Passer au contenu principal

Airbnb, à Montréal, contribue à la crise du logement. Il faut l’interdire pour la location à court terme! – Entrevue avec Adam Mongrain de Vivre en Ville

 Il est le « directeur habitation » de Vivre en Ville, cet organisme qui participe activement, partout au Québec, au développement de collectivités viables, œuvrant tant à l'échelle du bâtiment qu'à celles de la rue, du quartier et de l'agglomération. L’organisme stimule l'innovation et accompagne les décideurs, les professionnels et les citoyens dans le développement de milieux de vie de qualité, prospères et favorables au bien-être de chacun, dans la recherche de l'intérêt collectif et le respect de la capacité des écosystèmes.

Bonjour Adam. Qu’est-ce que Vivre en Ville, dans vos mots?

Nous sommes un plaidoyer pour la création de milieux de vie prospères et dignes sans hypothéquer les ressources. Il faut apprendre à vivre efficacement et à avoir des considérations comme « Combien ça coûte habiter ces endroits-là? » et « L’efficacité énergétique et la qualité du bâti. »

On cite Vienne en exemple pour du logement abordable et disponible dans une grande ville…

Oui, effectivement, 50% des logements de la capitale autrichienne sont possédés et gérés par un OBNL municipal et à faible coût, mais il faut par contre souligner qu’ils n’ont pas une forte croissance démographique et les autres 50% paient le double… À Montréal, personne ne doit être laissé à part.

Adam Mongrain

L’hébergement touristique à Montréal, dans les dernières années, comme partout ailleurs sur la planète, s’est étendu également en dehors des hôtels classiques, avec l’hébergement qu’on nommait « collaboratif » (Airbnb, Vrbo…). Est-ce que ce type d’hébergement a un impact réel sur la disponibilité des logements/maisons à Montréal? Ailleurs au Québec?

Oui, clairement, un impact majeur. Il est démontré que les Airbnb font augmenter les prix et la valeur des propriétés, comme soutenu par une équipe de chercheurs de l'Institut économique de Barcelone. Il y a une pression d’optimiser les revenus par la location à court terme, ce qui rend indisponibles de nombreux logis pour les citoyens de Montréal et d’ailleurs au Québec.

Il semble, malgré la nouvelle loi rendant obligatoire l’enregistrement de ce type d’hébergement à la Airbnb au Québec, que la majorité des offres demeurent illégales (55,4% selon le site InsideAirbnb). Surpris de ce résultat?

Non, pas du tout. Cet outil indépendant est bien fait. Le constat est causé par la faiblesse des pénalités, des amendes qui ne sont pas suffisantes, sans compter que la surveillance est faible et les preuves sont difficiles à documenter, car l’application de la loi est rétroactive et le risque vaut le coup pour de nombreux propriétaires délinquants. Il y a plein de failles qui nuisent à l’application du règlement, sauf pour ceux et celles qui ne louent qu’une ou deux unités seulement… C’est un beau risque. Pour faire une image, on a plutôt besoin d’un radar photo au lieu de policiers qui se promènent. C’est la certitude de se faire prendre qui va décider les locateurs illégaux de se conformer. Il faut que la base de données Airbnb et la base de données CITQ se comparent en temps réel. Ce qui n’est pas le cas actuellement.

Tourisme Montréal, avec sa politique en durabilité – Destination harmonieuse – se préoccupe-t-elle de cette dimension, à votre avis?

Nous comprenons que Tourisme Montréal participe à la croissance par le tourisme. En même temps, la question des prix des logements est une menace à la prospérité collective et à la dignité humaine, ce qui fait partie des impacts sociaux de l’activité touristique. Une des conséquences est la tension qui peut faire – pour la sécurité des touristes – qu’on écarte les itinérants… Bref, cacher le problème au lieu de le régler. La solution? Comme à New York (depuis le 5 septembre 2023) et à Vancouver (avec 64 autres villes de la Colombie-Britannique, à compter du 1er mai 2024), il faut remplacer l’offre aux visiteurs de location à court terme de type Airbnb, par notre hôtellerie classique existante. Nous comprenons que ce n’est pas le rôle de Tourisme Montréal, mais celui des législateurs d’agir en ce sens et d’interdire toute location en deçà de 30 jours.

Autre considération par rapport au tourisme?

Oui. On a tous besoin d’un logement, d’une résidence; bref, d’un toit. Comme la nourriture et les vêtements, c’est la base de nos vies quotidiennes. Lorsque le prix d’un logement ou d’une hypothèque est très élevé, ça impacte le portefeuille discrétionnaire du loisir et des dépenses en tourisme.

__________________________________________

Conclusion

Merci Adam. J’en retiens deux éléments.

  1. On ne peut parler sérieusement, à titre de destination touristique, de durabilité sans tenir compte de la dimension sociale de l’impact du tourisme sur les résidents d’une ville, d’un quartier. Comme OGD/ATR, vous n’avez pas le pouvoir évidemment de légiférer, mais avez le devoir de soutenir/solliciter toute mesure qui vient augmenter la qualité de vie de vos concitoyens, sans pour autant nuire au tourisme, au contraire!
  2. Qu’attendons-nous, sur le modèle newyorkais, pour interdire la location court terme de 30 jours et moins à Montréal et à Québec, si on veut se prétendre une destination durable?


  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en