Passer au contenu principal

Trop c'est trop !


Source:   TourismExpress



Barcelone, Islande, Vieux-Québec, même défi.

Ça fait drôle de parler d’avoir trop de touristes, alors que le Québec a tellement de disponibilité et de potentiel de croissance. Mais il faut dès maintenant songer comment faire pour trouver un équilibre si on ne veut pas être confronté un jour à ce que vivent aujourd’hui l’Islande et Barcelone. Le tourisme de masse est contraire à la recherche de l’authenticité et du contact personnalisé en symbiose avec la culture locale; ce que veulent pourtant de plus en plus de visiteurs. 

 

Les astres sont tous alignés (taux de change, Trump, 375e, Europe insécure, Mexicains sans visa, Trudeau populaire à l’étranger, etc.) pour connaître une année record en 2017 autant sur les marchés internationaux que québécois. Serons-nous aptes à livrer la marchandise? Maintenir une qualité d’expérience forte pour chacun des visiteurs si on veut surfer sur cet afflux et se faire du marketing viral positif qui rapportera à moyen terme? 

Il y  avait 187 hôtels à Barcelone en 2000, aujourd’hui 466, en plus de 10 000 appartements légaux et autant illégaux. 8,3 millions de visiteurs, 20 millions de nuitées pour une population de 1,6 million. La mairie limite les nouveaux hôtels, elle a donné en novembre dernier une amende d’un million de dollars à AirBNB et Homeaway et de nombreux citoyens descendent dans la rue pour protester contre le tourisme de masse.

Comme en Islande ou dans le Vieux-Québec, les jeunes résidents n’ont plus les moyens de louer ou d’acheter un appart ou une maison, les commerces de proximité disparaissent au profit des boutiques pour touristes, les prix montent, les quartiers perdent de leur saveur locale... bref, c’est la «Disneyfication» de la destination

Du côté de l’Islande, même s’ils n’ont pas encore un seul McDonald, en 2017, il y aura 7 fois plus de touristes que la population locale qui s’en réjouit mais s’en inquiète en même temps avec les prix qui grimpent, l’accès à la propriété rendu plus difficile, le trafic, la pollution accrue, la qualité des expériences à la baisse, etc. Le tourisme, c’est l’industrie #1 d’exportation, le plus gros employeur du pays. Leur stratégie mise en place depuis 2010 fonctionne mieux que prévu: étendre la haute saison touristique par l’hiver, promouvoir les régions et allonger la durée de séjour. Ils songent même à développer, pourtant un si petit pays, deux aéroports internationaux en région, afin justement de mieux répartir le nombre de visiteurs... Alors que de notre côté, Tremblant, il y a quelques années, a eu toutes les misères du monde pour obtenir un service de douaniers... Les deux démarches actuelles au Québec sur l’accessibilité aérienne en régions (Société du Plan Nord et l’UMQ/UQAM) devraient aussi dès maintenant s’y pencher... Rendre accessible les régions passe par une ou deux portes d’entrée internationales en dehors de Montréal, Québec et Tremblant... Ce sera de moins en moins vrai dans l’avenir que tous les visiteurs internationaux au Québec voudront nécessairement visiter Montréal et Québec.

Bref, Il y a une limite à la croissance qui peut très bien, à terme, provoquer un déclin de l’industrie touristique locale ou nationale. La situation à Barcelone démontre aussi l’importance légale de planifier son développement touristique par le gouvernement local, qui ne se gêne pas pour sévir si nécessaire. Même si ça déplait à certains commerçants qui ne se rendent pas compte qu’ils se tirent une balle dans le pied en faisant un développement touristique non durable...


Jean-Michel Perron dans TourismExpress

 


Commentaires

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

12 inspirations en tourisme durable au Québec

  Il y a deux semaines je vous parlais de destinations internationales inspirantes en durabilité , en nouveau tourisme. Aujourd’hui, regardons ce qui se fait ici au Québec. Je n’ai pas la prétention d’avoir fait l’inventaire exhaustif de ces individus et de ces entreprises touristiques fermement engagées dans une transition durable, mais ces 12 organisations/personnes sont définitivement inspirantes. Pour retrouver nos principaux leaders engagés en durabilité, les membres de la nouvelle organisation Tourisme durable Québec — près de 200 — en constituent la base.   1.     Monastère des Augustines : la poursuite d’une mission historique   !   Dans le Vieux-Québec, un des grands leaders de la transition durable au Québec. Les dernières Augustines encore vivantes à Québec ont de quoi être fières. Premier hôpital en Amérique du Nord — l’hôtel Dieu — (1639), cet hôtel concept poursuit la mission vers une santé globale. Les actions en durabilité sont exhaustives et se déclinent dans l

Destinations Finlande, Hawaï et Norvège : d’une approche client à une approche résident !

   Le collier «  Lei », symbole du nouveau tourisme hawaien Un virage à 180 degrés dans le développement et la mise en marché du tourisme. Alors que nous sommes, après deux ans, enfin à l’aube d’une véritable relance en tourisme passant du stade de pandémie à endémie ; Alors  que pour assurer cette relance touristique, l’enjeu des ressources humaines EST la priorité #1 à court terme. Sans RH, il ne pourra y avoir également une transformation déterminante de notre tourisme face aux changements climatiques, notre défi existentiel à tous. Des entreprises, des destinations, des organisations et des individus convaincus de l’avenir durable du tourisme agissent et se transforment. Aujourd’hui, parlons de trois destinations très engagées qui décident de se transformer pour le mieux.    Chacune fait le pari que l’expérience des visiteurs sera bonifiée et les recettes touristiques maintenues même si elles exigent des visiteurs de respecter le mode de vie local et d’agir responsablement . Ici a

Contact Nature : modèle d’une entreprise durable !

                                                                                    Marc-André Galbrand Entrevue avec cette entreprise saguenéenne, leader du tourisme durable au Québec. «   Le tourisme peut être un vecteur très positif mais est devenu sur la planète uniformisateur : moins de rencontres de sens, moins de diversité. Il faut plutôt s’assurer d’apporter des impacts positifs…   ». Marc-André Galbrand, le DG, donne d’entrée de jeux la philosophie de cette entreprise fondée en mai 2008 avec quatre entités qui se fusionnent alors :  l' Association des pêcheurs sportifs de la Rivière-à-Mars ; l e camping Au jardin de mon père ;  l e centre plein air Bec-Scie ; Okwari aventures. Et il rajoute : «   J’espère que le tourisme ne va pas revenir comme en 2019   ». Je ne connais aucune autre entreprise en tourisme au Québec aussi engagée dans un véritable tourisme durable en osmose avec les leaders du secteur de la planète. Un point commun de toutes ces organisations engagées