Passer au contenu principal

Éloge à la beauté...




Au-delà de notre emploi quotidien en tourisme, nous devons sentir une responsabilité d’influencer dans son entreprise, sa ville, sa région, les décideurs et nos concitoyens vers des actions qui embellissent le Québec autant en région qu’en ville.

 

C’est comme les aqueducs et les égouts pour un maire, ce n’est souvent pas une priorité car c’est de l’infrastructure coûteuse qui n’est pas visible mais pourtant nécessaire dans nos vies. Bien, les paysages, c’est une priorité pour personne, mais c’est essentiel à l’expérience touristique et au mieux-être citoyen.

Une remarque récurrente des visiteurs à Québec, c’est de dire à quel point c’est propre et que la verdure est vraiment verte. Dans l’appréciation d’une destination, la beauté des paysages (naturels ou bâtis) revient constamment en tête de liste comme motivation de voyages.

Au Québec, il y a la laideur qu’on ne voit plus :

  •       des routes rafistolées
  •    la grande pollution visuelle par les panneaux publicitaires souvent même illégaux mais tolérés qui masquent nos paysages alors qu’ils sont 100% absents depuis des décennies au Vermont, au Maine, à Hawaï, en Alaska et dans de nombreuses villes américaines… mais tout le monde s’en fiche ici, sauf de nombreux visiteurs…
  •      les styles architecturaux trop souvent dépareillés dans les centres-villes ou sur les chemins de campagne
  •    les stations-service aux enseignes gigantesques avec McDo ou Tim qui banalisent chacune de nos villes
  •      les lignes et les poteaux électriques des villages et campagnes qu’on n’enfuie pas parce qu’on n'est pas du New Hampshire

Il y a de multiples solutions connues pour éradiquer le laid que des États ou des pays ont appliquées… contactez-moi, il me fera plaisir de vous les donner!


    Sur autoroute #40, Mauricie



   Île de la Providence à Tête-à-la-Baleine (Basse-Côte-Nord)


Et heureusement, il y a la beauté qu’on devrait protéger et rendre plus contagieuse :

  •     comme de nombreux noyaux villageois des Cantons-de-l’Est et de Chaudière-Appalaches
  •     des routes magnifiques telle la 138 sur la Côte-Nord ou la route des Rivières en Mauricie
  •     des milliers de kilomètres de sentiers, souvent hors du commun, en motoneige, VTT, rando ou vélo
  •     des milliers d’iles du Saint-Laurent, de Valleyfield à Blanc-Sablon, avec chacune une histoire à raconter
  •      des maisons patrimoniales privées exceptionnelles
  •     des terres agricoles magnifiques comme dans Lanaudière, au Lac Saint-Jean ou au Bas Saint-Laurent
  •   3,6 millions de lacs et d’étangs qui sont pour le Québec ce que sont les cathédrales en Europe

·         ... et la cerise sur le « dimanche » : des millions de Québécois sympathiques, beaux par leur accueil et prêts à interagir avec chacun des visiteurs

Sans verser dans le chauvinisme, oui le Québec est plus joli que 80% des destinations touristiques mondiales, mais pourrait atteindre 95% en quelques générations en entreprenant des actions maintenant. Mais là je rêve un peu, je sais….nos priorités individuelles et collectives sont ailleurs en 2017.


Jean-Michel Perron dans TourismExpress.

 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .