Passer au contenu principal

On doit mieux vendre le Québec aux Québécois


Avouez que le Québec est moins à la mode que Barcelone, la Patagonie ou la Croatie.

Notre balance commerciale touristique est largement négative. Le total de l’argent qu’on sort du Québec en voyages est beaucoup plus élevé que l’argent provenant des visiteurs de l’extérieur en séjours au Québec.

 

L’Alliance s’attaque présentement à attirer plus de touristes de l’extérieur, mais on aurait tellement intérêt également à mieux se vendre à nous-mêmes. Historiquement, chacune des 21 régions touristiques vend individuellement aux Québécois. Fort est de constater qu’avec les dizaines de millions investis dans Salut Bonjour!, AdWords ou sur Facebook ne parviennent pas à vraiment changer la perception des Québécois envers de courts séjours ou surtout, des vacances ici.

On compare un 6 nuits en formule club à l’auberge du Lac Taureau avec une semaine au Super Extra Princess 6 étoiles + de Varadero.

On se plaint de la météo et du risque de prendre des vacances ici, même l’été. On fait des excursions à Québec, dans Charlevoix, à Montréal, mais des vacances touristiques (pas du camping dans les stationnements des Walmart) de 2 semaines au Québec, qui fait encore ça parmi vous?

Surtout, les Québécois connaissent mal le Québec et trouvent peu de nouveautés, de leur point de vue. Pour s’exciter, il leur faut des artistes internationaux payés à coup de millions de dollars dans les Festivals subventionnés...

Si les Québécois découvraient la Côte-Nord plus loin que Tadoussac ou Eeyou Istchee/Baie-James à travers ses milliers d’îles de la côte ou le Nunavik ou... ils n’en reviendraient tout simplement pas que ça existe ici. Ça nous a pris 30 ans pour découvrir les Îles-de-la Madeleine, alors ces destinations devront attendre un autre 30 ans et les principales régions touristiques pâtir à moins que :

1.    Les ATRs réalisent qu’il faut changer l’image de marque du Québec auprès des Québécois et avec l’Alliance, acceptent de consacrer des fonds à des campagnes pub  ou des séries Web punch, originales et communes, et non pas que des campagnes individuelles par région;

2.    On mette l’accent sur l’exotisme de dizaines d’attraits nouveaux, ce qui implique d’avoir le courage de mettre de l’avant des produits d’appel et émergents  au détriment des listes d’épiceries des guides régionaux;

3.    On se moque de la météo, on valorise le froid si exotique, la pluie si romantique, l’automne si magnifique et qu’on mette en valeur les régions à travers ses nombreux personnages aux milles histoires à raconter et ses expériences qu’on ne trouve pas ailleurs au monde, juste ici, et elles sont légions, croyez-moi...

4.    On encourage toute formule qui pourrait inciter les Québécois à plus voyager au Québec comme Dollars Vacances Québec ou M Ta région.

On se revoit à la mi-août. Bon été. Il sera exceptionnel avec les visiteurs étrangers, alors imaginez si on se vendait différemment chez nous... 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées