Passer au contenu principal

« All inclusive » ou la dérive du français en tourisme au Québec

 

Les «  passes 2021 », les «  Beside cabins », tous ces festivals se terminant par «  fest »… Même un  nouveau forfait «  all inclusive » de la part du Club Med Charlevoix-Québec qui possède ainsi un  « accent d’Amérique » différent…suis-je le seul depuis quelques années à voir s’accélérer l’anglicisation  du français en tourisme au Québec ?

 Source :  l’événement musical https://piknicelectronik.com/montreal/

Je sais, il  y a plus urgent en tourisme que la langue en 2021. Il faut «  survivre »  aux impacts de la pandémie, retrouver les ressources humaines  qui avaient quitté, se préoccuper des  changements climatiques… la liste est longue. Mais une langue, c’est plus qu’une addition de mots. C’est une façon de voir le monde,  de communiquer, de vivre et de rêver. C’est une richesse culturelle qui compose l’expérience touristique.   Nos ancêtres ont résisté à l’assimilation du français par la langue anglaise durant plus de 400 ans. Nous en quelques décennies, à force d’entendre des «  Occupation Double » bilingues dans les mêmes phrases (!!!), on laisse tomber  en acceptant sournoisement cette dérive linguistique et cette perte de qui nous sommes ?  Le surtourisme banalise et uniformise de multiples destinations dont la «  dysneyfication » du Vieux-Québec. Le Québec sans le français, c’est aussi une banalisation, un Ontario de l’est, un «  Bas-Canada » anglophone…Louis-Joseph Papineau et Félix Leclerc doivent se retourner dans leur tombe en voyant comment nous traitons notre langue en 2021…

En parallèle à cette mode de tout angliciser, une étude récente réalisée pour l’Office de la langue française affirme que : « …le poids démographique de la population de langue française définie selon ces différents indicateurs pourrait donc vraisemblablement continuer à diminuer d’ici à 2036. »

 Source : https://www.clubmed.ca/r/quebec-charlevoix/w?locale=fr-CA&gclid=Cj0KCQjwyZmEBhCpARIsALIzmnKlsrGHGx97fU9gL014nFv0H2IF__L_tjqTsJtXhGsnHuuPt5vN0cAaApeAEALw_wcB&gclsrc=aw.ds

Historiquement, le français a toujours emprunté des mots de l’anglais et vice-versa. Mais là tout se fait à sens unique. Quand il n’y a pas d’équivalents en français, je comprends, mais quand il y en a, pourquoi agir ainsi ?  Parce que nous sommes citoyens du monde ? Pour plaire aux touristes étrangers ? Parce que l’anglais est LA  langue commune ? Baliverne, à ce compte-là, abolissons l’école en français dès maintenant.  Et si pas de mots équivalents ?  Créons-les et partageons. Voyez le succès du  «courriel » québécois au lieu du «  mail «  français….

Nous avons tous une responsabilité à cet égard.  Nous sommes notre langue. Combattons notre lente assimilation et soyons fiers de la langue française, si belle, aux accents d’Amérique. C’est aussi ça  faire du tourisme durable :  participer à la protection de la culture d’une nation et non pas contribuer à sa perte.

 

Jean-Michel Perron

 



 

Commentaires

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’