Passer au contenu principal

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

 


Il y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux.

Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:

 1.       Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies aériennes comme Qantas l’exigeront. L’Organisation mondiale de la santé avait mis en place une «  carte jaune» dans les années 1930 reconnue par tous….Des applications afin de faciliter le travail des compagnies aériennes sont déjà en place : CommonPassICC AOKpass et VeriFLY. Souhaitons-nous une norme reconnue partout sur la planète.

 2.      Une relance progressive du tourisme : «Je pense que ce sera progressif», a déclaré le Dr Fauci, le spécialiste américain des microbes au Times ce mois-ci. «Il n’y a pas de noir et blanc, bouton d’éclairage allumé, éclairage éteint…» D’ici à que les vaccins soient prouvés efficaces et largement inoculés dans la population (80 % minimum), les tests avant et après départ en voyages devraient être la norme. Il faut même s’attendre à ce que les tests soient proposés comme service dans un nombre croissant d’hôtels

 

 3.      Retour à la normale? Si la vaccination se généralise au premier trimestre de 2021, la ville de New York s’attend également à voir une augmentation du nombre de visiteurs de provenance «régionale» et de courte distance, selon NYC & Company, l’agence de marketing touristique de la ville. Le marché international devrait mettre plus de temps à se redresser et il est peu probable qu’il atteigne les niveaux de 2019 avant 2025, a déclaré l’agence. «Compte tenu de l’importante demande refoulée, nous prévoyons de regagner la moitié de notre volume de 2019 d’ici la fin de 2021 et de revenir complètement dans trois ans», a déclaré Fred Dixon, président-directeur général de NYC & Company. — C. Y.

 4.      Les «road trips», qui ont remporté la palme en 2020, devraient rester populaires, car ils garantissent confort et contrôle aux voyageurs. Les voyages en avion devraient augmenter au deuxième trimestre de l’année 2021, les voyages internationaux devançant les voyages intérieurs, selon la société de marketing de voyages MMGY Global, un changement important par rapport aux réservations de 2020.

 5.      Carnival, Royal Caribbean et Norwegian ont interrompu toutes les croisières jusqu’à la fin du mois de février, mais il est peu probable que des opérations à grande échelle commencent peu après cette date. Déjà certains voyages ont été reportés à fin 2021 et 2022. Les protocoles de santé et de sécurité du C.D.C. (l’agence Centers for Disease Control and Prevention) comprennent des tests approfondis, des mesures de quarantaine et une distanciation sociale. Les croisiéristes sont tenus de réaliser des croisières de simulation pour tester le nouveau cadre avant de demander un permis à l’agence qui leur permettra de reprendre les croisières avec les passagers. La plupart des croisières reprendront la navigation avec une capacité réduite et des itinéraires limités. Aux États-Unis, les premières excursions seront limitées à sept jours, selon les lignes directrices de la C.D.C. Les masques seront obligatoires dans tous les espaces publics à bord des navires, y compris les ponts extérieurs, selon la Cruise Lines International Association, le regroupement de l’industrie. Pour tous les navires de 250 passagers et plus, des tests de COVID seront obligatoires avant départ.

 6.      L’intention de voyages des Américains. Depuis avril 2020, la majorité des Américains ont choisi de voyager au pays, de faire des voyages en voiture, d’explorer de petites villes, des routes panoramiques, des lacs et des plages à proximité. Cette tendance devrait se poursuivre en 2021, mais l’intérêt pour les voyages internationaux a augmenté depuis novembre à la suite de l’annonce des vaccins. Cancun et Tulum au Mexique font partie des destinations les plus recherchées par les voyageurs américains en 2021, aux côtés d’Oahu et Maui à Hawaï, selon un rapport sur les tendances 2021 de l’agence de voyages en ligne Expedia. Des destinations plus éloignées telles que la Polynésie française, les Maldives et Bali sont également populaires. «Nous prévoyons que la demande refoulée de voyages continuera d’augmenter avec la disponibilité des vaccins Covid-19», a déclaré Monya Mandich, vice-présidente d’Expedia Group Media Solutions. Elle a ajouté que sur plus de 11000 personnes interrogées pour une étude récente, 57 % ont déclaré qu’elles seraient à l’aise de voyager si un vaccin était largement disponible.

Une évaluation récente a également indiqué que les voyageurs étaient impatients de retourner dans les grandes villes pour des vacances culturelles, le plus grand intérêt commençant de juin à fin 2021. Aux États-Unis, Las Vegas, New York et Los Angeles figuraient parmi les destinations urbaines les plus recherchées, selon Expedia. Les données du moteur de recherche de voyages, Skyscanner, ont montré que Londres est la destination la plus recherchée par les Américains qui souhaitent voyager à l’étranger l’été prochain.

 7.      Tourisme d’affaires : La plupart des analystes s’attendent à ce que la reprise des voyages à court terme soit motivée par les voyageurs d’agrément désespérés de passer des vacances ou de voir de la famille, et non par des voyageurs d’affaires. Outre les préoccupations sanitaires et le gel des voyages d’affaires, «les voyageurs d’affaires ont besoin d’un endroit où aller et le taux d’occupation des bureaux est actuellement très, très faible, il n’y a donc pas de vraie raison de se rendre dans une ville», a déclaré Jan D. Freitag, directeur national d’analyse du marché de l’hôtellerie chez Costar Group. Il s’attend à ce que les voyages d’affaires reprennent au troisième trimestre de 2021. McKinsey & Company fixe la reprise complète à 2023 ou au-delà.

 8.     Flexibilité dans les réservations. Alors que la crise COVID-19 a réussi à stopper les voyages, la flexibilité dans les conditions de réservations a balayé l’industrie, des compagnies aériennes aux croisières en passant par les VR, les locations et les hôtels, car les opérateurs voulaient garantir aux voyageurs potentiels qu’ils n’avaient pas grand-chose à perdre — financièrement du moins — en réservant. Les compagnies aériennes ont parcouru un long chemin en se pliant au désir des consommateurs, offrant des changements de billets sans frais, même sur les billets non remboursables, alors que le volume de passagers a chuté : il demeure en baisse de près de 70 % par rapport à il y a un an.

«Les politiques de réservation flexibles pour l’économie de biens courants persistent parce qu’à l’heure actuelle, les personnes qui voyagent sont des voyageurs d’agrément aux tarifs les plus bas», a déclaré Gary Leff, auteur du blogue de voyage aérien View From the Wing. «Ces billets doivent être flexibles pour inciter les clients à acheter.»

Les compagnies aériennes ont parlé de rendre la flexibilité permanente pour d’autres tarifs, une promesse qui pourrait tenir jusqu’à ce que le secteur revienne au niveau de 2019, ce à quoi le regroupement Airlines for America ne s’attend pas avant 2023 ou 2024.

Selon la «United States Tour Operators Association», la question la plus fréquemment posée par les voyageurs qui ont effectué de nouvelles réservations l’automne dernier concernait la politique d’annulation ou de remboursement, avant les questions de protocoles de santé.

«L’avenir du voyage est d'être plus flexible. Point à la ligne», a déclaré Jon Gray, le directeur général de RVshare, un marché de location de véhicules de loisirs, notant que les voyageurs restent prudents et ont tendance à réserver juste avant leurs dates de voyage.

9.      Et les vaccins pour les enfants? Selon une enquête d’octobre dernier de Vrbo, la société de location de maisons, 82 % des familles américaines ont déjà des plans de voyage pour 2021. 65 % prévoient de voyager plus qu’avant Covid; 61 % choisiront probablement des destinations de plein air plutôt que des destinations urbaines. Le plus notable cette année pour les familles, cependant, a été la perte — ou la pause — des voyages multigénérationnels. «Les voyages intergénérationnels — aller quelque part avec les grands-parents — sont un peu en dehors des radars pendant un certain temps», a déclaré Marianne Perez de Fransius, cofondatrice et directrice générale de Bébé Voyage, un site Web de voyages en famille et une communauté en ligne de parents globe-trotteurs. «Ce dont les gens parlent, c’est de rendre visite aux grands-parents parce qu’ils n’ont pas pu le faire.»

Mais il y a une grande question sans réponse : la vaccination pour les enfants. Aucun des vaccins n’a été testé sur les enfants et, bien que les vaccins soient d’abord déployés pour les personnes âgées, il est difficile de savoir quand ils atteindront les enfants. «Si les enfants ne peuvent pas se faire vacciner, l’une des préoccupations que j’ai entendues concerne ce qui se passe avec les touristes», a déclaré Mme Perez de Fransius. «Les pays vont-ils dire :» Vous ne pouvez pas entrer si tout le monde n’est pas vacciné? «»

Quant au rite de passage familial par excellence — Disney — les vastes mesures de santé et de sécurité Covid-19 des parcs, qui vont des limites de capacité strictes aux files d’attente virtuelles, ont jusqu’à présent réussi à créer une sorte de «bulle» soigneusement contrôlée. «Avant la pandémie, la sécurité n’était généralement pas la priorité des gens», a déclaré Lou Mongello, l’animateur de WDW Radio, un podcast sur tout ce qui concerne Disney. «Maintenant, la première chose à laquelle nous pensons est : “Où est l’endroit le plus sûr où je peux aller pour faire sortir mes enfants de la maison?”

 10.  Le travail et les vacances. Appelez-les «  vacances-travail”, “flexcations”, “bleisure”, peu importe : sous tous les noms, les longs séjours que le télétravail a facilités en 2020, ne montrent aucun signe de ralentissement. “Le nomadisme mondial va être un thème majeur en 2021” selon Jack Ezon, le fondateur d’Embark Beyond, une agence de voyages de luxe. “Les gens vont dans une destination pendant un mois, car ils peuvent travailler et s’amuser en même temps.”

Les séjours de sept nuits ou plus représentent actuellement 17,5 % des réservations de janvier à l’hôtel Betsy à Miami Beach, qui a rouvert à la mi-décembre pour la première fois depuis mars. En janvier dernier, les séjours de cette durée totalisaient 8,3 %. Jonathan Plutzik, propriétaire de The Betsy, a déclaré que l’intérêt pour les nouveaux forfaits de séjour prolongé couvrait tout le spectre générationnel. “Les familles avec de jeunes enfants recherchent de l’espace : des espaces extérieurs pour être avec leurs enfants et un espace pour travailler à distance”, a déclaré M. Plutzik. “Les cinquantenaires et les soixantenaires sont à la recherche de ces éléments, ainsi que des services complets à l’hôtel et d’endroits pour dîner et se détendre à l’extérieur.”

Tant que la vaccination ne sera pas généralisée, d’autres habitudes persisteront également. Les restrictions de voyage en constante évolution dans les États et les comtés et pour les voyages internationaux continueront de faire des séjours et des voyages de proximité parmi les rares options pour ceux qui cherchent à s’évader.

Cela correspond à ce que la plupart des consommateurs disent se sentir prêts à faire en 2021. Dans une enquête réalisée en octobre par Airbnb, 61 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient intéressées par les voyages à distance de route de leur domicile. Les principales destinations 2021 sur Airbnb incluent les Smoky Mountains du Tennessee et Palm Springs, en Californie.

“2020 était définitivement l’année où le monde est devenu local”, a déclaré M. Ezon. “Les gens ont été obligés d’explorer leur propre arrière-cour, ce qui était incroyablement gratifiant. Mais d’ici mai ou juin, avec plus de vaccins, les frontières commenceront probablement à s’ouvrir.”

 11.   Propreté! Parmi les nombreuses choses que la pandémie a révélées à propos de l’industrie du voyage, il y a le fait que presque tous les secteurs — des compagnies aériennes et des croisières aux agences de voyages et aux hôtels — étaient mal préparés à gérer une crise de cette ampleur, tout comme les gouvernements. Les efforts pour garder les clients heureux (ou du moins fidèles), fournir des remboursements lorsque cela était possible et le constat que nous étions confinés à la maison au début de la pandémie, a montré que peu importe le nombre de plans d’urgence en place, il y a des situations auxquelles personne ne peut se préparer. Au cours des mois qui ont suivi l’arrivée de la pandémie, les acteurs de l’industrie se sont efforcés de créer des politiques et des procédures qui peuvent s’appliquer en cas de crise future, même si cette crise future ne sera pas nécessairement une crise sanitaire. De nombreuses entreprises utiliseront ces changements, en particulier dans les normes sanitaires et de sécurité, pour séduire les voyageurs en 2021.

Pour les hôtels et les Airbnb de ce monde, le changement le plus visible est peut-être l’accent mis sur la propreté. Les personnes ont appris à se soucier sérieusement de la propreté des lieux très fréquentés, comme les hôtels, les avions et les trains, et exigeront une attention accrue sur les mesures d’hygiène.

Cette approche vise en grande partie à mettre les voyageurs à l’aise. Les certifications et les systèmes de classement qui prennent en compte la propreté et la sécurité pourraient devenir la norme dans l’industrie hôtelière.

Les partenariats avec des entreprises de produits de nettoyage ou des hôpitaux réputés continueront de se développer et seront mis en marché comme avantage comparatif auprès des voyageurs potentiels. Amtrak vante sa relation avec RB, le fabricant de Lysol, tandis qu’un partenariat entre Pendry Hotels et le service de santé One Medical permet aux clients de l’hôtel d’accéder à l’application One Medical même après leur départ de l’hôtel. En République Dominicaine, les clients du Casa de Campo Resort & Villas bénéficient désormais d’une couverture médicale financée par le gouvernement et bénéficient du V.I.P., l’accès à l’hôpital Central Romana, qui se trouve dans les murs de l’établissement.

Au-delà des mesures de propreté et de santé, les craintes des voyageurs pourraient être apaisées par une communication plus claire, des politiques d’annulation et de modification flexibles et une meilleure utilisation de la technologie dans tous les aspects de l’expérience du séjour.

 

(source principale : https://www.nytimes.com/2020/12/22/travel/flight-cancellations-cruise-ships-covid-vaccine.html)


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’