Passer au contenu principal

Langue de bois



La langue de bois est une expression qui décrit un discours parlé ou écrit convenu, figé, incantatoire, délivrant un message coupé de la réalité, n'apportant aucune information nouvelle...

 

En assistant, le 16 mars dernier, à un 5 à 7 de la Fondation Mérici Collégial Privé présidé par  Pierre Labrie à Québec, j’ai eu la chance d’écouter M. Colin Hunter, le président-fondateur de Sunwing (et crooner de talent) l’un des grands groupes (3 MM$ ventes en 2016) canadiens du voyage. Quel vent de fraîcheur d’entendre quelqu’un parler sans filtre, sans compromis : « ...les touristes québécois sont les champions canadiens des ventes à  rabais et des hôtels à peu d’étoiles, quoique ça migre actuellement vers le haut », « ...les syndicats grugent les entreprises de l’intérieur », « ...pour réussir en affaires il ne faut pas de partenaires, car ils siphonnent annuellement les profits », etc.  Je n’avais JAMAIS, en 43 de carrière en tourisme, entendu parler ainsi un leader aussi franchement en public.  Même si on peut ne pas être d’accord avec chacun de ses propos...

À l’aire de la transparence en tout, alors que nos sociétés occidentales en ont ras le pompon des politiciens qui nous prennent pour des cons et des entreprises multinationales sans cœur, notre industrie touristique est mûre pour se faire parler franchement. Alors que depuis des décennies, plusieurs de nos leaders touristiques des ATR, des ATS et de notre ministère entretiennent une communication sans saveur, contrôlée et trop jovialiste comparée à la réalité, on souhaite ardemment que la mise en place de l’Alliance de l’Industrie touristique du Québec innove non seulement dans notre marketing touristique, mais également dans ses façons de communiquer avec tous les membres de l’industrie et avec le public démontrant une transparence qui respecte notre intelligence et qui est nécessaire à une mobilisation générale vers des objectifs communs d’un Québec touristique performant.

Souhaitons que Martin Soucy, François-G Chevrier, Sébastien Viau et autres artisans de l‘Alliance, de qui on exige de la performance et de l’imputabilité, ne se gêneront pas pour innover vraiment. Heureusement en 2017 en tourisme, contrairement à la gestion catastrophique hivernale de l’A-13 (l’équivalent organisationnel de notre marketing touristique avant la création de l’Alliance)  on sait clairement qui est au volant. Mais innover comporte des risques. Alors, j’espère qu’ils feront des erreurs (mais ne les répéteront pas...). J’espère que des partenaires traditionnels, qui par le passé n’ont jamais osé ou su innover, seront choqués par l’originalité de certaines actions, ce qui sera bon signe, mais leur pardonneront tout de même certains échecs.  Donnons-leur et exigeons même le droit à l’erreur !  


Jean-Michel Perron dans TourismExpress.


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’