Passer au contenu principal

Mes nouveaux héros & héroïnes : Geneviève, Bruno, Antoine et Laure !

 

En écoutant ces leaders du monde municipal et de la mouvance citoyenne qui rejettent la politique des «  petits pas » pour la transformation nécessaire de notre société , je me demande si notre tourisme participera pleinement au changement ou sera seulement en réaction à celui-ci ?

Notre société par ses citoyens et ses municipalités provoque le changement malgré le manque de conviction de Québec et d’Ottawa de s’engager sérieusement à transformer durablement nos façons de vivre et de développer le Québec.  

De notre côté, il faut avec le ministère du Tourisme du Québec et DEC en concertation avec l’Alliance de l’industrie touristique du Québec et Tourisme durable Québec — toutes des entités déjà engagées en durabilité — trouver une façon concertée, efficace et optimale de faire cheminer les dossiers à prioriser en tourisme québécois afin d’avoir des destinations et des entreprises prospères, résilientes et compétitives. Pas sur un horizon de 10 ans, petits pas, par petits pas, mais maintenant et concrètement: l’urgence climatique, la pollution et la perte de notre biodiversité le commande. On manque de RH en tourisme, mais on a des compétences et des gens de conviction, alors soyons stratégiques : partagerons-nous le travail et ça presse !

«  Dans ce combat contre la menace climatique, les gouvernements de proximité que sont les municipalités du Québec doivent jouer un rôle primordial. Et monsieur Charette, savez-vous quoi ? Les Villes veulent en faire plus. Comment ? En aménageant chaque territoire de manière à protéger les milieux naturels ainsi que les terres agricoles, tout en limitant l’étalement urbain. En densifiant chaque milieu de vie. En déployant des services de transport collectif accessibles à l’ensemble des citoyens. En concevant autrement nos infrastructures et nos bâtiments municipaux, notamment. Nous sommes face à un mur étant donné la façon dont nous nous sommes développés dans les dernières décennies. Force est d’admettre que nous devons nous transformer rapidement. Moi qui suis une adepte des petits pas, je suis consciente que ce ne sera pas suffisant…. »-  Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet, Préfète de la MRC Nicolet-Yamaska

« L’époque où les villes prospéraient tous azimuts en imposant leur béton sur la nature doit appartenir au passé, et vite, selon le maire — et selon le GIEC, précise-t-il. Il y a des moments où nous ne pouvons plus nous taire. Tous les gens qui ont envie qu’il y ait une transformation doivent prendre le bâton de pèlerin à la hauteur de ce qu’ils sont capables de faire….Nous ne pouvons plus penser nos municipalités de la même manière : il faut partager, affirme-t-il en entrevue éditoriale avec Le Devoir. Il faut être en mesure de dire que dans une région donnée, nous avons besoin de seulement trois parcs industriels. Nous n’en ouvrirons pas six : nous allons en ouvrir trois et nous allons partager les revenus. » - Bruno Marchand, maire de Québec.

 «  Les plus récents discours en lien avec le prolongement du métro de Montréal et le tramway de Québec laissent de nombreux maires et de nombreuses mairesses en dehors de ces grands centres sur leur appétit et je crois qu’il est temps pour le gouvernement de stimuler l’innovation environnementale et le développement durable dans chacune des régions du Québec. À Victoriaville, nous sommes prêts à être ce leader, ce modèle de ville innovante, circulaire et dynamique et à nous assurer que le développement durable au Québec soit plus qu’une ligne de métro ou qu’un tramway. Nous le devons aux générations à venir. » - Antoine Tardif, maire deVictoriaville,  ville qui est le leader « historique » au Québec du développement durable.

«  Malgré la 6e vague de COVID-19, les jeunes ont repris la rue tous les vendredis pour réclamer un virage environnemental et social. Dimanche dernier, une longue chaîne humaine s’est formée pour protester contre le projet industriel Ray-Mont à Montréal. À Québec, la salle était comble pour appuyer le tramway. À Manawan, des Autochtones bloquent des coupes forestières. Tous les dimanches, des Mères au front et leurs enfants font un sit-in devant le bureau de François Legault à Montréal… »-Laure Waridel, citoyenne, mère et activiste

Ce vendredi, c’est le Jour de la Terre. Ayons une pensée pour notre avenir et celui de nos enfants, mais surtout agissons ensemble, maintenant.

 

Jean-Michel Perron

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées