Passer au contenu principal

« All inclusive » ou la dérive du français en tourisme au Québec

 

Les «  passes 2021 », les «  Beside cabins », tous ces festivals se terminant par «  fest »… Même un  nouveau forfait «  all inclusive » de la part du Club Med Charlevoix-Québec qui possède ainsi un  « accent d’Amérique » différent…suis-je le seul depuis quelques années à voir s’accélérer l’anglicisation  du français en tourisme au Québec ?

 Source :  l’événement musical https://piknicelectronik.com/montreal/

Je sais, il  y a plus urgent en tourisme que la langue en 2021. Il faut «  survivre »  aux impacts de la pandémie, retrouver les ressources humaines  qui avaient quitté, se préoccuper des  changements climatiques… la liste est longue. Mais une langue, c’est plus qu’une addition de mots. C’est une façon de voir le monde,  de communiquer, de vivre et de rêver. C’est une richesse culturelle qui compose l’expérience touristique.   Nos ancêtres ont résisté à l’assimilation du français par la langue anglaise durant plus de 400 ans. Nous en quelques décennies, à force d’entendre des «  Occupation Double » bilingues dans les mêmes phrases (!!!), on laisse tomber  en acceptant sournoisement cette dérive linguistique et cette perte de qui nous sommes ?  Le surtourisme banalise et uniformise de multiples destinations dont la «  dysneyfication » du Vieux-Québec. Le Québec sans le français, c’est aussi une banalisation, un Ontario de l’est, un «  Bas-Canada » anglophone…Louis-Joseph Papineau et Félix Leclerc doivent se retourner dans leur tombe en voyant comment nous traitons notre langue en 2021…

En parallèle à cette mode de tout angliciser, une étude récente réalisée pour l’Office de la langue française affirme que : « …le poids démographique de la population de langue française définie selon ces différents indicateurs pourrait donc vraisemblablement continuer à diminuer d’ici à 2036. »

 Source : https://www.clubmed.ca/r/quebec-charlevoix/w?locale=fr-CA&gclid=Cj0KCQjwyZmEBhCpARIsALIzmnKlsrGHGx97fU9gL014nFv0H2IF__L_tjqTsJtXhGsnHuuPt5vN0cAaApeAEALw_wcB&gclsrc=aw.ds

Historiquement, le français a toujours emprunté des mots de l’anglais et vice-versa. Mais là tout se fait à sens unique. Quand il n’y a pas d’équivalents en français, je comprends, mais quand il y en a, pourquoi agir ainsi ?  Parce que nous sommes citoyens du monde ? Pour plaire aux touristes étrangers ? Parce que l’anglais est LA  langue commune ? Baliverne, à ce compte-là, abolissons l’école en français dès maintenant.  Et si pas de mots équivalents ?  Créons-les et partageons. Voyez le succès du  «courriel » québécois au lieu du «  mail «  français….

Nous avons tous une responsabilité à cet égard.  Nous sommes notre langue. Combattons notre lente assimilation et soyons fiers de la langue française, si belle, aux accents d’Amérique. C’est aussi ça  faire du tourisme durable :  participer à la protection de la culture d’une nation et non pas contribuer à sa perte.

 

Jean-Michel Perron

 



 

Commentaires

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées 

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .