Passer au contenu principal

Train à Grande Fréquence de Via Rail : un excellent projet pour les années '50….1950 bien entendu !

 

             Source : Radio-Canada/Google Earth

L’avenir de notre tourisme au Québec passe par un réseau intermodal de transports publics écologiques. Et bien avec cette première grande annonce d’infrastructures du TGF, on est mal parti! L’annonce du 6 juillet dernier par le gouvernement fédéral d’un projet de corridor entre Québec et Toronto pour 2030 au coût prévu «  entre 6 G$ et 12 G$» comporte de bonnes nouvelles : enfin un rail dédié aux transports de passagers (!!!) et il sera à 90 % électrique. Mais il y a une odeur certaine de politique dans cette annonce, car où se situe la logique?

Il s’agit d’un projet sociétal majeur qui comporte de graves lacunes :

1.       On ne gagnera que de 25 à 30 minutes sur le trajet Québec-Montréal, nos deux grands pôles touristiques qui se fait actuellement en 3h24 minutes et uniquement de 40 à 60 minutes de réduction sur le 5 h 30 actuel entre Montréal et Toronto. Ce n’est pas ça rendre plus accessible une destination! Bref, ce train ne remplacera malheureusement pas l’avion qui restera encore longtemps très polluant malgré les premières avancées en nouveaux carburants. Ni le transport par automobile privé, même électrique, qui engendrera encore des coûts élevés de congestion et d’entretiens routiers. Alors tout ça pour ça? Dire qu’un TGV tout électrique joindrait Québec-Montréal en 50 minutes

  2.      Incroyable de penser tout de même que 10 % du trajet en 2030 se fasse avec des locomotives diesel en milieu urbain, car ces voies appartenant à des opérateurs privés, ne pourront fournir l’infrastructure électrique requise selon le projet!

 3.      Si on se fie aux promesses d’il y a 40 ans de compléter la route #138 jusqu’à Blanc-Sablon, on peut s’attendre à des délais majeurs de construction et à un coût bien plus élevé que 12 G$….Les politiciens d’aujourd’hui ne seront alors plus là pour s’expliquer.

 Je rejoins tout à fait les propos de Michel Archambault dans son texte d’opinion publié dans Le Devoir  qui parle d’une «erreur historique» : 

Pour l’avenir de notre tourisme, de la planète et de notre qualité de vie, nos grands projets d’infrastructures doivent avoir une réelle vision. Justifier ne pas choisir le TGV pour une question de coûts et de temps de construction n’est pas crédible dans le contexte. C’est bien mal parti pour une transition durable qui nous ferait gagner des points dans notre positionnement touristique international.


Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées