Passer au contenu principal

Un Château responsable

 

Le Château Frontenac, l’icône touristique de Québec, a atteint la carboneutralité à l’automne 2020, mais ne s’arrête pas là. Plus de 7 800 arbres furent plantés dans la forêt Montmorency depuis 2016 et 350 000 repas en 2020-21 offerts pour le programme des « cuisines solidaires ».

Entrevue avec Ken Hall, son directeur général et Stéphane Morin, le directeur Ventes & Marketing.

1. Dans le contexte très difficile de la COVID, comment vous en sortez-vous comme hôtel ?

Nous sommes solidaires avec l’industrie touristique. Pour nous la santé et la sécurité sont nos valeurs de base, alors notre relation avec nos employés dans ce contexte est primordiale. Comme tout le monde, la clientèle locale est LA clientèle actuellement…

2. Le Fairmont Château Frontenac est un établissement « carbone neutre », qu’est-ce que ça signifie ? 

Lors du 125e anniversaire du Château en 2018, nous voulions laisser une marque durable à Québec. Avec la carboneutralité, on garantit ainsi à tous nos clients que leur séjour chez nous n’a pas d’impacts négatifs pour l’environnement. Ce sont des séjours carboneutres.

3. Avez-vous un plan en développement durable ou vous réalisez des actions ponctuelles ?

Oui nous avons un plan en transition durable. Faisant partie du grand réseau Accor avec ses 5 000 établissements hôteliers à travers le monde qui promeut le programme Planet 21, nous avons établi 76 actions en développement durable qui touchent à différentes facettes de nos opérations : déplacements de nos employés, les liens avec nos partenaires, nos dons de différents produits comme les savons et les shampooings qui sont réutilisés par la suite, la réduction des déchets, la consommation de l’eau, etc…

4. Quelles sont les principales actions mises en place dans votre approche de tourisme durable et depuis quand ?

Avec les rénovations de 2016, nous avons débuté en transformant un établissement vieux d’un siècle et quart ! Refaire la robinetterie et l’éclairage à la LED dans toutes les chambres fut le point de départ… Le jardin du Chef sur le toit et la ruche d’abeilles existent depuis des années et devançaient la notion d’agriculture urbaine. En saison, plus de 80 % des aliments servis sont locaux. Les 7 800 arbres déjà plantés à la Forêt Montmorency (Université Laval) dans le cadre de notre programme Château Boréal , une bourse annuelle à l’Université Laval pour un étudiant méritant en développement durable, les 350 000 repas préparés en 2020-21 et redistribués gratuitement témoignent de notre profond engagement vers un tourisme réellement responsable, au-delà du rôle du bon citoyen corporatif.

  

 

                                                                              Apiculteur sur le toît de l’hôtel

 5. Avez-vous une ou des certifications en tourisme durable ? Lesquelles ? Pourquoi est-ce important pour vous ?

Nous avons obtenu la plus haute distinction de la certification «  Planet 21 » : Platine malgré le défi ajouté d’œuvrer dans un bâtiment du XIXe siècle. Nous sommes donc parmi les hôtels de la chaîne les plus avancés. Nous avons également la certification CléVerte.

 6. Avez-vous des projets futurs relatifs à votre transition durable ?

Nous contrôlons les impacts de nos opérations à l’hôtel sur l’environnement, mais souhaiterions influencer les groupes et les entreprises qui séjournent chez nous afin de limiter les impacts du transport pour se rendre dans notre établissement et de compenser pour la planète en conséquence. Un outil de calcul de leurs impacts selon la façon de se déplacer avec des modes de compensations est à considérer…

7.Est-ce un avantage auprès de vos clientèles de réaliser des actions durables ?

Notre motivation première est réellement de mieux respecter nos environnements naturels et sociaux. Nous croyons qu’une bonne partie de nos clients apprécient notre approche et c’est tant mieux !

8.Est-ce rentable de s’engager dans une transition durable ?

Il faut voir sa transition durable comme une responsabilité, pas simplement au niveau de la rentabilité. Mais c’est certain qu’en s’attaquant par exemple à une utilisation plus judicieuse de toutes nos sources d’énergie, cela impacte positivement notre rentabilité.

9.Quels sont les principaux enjeux à considérer lorsqu’on s’engage vers une transition durable ?

  • Communiquer avec tous les employés
  • Se créer un «  comité vert » à l’interne en adoptant la politique des petits pas au départ, car il y a tellement de choses à faire
  • Réussir à sensibiliser les clientèles : en quoi consiste la durabilité ?

  

Ken Hall  (gauche), Stéphane Morin (droite) et une partie du personnel en cuisine du Fairmont Château Frontenac qui contribuent au mieux-être de milliers de personnes de la région de Québec dans la cadre du programme «  Cuisines solidaires »

Félicitations à tout le personnel et à toute la direction du Fairmont Château Frontenac pour leur engagement envers une transition touristique durable. L’hôtel est un fier membre de Tourisme durable Québec qui a, entre autres, pour mission de célébrer les meilleures pratiques en tourisme durable au Québec.

 

Jean-Michel Perron

 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’