Passer au contenu principal

On doit mieux vendre le Québec aux Québécois


Avouez que le Québec est moins à la mode que Barcelone, la Patagonie ou la Croatie.

Notre balance commerciale touristique est largement négative. Le total de l’argent qu’on sort du Québec en voyages est beaucoup plus élevé que l’argent provenant des visiteurs de l’extérieur en séjours au Québec.

 

L’Alliance s’attaque présentement à attirer plus de touristes de l’extérieur, mais on aurait tellement intérêt également à mieux se vendre à nous-mêmes. Historiquement, chacune des 21 régions touristiques vend individuellement aux Québécois. Fort est de constater qu’avec les dizaines de millions investis dans Salut Bonjour!, AdWords ou sur Facebook ne parviennent pas à vraiment changer la perception des Québécois envers de courts séjours ou surtout, des vacances ici.

On compare un 6 nuits en formule club à l’auberge du Lac Taureau avec une semaine au Super Extra Princess 6 étoiles + de Varadero.

On se plaint de la météo et du risque de prendre des vacances ici, même l’été. On fait des excursions à Québec, dans Charlevoix, à Montréal, mais des vacances touristiques (pas du camping dans les stationnements des Walmart) de 2 semaines au Québec, qui fait encore ça parmi vous?

Surtout, les Québécois connaissent mal le Québec et trouvent peu de nouveautés, de leur point de vue. Pour s’exciter, il leur faut des artistes internationaux payés à coup de millions de dollars dans les Festivals subventionnés...

Si les Québécois découvraient la Côte-Nord plus loin que Tadoussac ou Eeyou Istchee/Baie-James à travers ses milliers d’îles de la côte ou le Nunavik ou... ils n’en reviendraient tout simplement pas que ça existe ici. Ça nous a pris 30 ans pour découvrir les Îles-de-la Madeleine, alors ces destinations devront attendre un autre 30 ans et les principales régions touristiques pâtir à moins que :

1.    Les ATRs réalisent qu’il faut changer l’image de marque du Québec auprès des Québécois et avec l’Alliance, acceptent de consacrer des fonds à des campagnes pub  ou des séries Web punch, originales et communes, et non pas que des campagnes individuelles par région;

2.    On mette l’accent sur l’exotisme de dizaines d’attraits nouveaux, ce qui implique d’avoir le courage de mettre de l’avant des produits d’appel et émergents  au détriment des listes d’épiceries des guides régionaux;

3.    On se moque de la météo, on valorise le froid si exotique, la pluie si romantique, l’automne si magnifique et qu’on mette en valeur les régions à travers ses nombreux personnages aux milles histoires à raconter et ses expériences qu’on ne trouve pas ailleurs au monde, juste ici, et elles sont légions, croyez-moi...

4.    On encourage toute formule qui pourrait inciter les Québécois à plus voyager au Québec comme Dollars Vacances Québec ou M Ta région.

On se revoit à la mi-août. Bon été. Il sera exceptionnel avec les visiteurs étrangers, alors imaginez si on se vendait différemment chez nous... 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

M. Arruda, comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moiun commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se referme en septembr…

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme?Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car personne ne contrôle les variables de la crise (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise.Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc, une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre.Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée, elle est cassée. Tous en co…

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale? Dans la partie II de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans la partie III, de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir – entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le tourisme. Comme l’ont affirmé à travers l’histoire de l’humanité plusieurs maîtres à penser, dont Socrate, Jésus et…