Passer au contenu principal

On doit mieux vendre le Québec aux Québécois


Avouez que le Québec est moins à la mode que Barcelone, la Patagonie ou la Croatie.

Notre balance commerciale touristique est largement négative. Le total de l’argent qu’on sort du Québec en voyages est beaucoup plus élevé que l’argent provenant des visiteurs de l’extérieur en séjours au Québec.

 

L’Alliance s’attaque présentement à attirer plus de touristes de l’extérieur, mais on aurait tellement intérêt également à mieux se vendre à nous-mêmes. Historiquement, chacune des 21 régions touristiques vend individuellement aux Québécois. Fort est de constater qu’avec les dizaines de millions investis dans Salut Bonjour!, AdWords ou sur Facebook ne parviennent pas à vraiment changer la perception des Québécois envers de courts séjours ou surtout, des vacances ici.

On compare un 6 nuits en formule club à l’auberge du Lac Taureau avec une semaine au Super Extra Princess 6 étoiles + de Varadero.

On se plaint de la météo et du risque de prendre des vacances ici, même l’été. On fait des excursions à Québec, dans Charlevoix, à Montréal, mais des vacances touristiques (pas du camping dans les stationnements des Walmart) de 2 semaines au Québec, qui fait encore ça parmi vous?

Surtout, les Québécois connaissent mal le Québec et trouvent peu de nouveautés, de leur point de vue. Pour s’exciter, il leur faut des artistes internationaux payés à coup de millions de dollars dans les Festivals subventionnés...

Si les Québécois découvraient la Côte-Nord plus loin que Tadoussac ou Eeyou Istchee/Baie-James à travers ses milliers d’îles de la côte ou le Nunavik ou... ils n’en reviendraient tout simplement pas que ça existe ici. Ça nous a pris 30 ans pour découvrir les Îles-de-la Madeleine, alors ces destinations devront attendre un autre 30 ans et les principales régions touristiques pâtir à moins que :

1.    Les ATRs réalisent qu’il faut changer l’image de marque du Québec auprès des Québécois et avec l’Alliance, acceptent de consacrer des fonds à des campagnes pub  ou des séries Web punch, originales et communes, et non pas que des campagnes individuelles par région;

2.    On mette l’accent sur l’exotisme de dizaines d’attraits nouveaux, ce qui implique d’avoir le courage de mettre de l’avant des produits d’appel et émergents  au détriment des listes d’épiceries des guides régionaux;

3.    On se moque de la météo, on valorise le froid si exotique, la pluie si romantique, l’automne si magnifique et qu’on mette en valeur les régions à travers ses nombreux personnages aux milles histoires à raconter et ses expériences qu’on ne trouve pas ailleurs au monde, juste ici, et elles sont légions, croyez-moi...

4.    On encourage toute formule qui pourrait inciter les Québécois à plus voyager au Québec comme Dollars Vacances Québec ou M Ta région.

On se revoit à la mi-août. Bon été. Il sera exceptionnel avec les visiteurs étrangers, alors imaginez si on se vendait différemment chez nous... 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’