Passer au contenu principal

Innover en tourisme au Québec - une mise en marché hors-norme




Que ce soit pour votre entreprise, votre ville ou pour le Québec, mieux se vendre exige au départ de répondre aux besoins et aux attentes de vos clients potentiels, après, bien entendu, vous être assuré de faire vivre à vos clients actuels une expérience tellement satisfaisante que ceux-ci vont provoquer un marketing viral positif pour vous!

La semaine dernière, je mentionnais certains produits touristiques innovants. Que nous devions réinventer notre manière de se gouverner en tourisme, dans le développement de produits et par une mise en marché hors-norme...

Les voyageurs choisissent en priorité une destination afin de vivre une nouvelle expérience, d’essayer quelque chose de nouveau et ensuite tiennent compte du prix et de l’accessibilité aérienne, ce sur quoi je livrais l’autre jour une suggestion qui «miraculeusement» commence à se concrétiser par l’arrivée de WesJet, annoncée la semaine dernière, sur Québec et Boston de YUL. Il s’agit d’une grande avancée dans la bonne direction pour rendre le Québec plus accessible…

On a tous des compétiteurs. Le Québec doit au départ attirer l’attention de touristes internationaux comme le font des centaines d’autres destinations. Après avoir identifié nos expériences vedettes, celles qui décoiffent, par marché (ex.: États-Unis = les festivals & gastronomie montréalaise/Québec ville fortifiée européenne francophone), on se doit d’innover dans notre mise en marché. Tous les gourous du marketing touristique parlent (et avec raison) de la nécessité du mix-marketing avec ses 7Ps : Produit, Place, Prix, Promotion, People, Processus, Preuve physique. Mais au-delà des mots, comment le Québec pourrait-il innover pour rejoindre les touristes potentiels?

Allons plus loin que les nécessaires campagnes de positionnement Web/médias sociaux, magazines, salons trade, etc. comme le font tout le monde en personnalisant, par marché cible, du storytelling authentiquement québécois et latin-passionné via, à titre d’exemples, les actions suivantes :

1. Une campagne humoristique US multicanal qui défie les anti-Trump (essentiellement les urbains, nos marchés prioritaires aux USA)  de ne pas demander un statut de réfugié tellement ils vont aimer le « mur passoire » du Vieux-Québec, la présence gastronomique et culturelle de dizaines d’ethnies différentes à Montréal qui accueille plein de nouveaux immigrants, le réseau de nos parcs nationaux symbole de notre préoccupation environnementale et du réchauffement climatique, etc. bref l’antithèse des Trumperies;

2. Ententes promotionnelles récurrentes du Québec sur les planchers des 15 000 magasins contrôlés par Alain Bouchard de Couche-Tard dans le monde dont principalement au Québec, au Canada et aux  États-Unis (aussi au Mexique et en Europe). Ce sont nos marchés prioritaires!

3.  S’inspirant du Cercle des ambassadeurs de l’OTQ, créer via l’Alliance de l’Industrie Touristique du Québec avec chacune des ATRs un programme de parrainages individuels qui incite et supporte par des outils promos simples tous les Québécois à inviter sur sa page Facebook, son compte Instagram, son site Web de PME, des voyageurs provenant du hors-Québec, le tout appuyer par une reconnaissance et une promo…

4.  Se servir de la visibilité des milliers de camions québécois qui circulent tous les jours aux États-Unis et au Canada pour faire la promotion visuelle du Québec. Commençons par un projet-pilote avec la compagnie  Groupe Robert qui a toujours été à l’avant-garde dans son secteur. Imaginez, en storytelling punch, le Château Frontenac, le fjord du Saguenay, un troupeau de caribous ou une image de fête à la Montréal  circulant sur les routes de New York, Chicago, Californie…

Pourquoi pas? Osons. 


Jean-Michel Perron dans TourismExpress


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’