Passer au contenu principal

2 + 2 + 2 en 2 minutes, par Jean-Michel Perron #24

 

2 inspirations – «Bravo»

CE NE SERA PAS UN BANG, MAIS UN LONG GÉMISSEMENT

(Photo : Tours Chanteclerc)

Nous sommes des grenouilles dans un chaudron d’eau qui se réchauffe jusqu’à bouillir. Sortirons-nous du chaudron avant qu’il ne soit trop tard? C’est l’image qui me vient en lisant ce texte sur ce prof Dupuy.

Face à l’urgence et la crise climatique, Jean-Pierre Dupuy – philosophe, professeur émérite à l’École polytechnique et professeur à l’Université de Stanford – propose de parler de « catastrophe au ralenti’ ou de ´longue urgence’ afin de saisir avec plus de justesse la trajectoire dans laquelle nous sommes engagés avec le changement climatique et le basculement dans l’ère actuelle de l’Anthropocène.

Il analyse la situation à partir du syndrome de l’Île de Pâques, qui montre comment les habitants de l’île ont dû s’adapter lentement, mais sûrement, à une dégradation irrémédiable de leurs conditions de vie mettant en péril la notion même de leur société humaine. Il nous éclaire sur la capacité des êtres humains à s’ajuster aux pires conditions de misère et d’oppression, mais «est-ce ainsi que nous voulons vivre?», déclare-t-il. Il revient également sur le rapport vicié que nos sociétés ont par rapport au risque et à l’incertitude et montre que la seule voie possible passe par le développement d’un catastrophisme éclairé. (Source : Bertrand ValiorgueBRAVO!

 

CHACUNE DE NOS ACTIONS COMPTE

(Photo : Jean-Michel Perron à la Société Duvetnor)

Brancher un séchoir à cheveux et toute l’Île-aux-Lièvres, magnifiquement nichée entre le Bas-Saint-Laurent et Charlevoix, risque de perdre son réseau électrique en entier! C’est un puissant symbole dans les salles de bains de l’auberge et des chalets de ce site démontrant, comme touriste ou entrepreneur.e touristique, que chacun de nos gestes, pour atténuer les changements climatiques, économiser l’énergie, diminuer la pollution ou régénérer la biodiversité, compte vraiment. BRAVO!

 

2 mauvaises pratiques – «Booh»

JANE, 89 ANS, NOUS DIT DE VOTER POUR LA PLANÈTE

(Photo : National Geographic)

Jane Goodall est la première scientifique à avoir observé et rapporté que les chimpanzés utilisaient des outils pour s'alimenter. Ses travaux ont profondément transformé la compréhension des rapports entre les êtres humains et les animaux. En 2024, avec près de 50% des humains qui peuvent aller voter, elle nous indique, face à la situation climatique actuelle, que «cette année pourrait être l'année de votes la plus importante pour le sort de notre planète». Et que selon les résultats, les impacts seront immédiats et profonds. On disait «Acheter, c’est voter!». Maintenant, c’est «Voter, c’est pouvoir changer!» BOOH ou HOURRA, selon les résultats des élections!

 

LA SCIENCE DU CLIMAT PRIVATISÉE?

Au lieu de se questionner sur notre modèle de croissance économique mondialisé et d’atténuer massivement notre empreinte carbone, le monde de la finance, les assureurs et les multinationales investissent des centaines de millions de dollars sur les données prévisionnelles climatiques, surtout celles reliées aux événements extrêmes. «Les personnes et les entreprises qui peuvent se permettre des évaluations privées des risques loueront, achèteront et établiront des maisons et des entreprises dans des endroits plus sûrs que les milliards d’autres qui ne le peuvent pas, aggravant ainsi les désavantages et exposant les plus vulnérables d’entre nous», selon l’un des principaux consultants de ce marchéle Dr Justin S. Mankin, climatologue et professeur agrégé de géographie au Dartmouth CollegeUn marché de données estimé à plus de 5 MM$ en 2027.

Déjà dans cette entrevue de CNBC de 2018, Joel Myers, fondateur d'AccuWeather, qui fournit à la fois des prévisions météorologiques publiques et des prévisions plus détaillées et personnalisées aux clients privés, a raconté cette histoire à propos de l’un des clients d’AccuWeather, la compagnie ferroviaire Union Pacific: «Nous leur avons dit qu'une tornade se dirigeait vers un endroit précis. Deux trains se sont arrêtés à trois kilomètres l'un de l'autre. Ils regardèrent la tornade passer entre eux. Malheureusement, la tornade s’est rendue dans une ville qui ne disposait pas de nos services et quelques dizaines de personnes ont été tuées. Mais le chemin de fer n’a rien perdu à cause de ces prévisions précises». BOOH

 

2 bonnes pratiques – «Hourra»

(Photo TodaysCanada)

Le «Banff Wildlife Crossings Project» (photo) a permis, avec des clôtures le long de la Transcanadienne, de diminuer de 80% les collisions entre animaux et véhicules. Au-delà de ces «passages sécurisés», plusieurs organismes comme Connectivité Écologique Mauricie se sont regroupés sous l’Initiative québécoise Corridors écologiques (IQCÉ) qui avait été lancée par Conservation de la nature Canada (CNC) en 2017. On traite ici, surtout dans un contexte rapide d’adaptation aux changements climatiques, des espèces animales et végétales qui migrent de plus en plus, pour trouver des manières de donner un coup de pouce à la nature et ainsi la préserver/la régénérer. Que vous soyez une pourvoirie, une ATR, un centre de villégiature ou une PME en tourisme d’aventures, vous pouvez jouer un rôle crucial régénératif – en temps bénévole, en argent, en préservant une partie de votre terrain – en vous joignant activement à votre organisme régional dédié à la mise en place de ces corridors au Québec. HOURRA!

 

LES GLACES ET LEUR POTENTIEL TOURISTIQUE

(Source BBC)

Notre potentiel de développement d’expériences touristiques en hiver (malgré les changements climatiques) est très élevé. Cette vidéo porte sur le lac Michigan en hiver, mais je me rappelle d’un voyage que j’ai fait au Nunavik en accompagnant le père de la nordicité (il a même inventé ce mot tout comme le mot «pergélisol»), Louis-Edmond Hamelin, aujourd’hui décédé. M. Hamelin, spécialiste des glaces, m’indiquait qu’il y a avait plus de 40 formes de glaces au Québec et me confiait qu’il adorait en faire l’interprétation aux Européens, sur le bord du fleuve à Cap-Rouge. Anecdote: étant ado, j’adorais moi aussi me promener sur les glaces du fleuve, mais un jour, un copain et moi sommes tombés complètement à l’eau avec nos manteaux d’hiver… heureusement, des personnes ont pu nous sortir de là! Bref, c’est en additionnant ce type d’interprétation de notre environnement naturel que nous saurons encore plus nous démarquer comme destination. HOURRA!

 

------------------------  

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arrivée d’OpenAI

  30 novembre 2022 : la journée où l’intelligence artificielle interpella sérieusement les métiers du tourisme OpenAI, le robot le plus avancé - accessible gratuitement à tous - va transformer le tourisme. Mon gendre français qui gère une boîte de conception de jeux vidéo à Bordeaux m’a initié à ce nouvel outil « révolutionnaire » qui va transformer nos façons de travailler et de voyager.  Certains prédisent même la fin de Google, d’autres la disparition de certains métiers. Je m’y suis inscrit le 3 décembre dernier et je fais partie du million d’utilisateurs enregistrés dès la 1re semaine.  C’est gratuit au départ, mais selon les blocs d’heures requis, différents forfaits sont offerts. Deux sections distinctes : le «  Playground   »  qui peut intégrer des applications personnalisées. Et il  y a le clavardage polyglotte  par le robot conversationnel - ChatGPT - très rapide et efficace (malgré des erreurs spécifiques telles qu’indiquer la présence de restaurants Michelin à Montréal ou

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Devenir une icône touristique, quelle est la recette magique ? 3 nouvelles icônes en 2022 à Montréal, au Massif et à Saint-Faustin

  Tout le monde le sait, une de nos forces au Québec, c’est la créativité. Alors laissons-la s’exprimer et supportons-la financièrement.  Plus il y en aura, plus le Québec dans son ensemble sera perçu comme une destination originale à  découvrir. Car, en tourisme, depuis les temps immémoriaux, il  y a deux valeurs universelles menant à la réussite et qui ne changent pas: l’accessibilité et l’unicité .    Saluons ces 3 nouveaux lieux emblématiques  qui sauront attirer les visiteurs, je vous le garantis. Si j’avais à gager un bitcoin, ce serait sur chacun d’ eux.   L’ Anneau de Montréal « Land art » urbain, de jour et de nuit. 50 000 livres, 90 pieds : prouesse technologique (chauffante l’hiver, suspendu dans les airs)  mais surtout une signature architecturale originale en plein centre-ville marquant le retour à une vie plus normale post-covidienne dans le secteur de Place Ville-Marie.  Construite à Trois-Rivières (vous voyez, Montréal a besoin des régions !). «  Ce nouveau symb