Passer au contenu principal

On doit mieux vendre le Québec aux Québécois


Avouez que le Québec est moins à la mode que Barcelone, la Patagonie ou la Croatie.

Notre balance commerciale touristique est largement négative. Le total de l’argent qu’on sort du Québec en voyages est beaucoup plus élevé que l’argent provenant des visiteurs de l’extérieur en séjours au Québec.

 

L’Alliance s’attaque présentement à attirer plus de touristes de l’extérieur, mais on aurait tellement intérêt également à mieux se vendre à nous-mêmes. Historiquement, chacune des 21 régions touristiques vend individuellement aux Québécois. Fort est de constater qu’avec les dizaines de millions investis dans Salut Bonjour!, AdWords ou sur Facebook ne parviennent pas à vraiment changer la perception des Québécois envers de courts séjours ou surtout, des vacances ici.

On compare un 6 nuits en formule club à l’auberge du Lac Taureau avec une semaine au Super Extra Princess 6 étoiles + de Varadero.

On se plaint de la météo et du risque de prendre des vacances ici, même l’été. On fait des excursions à Québec, dans Charlevoix, à Montréal, mais des vacances touristiques (pas du camping dans les stationnements des Walmart) de 2 semaines au Québec, qui fait encore ça parmi vous?

Surtout, les Québécois connaissent mal le Québec et trouvent peu de nouveautés, de leur point de vue. Pour s’exciter, il leur faut des artistes internationaux payés à coup de millions de dollars dans les Festivals subventionnés...

Si les Québécois découvraient la Côte-Nord plus loin que Tadoussac ou Eeyou Istchee/Baie-James à travers ses milliers d’îles de la côte ou le Nunavik ou... ils n’en reviendraient tout simplement pas que ça existe ici. Ça nous a pris 30 ans pour découvrir les Îles-de-la Madeleine, alors ces destinations devront attendre un autre 30 ans et les principales régions touristiques pâtir à moins que :

1.    Les ATRs réalisent qu’il faut changer l’image de marque du Québec auprès des Québécois et avec l’Alliance, acceptent de consacrer des fonds à des campagnes pub  ou des séries Web punch, originales et communes, et non pas que des campagnes individuelles par région;

2.    On mette l’accent sur l’exotisme de dizaines d’attraits nouveaux, ce qui implique d’avoir le courage de mettre de l’avant des produits d’appel et émergents  au détriment des listes d’épiceries des guides régionaux;

3.    On se moque de la météo, on valorise le froid si exotique, la pluie si romantique, l’automne si magnifique et qu’on mette en valeur les régions à travers ses nombreux personnages aux milles histoires à raconter et ses expériences qu’on ne trouve pas ailleurs au monde, juste ici, et elles sont légions, croyez-moi...

4.    On encourage toute formule qui pourrait inciter les Québécois à plus voyager au Québec comme Dollars Vacances Québec ou M Ta région.

On se revoit à la mi-août. Bon été. Il sera exceptionnel avec les visiteurs étrangers, alors imaginez si on se vendait différemment chez nous... 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .