Passer au contenu principal

Refusons un retour à la normale car nous sommes les prochains ours blancs





En août 2012 à la Baie-James, j’avais organisé avec  l’association crie COTA  une expédition en zodiac (personne à bord n’y avait été auparavant!) jusqu’à South Twin Island. Dès notre arrivée, j’avais pris ce cliché du premier ours blanc observé.  Nous avons vu 7 ours en 90 minutes dont le curieux que voici qui après s’être levé debout sur l’île pour mieux sentir, a nagé rapidement vers notre navire, bien fragilisé ayant le moteur arrêté….



En 2012, je n’aurais jamais cru que j’écrirais en 2020, le texte suivant :

L’ours blancs s’inscrit dorénavant parmi ces milliers d’espèces animales et végétales qui disparaissent rapidement de notre planète. Le tout causé directement par les changements climatiques  - tout comme COVID-19 d’ailleurs - selon une  étude publiée cette semaine. En 2100, fort probablement, ces animaux uniques, capables de nager des semaines sans toucher terre en se guidant par les étoiles et de sentir à 30km de distance, auront disparus ou dans les zoos uniquement avec de l'air climatisé. Voyez aussi le déclin des abeilles par les pesticides, voyez les invasions de dimension« bibliques »  de criquets actuellement en Afrique….On a jamais connu un été aussi chaud et ça s’en va tellement dans cette direction - celle de chaleurs intenses  - que pour plusieurs endroits sur la planète, les températures estivales ne permettront pas aux humains de simplement vivre….Pas dans 100 ans, bientôt !

Après l’arrivée des vaccins/médicaments COVID-19, il y aura une crise de la dette publique et possiblement économique et ensuite la crise climatique qui viendra bouleverser en profondeur nos habitudes de vie et même mettre en péril la survie même de l’espèce humaine. Il  y a donc urgence dans la cabane de changer de cap ! A voir NOS COMPORTEMENTS actuels cet été où la priorité est le retour à nos bonnes vieilles habitudes de consommation, de comportement et de loisirs, je présume qu’on s’imagine que renier la réalité va apporter par magie la solution à notre défi planétaire du réchauffement climatique.  Alors que plusieurs pays (France, Hollande, Costa Rica, entre autres) modifient actuellement leurs priorités sociales, environnementales et économiques, c’est le calme plat au Québec. Heureusement le projet de Loi C- 61 du gouvernement du Québec pour assurer la relance est reporté à l’automne.  Car il nous faut un projet de société qui vienne sérieusement transformer nos façons de consommer, de travailler, de se transporter, de vivre ensemble et de respecter nos environnements naturels et bâtis.

Sous peu, je vous reviens avec des constats et des solutions pour que le tourisme au Québec contribue au changement.  Nous devons en tourisme devenir nous-mêmes des vecteurs du changement. Commençons par dire non à un retour à la normale.  J’espère que nous serons des milliers…


Jean-Michel Perron


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .