux répartir les visiteurs dans les 17 arrondissements grâce aux outils de géolocalisation et de personnalisation;

·       Maximiser l’axe «  La Seine’

·       Label «  Fabriqué à Paris’

·       Faire des résidents des ambassadeurs officiels

2.    Ville accueillante et accessible

3.    Flux et mobilité

4.   Transition écologique

·       ¾ de GES en tourisme provient du transport

·       Bateaux taxis parisiens passent à l’hybride en 2024 et pour les bateaux «  promenade’ et «  restaurants’, ils considèrent l’hydrogène rapidement.

·       Le vaporetto électrique/hydrogène sur la Seine

·       12 propositions pour décarboner dont :

·       Inverser la logique du coût des déplacements : prix selon la durée des séjours et non pas les volumes;

·       Passe Zéro Carbone (du métro au vélo, au bateau….)

5.    Événementiel

6.   Emploi et formations

7.    Gestion de crise et résilience

·       MICE : Microsoft a décidé dorénavant de tenir 12 grands événements internationaux au lieu des 30 habituels. A Paris, il faut continuer de s’appuyer sur notre valeur ajoutée :

o   Patrimoine bâti

o   Art de vivre

o   Innovation 

o   Durable et inclusif

 

 Un des « coup de gueule » de la rencontre  ? Sébastien Bazin, PDG d’ACCOR, le grand groupe hôtelier (300 établissements juste en Île-de-France) : "Arrêter d’accuser les chaines hôtelières…On est à genoux...pas trop vite la transition, le vélo ne va pas tout régler, car 1/3 des touristes ne font pas ou ne peuvent pas faire de vélo…. "

 

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) que l’Etat a mandatée, en 2019, pour structurer une politique de développement durable du tourisme a dévoilé son rapport récemment portant sur l’évaluation des impacts environnementaux du tourisme : le tourisme en France, dont les seuls critères de réussite sont le nombre de visiteurs internationaux et sa part dans le produit intérieur brut (PIB), n’est pas compatible avec les objectifs environnementaux du pays.

Cette évaluation, inédite pour un pays entier, recense le transport, l’hébergement, l’alimentation et la consommation des touristes, mais aussi l’exploitation et la construction des infrastructures nécessaires à leur accueil, de l’appartement loué sur Airbnb au centre de congrès vivant du tourisme d’affaires. Le poids du tourisme dans les émissions de GES se révèle ainsi supérieur à son apport au PIB (11,1 %, contre 7,4 %). Les trois quarts des émissions sont générés par le transport, et les seuls trajets en avion arrivant en France représentent 41 % du total. En conséquence, un touriste venant de l’étranger émet, tous modes de transport et d’hébergement confondus, quatre fois plus de GES par nuitée qu’un touriste national.

De même, l’étude montre qu’un touriste d’affaires, présent en France pour des raisons professionnelles, a une intensité carbone deux fois plus élevée que le touriste de loisirs, en raison d’une durée de séjour plus courte et des émissions de GES du secteur événementiel. 60 % des GES en tourisme à Paris proviennent de l’aérien!

 

 Jean-Michel Perron



[1] 2020 : 7,8 milliards sur la terre, 8,5 millions au Québec.

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’