Passer au contenu principal

Air pur pour Chinois, déchets & écoblanchiment





Jean-Michel Perron, conseiller en tourisme chez PAR Conseils, nous présente ici une série d’articles portant sur la recherche en tourisme nordique. Il revient du 25e symposium en tourisme nordique tenu à Turku en Finlande.  


Avec le grand nombre de diplômés et de chercheurs en tourisme, les pays scandinaves peuvent se permettre des recherches très pointues telle que celle sur l’importance de l’air pur chez les touristes chinois, produite en 2016 par Tiina Takala de l’université de Lapland, que l’on voit ici en Laponie au nord de la Finlande.  


Après avoir interviewé de jeunes touristes chinois en visite dans sa région et consulté différentes recherches touchant les expériences et la satisfaction des touristes, sans surprise, les touristes provenant de la Chine apprécient l’air pur du Nord de la Finlande conjugué avec la pureté du blanc de la neige en hiver.  À cet effet, l’OMS vient de publier sa carte des pays et villes présentant les plus haut risques rattachés à la pollution de l’air :



J’ajouterais en plus de l’air et des couleurs pures des environnements nordiques préservés tel que l’on retrouve au Québec, la qualité des ciels nocturnes tel que démontrée récemment par le magazine ScienceAdvances. Même par rapport à la Scandinavie, nous offrons une visibilité nocture souvent exceptionnelle


 
Air pur, propreté, vrai ciel étoilé sont et seront de plus en plus des arguments de vente et de différenciation pour des clientèles largement urbanisées telles que les Chinois. 

Parlant de propreté, lors du symposium nordique de cet automne, la conférence du Britannique Stuart Roper de l’Université de Bardford fait un lien direct et historique entre la propreté de nos villes, l’incivilité et le mieux-être des citoyens et l’image de marque de ces villes. Ses recherches démontrent que l’image de marque d’une ville repose plus au départ sur une gouvernance éclairée que sur du marketing, que les incivilités de ses citoyens ont plus d’impacts que les lacunes physiques de la ville. Il donnait comme exemple dans les années 1970, à New York, alors que le chef de police réalisa qu’une première fenêtre fracassée sur un bâtiment provoquait nécessairement d’autres vitres brisées et qu’il fallait réparer cette première fenêtre pour éviter la détérioration d’un quartier complet. M. Roper fait un lien direct entre le mieux-être de résidents dans un quartier et les déchets que l’on retrouve sur les trottoirs, dans les parcs et les rues. Il démontre que les déchets urbains sont percus par les visiteurs comme étant en lien avec la criminalité. Enfin, il suggère qu’il en est de la responsabilité des commercants, des citoyens et ensuite de la ville de mieux se comporter et de nettoyer son environmement immédiat. Et ceci constitue une partie du mix-marketing d’une image de marque gagnante


 
En terminant, certains hôteliers atteignent le sommet de l’écoblanchiment.  Depuis des années ils sont nombreux à nous inciter à ne pas changer les draps tous les jours, à reprendre nos serviettes. Tout ça fait du sens pour l’environnement tout en sachant fort bien que pour les hôteliers, ils y voient avant tout une façon de baisser les coûts d’opération mais quand on me dit, comme ici à un Radisson Blu finlandais (par ailleurs excellente chaîne hôtelière) que je sauve des vies en ne changeant pas mes serviettes, là on charrie dans la manipulation psychologique. Pour suivre la logique, je ne les réutilise pas, je provoque la mort?  Qu’on se garde une petite gêne! 



 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .