Passer au contenu principal

Train à Grande Fréquence de Via Rail : un excellent projet pour les années '50….1950 bien entendu !

 

             Source : Radio-Canada/Google Earth

L’avenir de notre tourisme au Québec passe par un réseau intermodal de transports publics écologiques. Et bien avec cette première grande annonce d’infrastructures du TGF, on est mal parti! L’annonce du 6 juillet dernier par le gouvernement fédéral d’un projet de corridor entre Québec et Toronto pour 2030 au coût prévu «  entre 6 G$ et 12 G$» comporte de bonnes nouvelles : enfin un rail dédié aux transports de passagers (!!!) et il sera à 90 % électrique. Mais il y a une odeur certaine de politique dans cette annonce, car où se situe la logique?

Il s’agit d’un projet sociétal majeur qui comporte de graves lacunes :

1.       On ne gagnera que de 25 à 30 minutes sur le trajet Québec-Montréal, nos deux grands pôles touristiques qui se fait actuellement en 3h24 minutes et uniquement de 40 à 60 minutes de réduction sur le 5 h 30 actuel entre Montréal et Toronto. Ce n’est pas ça rendre plus accessible une destination! Bref, ce train ne remplacera malheureusement pas l’avion qui restera encore longtemps très polluant malgré les premières avancées en nouveaux carburants. Ni le transport par automobile privé, même électrique, qui engendrera encore des coûts élevés de congestion et d’entretiens routiers. Alors tout ça pour ça? Dire qu’un TGV tout électrique joindrait Québec-Montréal en 50 minutes

  2.      Incroyable de penser tout de même que 10 % du trajet en 2030 se fasse avec des locomotives diesel en milieu urbain, car ces voies appartenant à des opérateurs privés, ne pourront fournir l’infrastructure électrique requise selon le projet!

 3.      Si on se fie aux promesses d’il y a 40 ans de compléter la route #138 jusqu’à Blanc-Sablon, on peut s’attendre à des délais majeurs de construction et à un coût bien plus élevé que 12 G$….Les politiciens d’aujourd’hui ne seront alors plus là pour s’expliquer.

 Je rejoins tout à fait les propos de Michel Archambault dans son texte d’opinion publié dans Le Devoir  qui parle d’une «erreur historique» : 

Pour l’avenir de notre tourisme, de la planète et de notre qualité de vie, nos grands projets d’infrastructures doivent avoir une réelle vision. Justifier ne pas choisir le TGV pour une question de coûts et de temps de construction n’est pas crédible dans le contexte. C’est bien mal parti pour une transition durable qui nous ferait gagner des points dans notre positionnement touristique international.


Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Tourisme durable : 24 inspirations planétaires

  Le New York Times vient de publier sa liste «  52Places for a Changed World – 2022  » qui souligne des lieux de partout sur la planète où les voyageurs et les acteurs locaux font partie de la solution pour un tourisme plus durable. Chacun de ces extraits que j’ai sélectionnés et traduits mène à des hyperliens vers des sites Web ou des sources de références. Je me suis permis un bref commentaire sur chacun de ces 24 endroits parmi les lieux  que je trouve les plus inspirants parmi ces 52. La semaine prochaine, on parle des inspirations durables ici au Québec.   1.     Northumberland, Angleterre                                              «   Le littoral varié de la Grande-Bretagne, des falaises de Douvres aux promenades de Brighton, aura bientôt un élément unificateur : le England Coast Path de 2   800   milles. Développé en partie par l’organisation gouvernementale Natural England, le sentier vise à accroître l’accès du public à la côte tout en restaurant les paysages, en am