Passer au contenu principal

On est tous des caribous...




Anticosti, bouteilles d’eau, pollution visuelle, caribous: Gens du tourisme, tenons-nous debout!

Toi qui travaille au Centre Sheraton du centre-ville, à l’Office de Tourisme de Québec ou dans ton gîte de Magog, tu penses que les caribous du Nord ne t’impactent pas? J’ai des petites nouvelles pour toi…

 

Le 19 décembre dernier, les Cris de la Baie-James (Eeyou Istchee)  exigeaient que la chasse sportive aux caribous cesse au Québec. 48 heures après, le gouvernement du Québec annonçait que la chasse cesserait à l’hiver 2018. Pas parce que les Libéraux soient devenus écologiques, au contraire, mais parce qu’ils craignent (« respectent » pour être politiquement correct) les Cris, alors que le Québec a l’obligation légale de protéger les Caribous, sources de nourriture depuis plus de 5 000 ans dans la région. Bravo pour cette décision!

Selon les spécialistes, le troupeau de la Rivière-aux-Feuilles est passé de 430 000 individus en 2011 à moins de 200 000 en 2016. Celui de la Rivière Georges est proche de l’extermination avec 5 000 individus seulement après une pointe de plus de 600 000 individus. 


    Sur la route de la Baie-James en février dernier


Évidemment avec cette annonce du gouvernement, s’ensuivient des réactions de désaccords provenant des pourvoyeurs offrant cette chasse... Ils veulent faire un recomptage du troupeau…Ils risquent certes personnellement de perdre beaucoup mais il faut que cesse toujours la préséance de l’économique sur la Nature, ses animaux, ses plantes…Trop souvent le profit à court terme au détriment de la Nature. Il faut élever le débat, voir au-delà de nos vies. Pourtant dans la réalité, j’ai toujours rencontré les plus grands écologistes qui soient : les chasseurs et les pêcheurs mais pas cette fois-ci, il me semble… Ça fait des décennies que je suggère de développer des safaris photos aux caribous, les plus grands migrateurs terrestres de la planète… exploitons plutôt la ressource différemment!

En Amérique du Nord, on agit et après on se pose des questions, contrairement à l’Europe, qui souvent applique un devoir de précaution quand scientifiquement, ils ne sont pas certains face à un produit alimentaire ou autre situation sensible.  Avec les caribous et les bélugas du Saint-Laurent, n’attendons pas qu’il soit trop tard avant d’agir…

Avec le smog dans des milliers de centres urbains sur la planète, du bruit inouï, de la pollution visuelle et du gaspillage/saccage environnemental, avec de plus en plus d’aliments, sans qu’on le sache, provenant d’OGM, ce qui est vraiment naturel va prendre une valeur inestimable en tourisme dans les prochaines décennies. La Grande Nature, c’est notre capital, notre actif pour les prochaines générations. Le Québec, bref, va prendre une valeur incroyable si on prend les bonnes décisions aujourd’hui…

Que vous soyez athée, queer ou altersexuel, adepte du yoga chaud ou  même un supporteur de Trump, ne doutez jamais que nous faisons partie d’un tout universel. Que chacun de nos gestes à nous, humains, ou de celui des animaux et insectes, impacte tôt ou tard tous les autres êtres vivants.

Voyez cette vidéo sous-titrée en français (prenez 4 minutes de votre temps) qui explique comment la réintroduction de loups en 1995 provenant du Canada dans le parc Yellowstone a changé les rivières du premier parc national au monde…

Alors mettre en péril, par notre inaction, les caribous du Québec ne doit pas être une alternative et nous, gens de tourisme, devrions être les premiers à défendre ceux-ci ou Anticosti ou les bélugas, car chaque fois c’est un peu de nous-mêmes qui risque de disparaître sans qu’on s’en rende compte.  


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’