Passer au contenu principal

Bill tu nous Gâtes !

 

 

« Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates

Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021.

La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. . Sans compter l’usage de son jet privé fonctionnant pourtant au biocarburant. 

Il pourrait se la couler douce, mais il met plutôt son cerveau de joueurs d’échecs de haut calibre au service d’une cause, celle qui nous concerne tous : les changements climatiques.

Maintenant, ce qu’il en dit ?

1.       Il faut passer de 51 milliards de tonnes de Gaz à Effets de Serre (GES) émises annuellement à zéro en 2050 sinon…

2.       Décarboniser les transports et la production électrique sera relativement facile car les solutions technologiques sont là : solaire, éolien, batteries pour autos électriques ; biocarburants pour les avions et les camions (aussi l’hydrogène pour les véhicules lourds et même les avions)

3.       À cause de l’instabilité en approvisionnement et en capacité d’accumulation de réserves de l’éolien et du solaire, le nucléaire sera requis pour produire de l’énergie. Au Québec nous avons non seulement le privilège d’avoir l’hydro-électricité, mais nous avons également la capacité de gérer nos inventaires par les vastes réservoirs.

4.       Là où nous devons investir en R&D avec le support des gouvernements, c’est dans la création de nouveaux processus industriels dont la fabrication du ciment, de l’acier et des fertilisants, car nous n’avons pas la technologie actuellement et c’est le secteur sur la planète — le manufacturier — qui avec 31 %, impacte le plus en GES.

Graphique du portrait mondial des sources de GES. Au Québec, c’est le secteur du transport qui représente la source principale de GES avec près de 50 %.

Un des internautes mardi soir lui a demandé quoi faire comme individu ?  Réponse de Bill :

1.       Influence le politique de ta région et convaincs ton entourage de l’urgence d’agir

2.       Comme consommateur, responsabilise-toi (autos électriques, moins de viande, etc.)

3.       Comme employé, suscite les changements dans ton entreprise

Et le tourisme dans tout ça ? Bill prétend que la solution n’est pas nécessairement dans la diminution des transports, mais sa transformation. Comme industrie touristique québécoise, dans le contexte où ce sont les transports la principale source de GES au Québec et que le tourisme intrinsèquement nécessite du transport, nous devons participer à la transition par les véhicules électriques (auto, motoneige, quad), les autocars et avions à hydrogène ou biocarburants, au transport collectif par autocars touristiques de Montréal et de Québec vers les régions avec autos électriques partagés à destination dans toutes les régions du Québec, etc.   Évidemment le ciment et l’acier vert préconisé par Bill n’existent pas encore, mais on a le bois comme alternative écologique dans nos constructions touristiques. Nous devons nous aussi imaginer l’avenir proche.

Échec actuel dans la rapidité de notre transition nécessaire, mais loin d’être « échec et mat ! »

 

Jean-Michel Perron


 

 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’