Passer au contenu principal

Aussi essentielles qu’un site Web : bornes électriques et certification

 
(photo : hôtel Nomad)

Ne pas avoir de bornes, ni de certification pour les hôtels et certains attraits dans les 2 prochaines années, sera comme ne pas avoir de site Web ! 

Lorsqu’en 1995, mon entreprise (Kilomètre Voyages) mis en place l’un des premiers sites Web en tourisme au Québec (100 pages), je m’intéressais à une nouvelle tendance sans réellement me douter de toute la portée à venir de l’internet, comme je l’avais fait d’ailleurs avec les premiers téléphones portables peu intelligents dans les années’ 80, tellement gros qu’on développait de la musculation juste à les transporter…

 (Nokia Talkman 1985)

 

Bornes de recharge électriques : déjà une valeur ajoutée pour le Québec

    (photo : Bornes sur la route de l’Abitibi. NY Times, 22 septembre, 2022.)

 Le mois dernier, un journaliste en Mustang électrique — Jack Ewing du NY Times — a testé notre réseau de bornes électriques (le Circuit électrique : 3400 bornes publiques) des États-Unis jusqu’en Abitibi pour visiter une mine de lithium. Il fut fort impressionné. Coût : 63,79 $CAN soit le tiers d’un véhicule à essence. Nous avons au Québec 150 000 autos électriques versus 113 000 dans l’état de New York avec la moitié moins de population et deux fois plus de bornes de recharge rapides.

Avec le plan multimilliardaire du président Biden pour encourager l’achat d’autos électriques et le déploiement d’un vaste réseau de bornes américaines, il m’apparaît évident que nous partons au Québec, en tourisme, avec une avance intéressante à faire connaître sur notre marché prioritaire américain.

Dès que j’obtiendrai enfin mon véhicule électrique commandé depuis 18 mois, mon premier critère de sélection d’un hôtel au Québec sera la disponibilité d’une bonne de recharge électrique. Pas nécessairement très rapide (surtout pas selon les fabricants). L’approche concrète et à coût de mise en place raisonnable de l’hôtel Nomad à Québec (niveau 2 — connecteurs SAE-J1772) est un bel exemple. Avec les subventions et l’application de gestion québécoise Smart-Home, le coût par borne tourne autour de seulement 1000 $.

Les établissements d’hébergement sont les premiers concernés mais les attraits/activités avec plus de 2 heures sur place ont tout intérêt à s’y intéresser. Et des bornes pour vélos et motoneiges électriques sont aussi à planifier.

 

Certification en tourisme durable

Les agences virtuelles (Expedia, Google Travel, Booking.com, etc.) catégorisent déjà les hôteliers «  verts », ce qui fait que seuls les établissements ayant démontré leur sérieux en durabilité sont présentés aux internautes recherchant des hôtels durables… et les autres, vous allez demeurer absents des résultats de recherche. La plupart de ces intermédiaires produisent une liste de certifications reconnues. Une certification crédible, au minimum, exige un audit externe récurrent auprès de l’entreprise. Ce qui n’est pas le cas encore pour Clé Verte aux dernières nouvelles, pourtant le label hôtelier au Québec le plus populaire. En tourisme, l’organisme GSTC est le certificateur des certifications scientifiquement reconnues.

Connaissant le temps et le sérieux à consacrer à l’acquisition d’une certification reconnue, ce n’est pas fait pour tout le monde et un support externe professionnel est généralement recommandé. L’autre solution pour nos PMEs touristiques : développer une certification nationale, style «  Tourisme durable Québec » sur le modèle de la Finlande et bientôt de la France, avec un tronc commun pour tous les types d’entreprises touristiques et aussi reconnue par GSTC…. l’objectif au final c’est de reconnaître les entreprises vraiment durables et faciliter la vie aux touristes afin qu’ils se retrouvent dans la pléiade de labels et de certifications plus ou moins crédibles.

 

Jean-Michel Perron 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées