Passer au contenu principal

2+ 2 + 2 en 2 minutes, par Jean-Michel Perron #30 – Recette suisse; Ruche/MTO; Messi; YUL illimité; Bleuets et guides pratiques

 

2 inspirations – «Bravo»

RECETTE SUISSE EN TOURISME POUR ANTICIPER LES IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Horizon est le magazine suisse de la recherche scientifique. Dans ce dossier «Tourisme du futur», très bien documenté, voyez quels sont les facteurs clés de réussite. Afin de devenir plus résilient, dont par la protection des paysages et de son patrimoine local, on suggère ici de déployer la collaboration entre différents secteurs. Travailler en silos (ex.: entre acteurs du tourisme uniquement) n’est pas une avenue gagnante pour nos communautés. BRAVO!

 

MTO ET LA RUCHE: UN SOUTIEN DIRECT AUX PMEs

Combiner le sociofinancement avec une subvention de 50% pouvant aller jusqu’à 100 000$ par projet durable, c’est génial, car le support financier va directement à l’entreprise et implique de la collaboration. Ça c’est de l’innovation! Les demandes sont acceptées jusqu’au 1er juin prochain ou jusqu’à épuisement du fonds. Infos ICIBRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – «Booh»

L’ÉTHIQUE VARIABLE EN TOURISME DES ATHLÈTES : LIONEL VERSUS MARIE-CHARLOTTE

Lionel Messi, le champion du soccer, reçoit encore plus de millions, cette fois de l’Arabie Saoudite, grâce à «une campagne de sensibilisation contre les stéréotypes que peuvent avoir des touristes potentiels envers cette destination». Pays qui va remplacer sa richesse pétrolière par la richesse touristique après la dernière goutte de pétrole épuisée (déjà 100 millions de touristes avec pour objectif 150 millions en 2030, dont 70M à grande empreinte carbone). Est-ce que, comme touriste, on peut moralement ignorer le fait que la dictature d’Arabie torture, assassine ses opposants politiques et considère les femmes comme des citoyennes de seconde classe? Parlez-en à Ensaf Haidar de Sherbrooke, la conjointe de Raif Badawi, torturé, emprisonné et maintenant retenu contre son gré depuis 2012. Lionel, l’argent n’a pas d’odeur n’est-ce pas? BOOH!

À l’opposé, Marie-Charlotte Iratzoquy, 23 ans, est une championne française de ski tiraillée par sa conscience écologique «Pour skier, je dois monter de plus en plus haut. Chaque hiver, les chutes de neige se font de plus en plus rares, confie-t-elle… Je me sens égoïste de continuer à pratiquer mon sport, alors je passe mon temps à compenser sur la manière dont je consomme.» Pas de courses au supermarché, pas de «fast fashion» et elle a récemment demandé aux marques des commanditaires d’arrêter l’envoi excessif d’équipements et de vêtements. De plus, elle a décidé de concentrer sa participation aux compétitions avec moins de déplacements en avion. «À l’origine, notre sport, c’est le respect de la nature, pas sa détérioration. À un moment, tu acceptes ou tu n’acceptes pas l’éthique de ces choix-là.» Et vlan, mon Lionel!

 

YUL SANS LIMITES

Photo: La Presse, 4 avril 2024. La conférence de presse du pdg d’ADM fut perturbée par un collectif Dernière Génération Canada qui dénonce les impacts de l’augmentation de l’aérien sur le climat.

En 2023, il y avait 21 millions de voyageurs à YUL. Ce sera 36 millions entre 2036 et 2045, selon les prévisions d’ADM. «S’il veut réaliser ses grands projets de développement sans refiler la note aux passagers, l’aéroport Montréal-Trudeau devra forcément faire la place aux investissements privés», estime son PDG, Yves Beauchamp.

Deux commentaires: 1. C’est nous prendre pour des cons que d’affirmer que des investissements privés à l’aéroport vont nous éviter, comme voyageur ou contribuable, de payer plus cher pour les développements requis. 2. Si c’est ça la vision d’avenir du tourisme au Québec, de doubler le nombre de passagers en avion, alors que l’aérien est le principal émetteur de GES, autant dire tout de suite qu’on ne deviendra jamais zéro émission en 2050 et que de prétendre faire du Québec une destination durable constitue du pur écoblanchiment. BOOH!

 

2 bonnes pratiques – «Hourra»

TROIS BLEUETS, UNE TARTE!

Vous vous rappelez de ce dicton «légèrement exagéré» du Lac-Saint-Jean pour imager la grosseur des bleuets du Lac? Eh bien, il semble que les plus gros soient en Australie, selon ce reportage de la BBC. Notez que pour la bonne saveur, en général, ce n’est pas le plus gros qui est le meilleur . Ma suggestion ici est d’encourager, avec la viralité instantanée des médias sociaux, la démonstration de ce qu’on a d’unique au Québec et qui a un potentiel d’attractivité touristique. Et les Bleuets, ne vous laissez pas faire par les Aussies! HOURRA!

 

BONNES PRATIQUES EN HÔTELLERIE & RESTAURATION

L’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH) en France met à la disposition des hôtels & restaurant des guides portant, entre autres, sur les bonnes pratiques dans sa gestion de l’eau et agir vers la sobriété énergétique. Même si, avec des références à la France, les fondements sont tout à fait pertinents pour un hôtel ou un restaurant du Québec. HOURRA!

 

------------------------  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Transport & tourisme durable au Québec – Partie IV: marketing durable & communication responsable

  REM sur le pont Champlain Le transport représente les  3/4 des émissions carbone  du tourisme. Après avoir analysé l’impact de l’auto solo et ses alternatives, la nécessité pour le Québec de se doter de réseaux performants et écologiques de transport en commun régionaux et de mettre de l’avant dans nos villes des options durables de mobilité douce et durable, échangeons aujourd’hui sur la nécessaire équation entre des  transports durables  et nos façons de  se vendre et de communiquer , à titre de destination touristique ou d’entreprise en tourisme. Marketing durable [1] Il est heureusement révolu le temps où nous mesurions la performance d’une destination ou d’une PME touristique que sur la base de ses volumes (visiteurs/recettes) et de la profitabilité à court terme. On assume de plus en plus nos responsabilités vis-à-vis la qualité de vie de nos concitoyens, de nos employés et de la biodiversité qui nous entoure ou qu’on impacte par nos achats. Nos objectifs changent ( surtout en