Passer au contenu principal

Plan Saint-Laurent en tourisme : des pistes de réflexion pour le bonifier (2e partie)

Whale Jumping Above Sea Water

Plan Saint-Laurent en tourisme : des pistes de réflexion pour le bonifier (2e partie)

Un des éléments clés de la stratégie du Québec en tourisme est la mise en valeur du Saint-Laurent. Dans cette analyse succincte, le conseiller en tourisme Jean-Michel Perron, identifie deux enjeux de taille pour lequels il faut changer radicalement nos façons d’agir : les ressources humaines en région et le marketing touristique du Québec.

L’enjeu des ressources humaines en région devrait être considéré comme prioritaire pour le développement du tourisme au Québec, non seulement pour le St-Laurent mais dans toutes les régions. Le manque de ressources humaines compétentes et surtout  multifonctionnelles force de multiples attraits/activités à ne pouvoir opérer que quelques mois par année et de nombreuses opportunités d’affaires demeurent orphelines, faute d’entrepreneurs . Il faut aborder cet élément de multiples manières :

  • Former des ressources locales (lorsque disponibles) en continu;
  • Intéresser (par des incitatifs divers dont fiscaux) des travailleurs provenant des grands centres ou de l’Europe ou Afrique francophone à venir travailler en tourisme en région;
  • Les techniques ou les baccalauréats en tourisme ne suffisent pas à la réalité des régions. Il importe de former/accompagner d’actuels et de futurs entrepreneurs en tourisme d’une manière concrète et pratique sur le modèle de  l’École d’Entrepreneurship  de Beauce ou de mentorats d’une durée minimale de 3 ans.


Le marketing. Comment voulez-vous intéresser des  entreprises ou des entrepreneurs à investir en tourisme avec les faibles rendements offerts actuellement, faute d’achalandage élevé ?  Le «  Build it and they will come » ne peut fonctionner. L’approche depuis quelques années qui met l’accent principalement sur le développement de l’offre est une erreur stratégique. Certes, le développement des produits touristiques et leur mise à jour régulière sont la base mais insuffisants,  si en parallèle la mise en marché n’est pas optimisée. C’est ce que je soulignais par écrit à Tourisme Québec, la journée de la présentation du plan de développement touristique il y a quelques années…  Mais pas faire du marketing pour faire du marketing. Pas uniquement doubler le budget marketing actuel du Québec qui est de 57 M$ à 114 M$, mais bonifier (en plus de mieux se concerter) notre manière de se vendre. Cinq éléments doivent être considérés à cet effet:

  • Les Américains, notre principal marché extérieur, ne performe pas parce que les Américains, tout comme les Canadiens et les Québécois, trouvent peu différent et peu exotique le Québec. Comme je l’avais démontré en 2007 par des statistiques annuelles, les Américains voyagent plus depuis 2003 mais dans d’autres pays qu’ici. Il ne sert absolument à rien de payer plus de pub, d’acheter des mots clés, faire plus de salons ou de relations de presse aux USA et ailleurs dans le monde tant qu’on ne parviendra pas à changer cette perception du manque d’originalité. Bref, on nous trouve «  plate » et de plus, notre offre forfaitisée, avec une bonne valeur, n’est pas accessible sur le Web. La faible performance du tourisme dans la région de Québec en 2013 par opposition à la visibilité exceptionnelle de la ville de Québec dans les médias américains en 2013, tel que souligné par le consultant Daniel Gagnon, est très révélatrice de cet état de fait. Même si le positionnement/image de marque « Québec original » répond parfaitement à ce manque d’exotisme du Québec, encore faut-il livrer des expériences vraiment originales sur le terrain d’où la nécessité de faire ressortir nos éléments d’unicité. Il faut donc trouver et tester les façons de faire pour « allumer » en priorité les Américains … ;
  • Il faut forfaitiser la destination et cesser de ne faire que du positionnement. Même si on attire l’attention des clients potentiels, ce n’est pas assez, il faut qu’ils passent à l’acte de réservation.  Nos clients potentiels n’ont pas de temps à perdre à créer leurs forfaits…l’offre doit être accessible non seulement chez les réceptifs, les TO et agences en Europe, mais dans les OTA (agences en ligne, telle qu’Expédia);
  • Maximiser l’accès aérien vers le Québec. Pour rendre accessible le Québec, faut que l’Américain, le Canadien ou l’Européen obtienne un excellent rapport qualité/prix avec du choix de dates et de forfaits. Avec les principaux transporteurs réguliers et nolisés internationaux vers le Québec, il faut mieux «  packager » le Québec et faire des promotions performantes «  clé en main » qui démontrent que le Québec est accessible;
  • Le ROC et les États-Unis sont nos marchés prioritaires suivis de l’Europe dont principalement la France, UK et l’Allemagne. Pour les marchés émergents, on devrait se concentrer sur le Mexique et le Brésil, car nous pouvons nous distinguer sur ces deux marchés, plus facilement que pour la Chine, l’Inde ou la Russie… Et l’enjeu des visas pour les touristes mexicains va se résoudre probablement à la prochaine élection s’il y a un changement bénéfique de gouvernement.  
  • Toutes les destinations nordiques (comme le Québec incluant Montréal, sa porte d’entrée principale) souffrent de l’attrait du tourisme de masse qui se concentre l’été aux États-Unis pour l’Amérique du Nord et en Europe centrale pour les pays scandinaves. Autant le Québec et que les pays scandinaves performent mal actuellement l’été dans ce contexte. Une alliance concertée du tourisme nordique comme alternative au tourisme de masse centralisé au cœur des continents, devrait être conçue en partenariat avec la Scandinavie, le Canada et l’Alaska. Avec le réchauffement climatique, les destinations nordiques vont devenir dans les deux sens du terme, rafraîchissantes.  On parle ici d’une approche à moyen terme évidemment.

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

M. Arruda, comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moiun commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se referme en septembr…

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme?Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car personne ne contrôle les variables de la crise (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise.Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc, une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre.Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée, elle est cassée. Tous en co…

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale? Dans la partie II de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans la partie III, de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir – entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le tourisme. Comme l’ont affirmé à travers l’histoire de l’humanité plusieurs maîtres à penser, dont Socrate, Jésus et…