Passer au contenu principal

Suggestions pour la relance

Relance du tourisme annoncée hier le 11 juin ?

Je limiterai mes commentaires sur les incitatifs auprès des Québécois.

1. Forfaits avec Explore Québec vont fonctionner si les forfaits sont disponibles avant la fin de l'été; s'il y a en plus que 100 différents avec des expériences variées, s'il y a vraiment un rabais de 25%; si les forfaits correspondent aux intérêts des Québécois et si la capacité est là de livrer du volume. Les forfaits des autres titulaires de permis restreints d'agent de voyage (tourisme d'aventures, pourvoyeurs, ATR) auraient dû également bénéficier d'un rabais de 25%.

2. Réduction sur les attraits jusqu'à 40%: si la procédure est simple et si le choix d'attraits est vaste, ça va très bien fonctionner. 

3. SÉPAQ à 50% + 1 nuit de camping: ils ne pourront pas répondre à la forte demande. Les parcs régionaux du Québec auraient dû faire partie de cette promotion.

Je demeure convaincu qu'un crédit d'impôt pour tous les touristes aurait eu un impact beaucoup plus fort. Les gens peuvent comprendre sa valeur même si ce n'est pas immédiatement lors de l'achat. Au moins, ce serait vraiment 10,%, 15% ou 25% de réduction des séjours payés peu importe pour quels fournisseurs touristiques. Les entreprises en tourisme qui ne seront pas sélectionnées par les agences de voyage qui créent les forfaits ne verront aucun impact de cette prormotion du gouvernement...

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le tourisme n’est pas de la coiffure !

  M. Arruda,   comme c’est vous et votre équipe qui décidez des étapes du déconfinement, permettez-moi     un commentaire. Avec votre annonce de l’ouverture prochaine des salons de coiffure, des centres dentaires et même des commerces dans la zone « chaude » de Montréal alors que la très grande majorité des entreprises touristiques demeurent fermées, sans aucun calendrier pour leur déconfinement en ce 21 mai - contrairement à la majorité des pays occidentaux- , je me questionne en quoi   le risque sanitaire des PME touristiques des régions est plus élevé qu’un commerce sur le boulevard Saint-Laurent ? Mais surtout, savez-vous qu’en novembre, les pourvoiries, les producteurs en tourisme d'aventures, les campings et les marinas seront fermés alors que les salons de coiffure seront toujours ouverts ? Le tourisme des régions est hautement SAISONNIER contrairement à la majorité des autres secteurs économiques. Il   y a une fenêtre d’opération qui débute dans quelques jours et se re

De quoi sera fait notre tourisme?

De quoi sera fait notre tourisme? Faire un exercice d’anticipation en tourisme dans le contexte actuel est risqué, car p ersonne ne contrôle les variables de la crise  (durée réelle de la vague, une seconde vague à venir?, profondeur de la crise économique, certificats d’immunité?, date d’arrivée des vaccins/médicaments), mais je me lance tout de même afin de contribuer humblement à une éventuelle sortie de crise. Plus le confinement, mais surtout l’absence de vaccins se poursuivent, plus les changements comportementaux dictés par la peur et/ou la prudence des touristes seront profonds et permanents, même longtemps après la fin de la pandémie. D’ailleurs, après la pandémie, ce sera probablement l’endémie. Donc,  une crainte de retour viral permanente sous une forme ou une autre . Le choc est certes brutal, inédit depuis le début du tourisme de masse arrivé juste après la seconde guerre mondiale. La ligne de croissance des voyageurs internationaux n’est pas brisée,  elle est cassée . To

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris