Passer au contenu principal

Voyager au Québec: être riche ou patient !




Il faut être patient ou riche pour voyager au Québec sans automobile.

Dans son analyse comparative  du coût du billet d’avion, l’Union des municipalités du Québec nous apprenait jeudi dernier que le tarif pour le service de transport aérien régional est 55 % plus élevé au Québec qu’ailleurs au Canada. Pour les auteurs du rapport, la solution repose dans le fait de stimuler la concurrence, de réduire le niveau de taxation et de réduire la pression financière qui pèse sur les gestionnaires d’installations aéroportuaires. Ce constat navrant s’inscrit en plus dans le contexte du cancre canadien: en 2015, une étude sur les coûts du transport aérien dans le monde plaçait le Canada 130e sur 138 pays. Une autre étude menée par Kiwi.com évalue le coût moyen des vols domestiques à 39$/km comparativement à 10$/km pour les États-Unis (source  ici).

En cette fin du mois de mai, la dernière nouvelle de notre principal transporteur interurbain par autocar au Québec, Orléans Express, traite de la tempête du 15 mars dernier… alors qu’on trouve difficilement les prix sur leur site, encore moins un «tourist pass»  intégrant l’ensemble des transporteurs par autocar du Québec... Ce détail est symptomatique de l’intérêt envers le tourisme dans le transport intra-Québec en général et ce qui explique en partie la difficulté de faire venir des touristes en régions éloignées de Montréal ou de Québec. Comme les banques en financement d’entreprises touristiques, les transporteurs par route ou par air au Québec ont peu de considération pour le tourisme d’agrément. 

Le gouvernement du Québec organise un sommet en février 2018 sur l’enjeu du transport aérien régional et 11 rencontres de consultation en régions déjà débutées. De multiples acteurs réalisent enfin que le développement régional ne peut se faire sans rendre les régions accessibles, dont pour le tourisme.

Je radote depuis l’autre siècle que pour réussir en tourisme il faut deux qualités fondamentales: l’unicité  et l’accessibilité. L’accessibilité se décline par le prix du transport, sa fréquence,  le nombre de sièges disponibles et… l’intermodalité.   Face à cette démarche collective, mon inquiétude repose sur ce dernier point. Je peux comprendre que pour un mineur se rendant à Fermont,  pouvoir accéder facilement, à part l’avion, à des traversiers, des trains ou des autocars interurbains ce n’est pas pertinent mais pour les touristes oui, à moins de voir le tourisme en région circulant que par automobile privée comme c’est le cas actuellement. Il faudrait que ce sommet de Lévis tienne compte absolument d’une approche intégrée de l’accessibilité si on veut se démarquer en facilitant au maximum les séjours des touristes. 

Voyager au Québec en 2017, c’est comme arriver dans une contrée inaccessible. Payer 1227$ (le moins cher) et 22 heures de vols/transferts pour se rendre de Montréal à Blanc-Sablon ou à 1062$ pour Chisasibi, ce n’est pas être accessible. Prendre le train de Montréal à Ste-Foy et n’avoir d’autre choix que le taxi rendu à destination, ce n’est pas être accessible à moins de marcher 1 km avec sa valise jusqu’au chemin St-Louis… 

Les raisons des coûts élevés en transport aérien au Canada sont connues et font consensus:

  • ·         Il y a moins de compétition au Canada
  • ·         Les taxes & frais sont excessifs
  • ·         Territoire est vaste et peu populeux
  • ·         Pas de transporteur à bas prix

Il est clair que l’utilisation de vols nolisés en haute saison estivale et hivernale (et avec les touristes internationaux, on allonge cette saison car les Québécois ne voyagent en régions éloignées que de la mi-juillet à mi-août!!!) combinant les travailleurs-résidents représente une alternative réelle pour une destination éloignée à fort potentiel touristique tel que Eeyou Istchee/Baie-James, le Nunavik, la Minganie/Basse-Côte-Nord et la Gaspésie. Mais il ne s’agit que d’une partie de la solution. Les gouvernements doivent considérer des diminutions de taxes et de frais pour les destinations régionales. Plus une région deviendra accessible, plus des touristes, adeptes de courts séjours, y viendront, générant ainsi des revenus supplémentaires pour les régions et les gouvernements. C’est ce qu’une étude économique vient de démontrer avec le nouveau train Paris-Bordeaux, beaucoup plus rapide que l’ancien TGV…

Il faut aussi s’inspirer des meilleures pratiques commerciales de destinations comparables qui s’organisent mieux que nous avec une population aussi faible que la nôtre et avec de grandes distances à parcourir: Scandinavie, Australie, Nouvelle-Zélande. Voyez quelques exemples qui nous font paraître à l’âge de pierre…

1.   Les forfaits par autocar (en Australie. Wow: des promos par 1000 km parcourus et en plus échangeables auprès d’attraits ou des hôtels.  Les voyageurs veulent de la flexiblité.

2.   Les forfaits de Quantas en Australie et Nouvelle-Zélande divisés en 3 zones avec un  coût fixe par segment.

3.  Les passes en train dans tous les pays scandinaves, par exemple 8 jours de transport pour 551$ CAD.

Comme je l’écrivais en 2014 à la ministre du Tourisme dans TourismExpress: « ... il faut pouvoir offrir aux clientèles arrivant par avion à Montréal ou Québec, des formules flexibles et à grande valeur pour circuler à l’intra-Québec en avion et/ou par train, et/ou par autocar, et/ou par traversier en développant une formule  simple et efficace de transport intermodal en 2, 3 ou 4 semaines avec compagnies aériennes, autocars régionaux, traversiers et trains ».

 

Jean-Michel Perron dans TourismExpress.


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’