Passer au contenu principal

Train à Grande Fréquence de Via Rail : un excellent projet pour les années '50….1950 bien entendu !

 

             Source : Radio-Canada/Google Earth

L’avenir de notre tourisme au Québec passe par un réseau intermodal de transports publics écologiques. Et bien avec cette première grande annonce d’infrastructures du TGF, on est mal parti! L’annonce du 6 juillet dernier par le gouvernement fédéral d’un projet de corridor entre Québec et Toronto pour 2030 au coût prévu «  entre 6 G$ et 12 G$» comporte de bonnes nouvelles : enfin un rail dédié aux transports de passagers (!!!) et il sera à 90 % électrique. Mais il y a une odeur certaine de politique dans cette annonce, car où se situe la logique?

Il s’agit d’un projet sociétal majeur qui comporte de graves lacunes :

1.       On ne gagnera que de 25 à 30 minutes sur le trajet Québec-Montréal, nos deux grands pôles touristiques qui se fait actuellement en 3h24 minutes et uniquement de 40 à 60 minutes de réduction sur le 5 h 30 actuel entre Montréal et Toronto. Ce n’est pas ça rendre plus accessible une destination! Bref, ce train ne remplacera malheureusement pas l’avion qui restera encore longtemps très polluant malgré les premières avancées en nouveaux carburants. Ni le transport par automobile privé, même électrique, qui engendrera encore des coûts élevés de congestion et d’entretiens routiers. Alors tout ça pour ça? Dire qu’un TGV tout électrique joindrait Québec-Montréal en 50 minutes

  2.      Incroyable de penser tout de même que 10 % du trajet en 2030 se fasse avec des locomotives diesel en milieu urbain, car ces voies appartenant à des opérateurs privés, ne pourront fournir l’infrastructure électrique requise selon le projet!

 3.      Si on se fie aux promesses d’il y a 40 ans de compléter la route #138 jusqu’à Blanc-Sablon, on peut s’attendre à des délais majeurs de construction et à un coût bien plus élevé que 12 G$….Les politiciens d’aujourd’hui ne seront alors plus là pour s’expliquer.

 Je rejoins tout à fait les propos de Michel Archambault dans son texte d’opinion publié dans Le Devoir  qui parle d’une «erreur historique» : 

Pour l’avenir de notre tourisme, de la planète et de notre qualité de vie, nos grands projets d’infrastructures doivent avoir une réelle vision. Justifier ne pas choisir le TGV pour une question de coûts et de temps de construction n’est pas crédible dans le contexte. C’est bien mal parti pour une transition durable qui nous ferait gagner des points dans notre positionnement touristique international.


Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’

Après le glamping, la vague du graping ! (GRAtuit-camPING)

         La légendaire Volkswagen   Les «  grapeurs [1] » ne sont pas des touristes mais des visiteurs puisqu’ils ne logent ni en logement commercial, ni en logement privé dans les régions visités. Ils logent dans leur valise qu’est leur roulotte ou leur motorisé. Les maires et les ATR ont tous intérêt à suivre le graping de près.   Le phénomène n’est pas nouveau (pensez à la mythique Westfalia) mais comme bien d’autres activités touristiques, COVID est un puissant accélérant qui se poursuivra encore plus en 2021 pour ce segment très visible de visiteurs. Si vous avez voyagé l’été passé dans les régions, vous avez fait le constat comme moi qu’autant de roulottes et de petits motorisés ne pouvaient entrer dans les terrains de camping réguliers   tellement ils étaient nombreux.   Je sais qu’une bonne partie de ceux-ci d’ailleurs ne «  voulaient pas » loger en terrains de camping payants… Mon instinct me dit qu’on est au début d’une vague (d'une autre sorte!).        

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies