Passer au contenu principal

Histoires racontées...

 




L’histoire racontée, le «storytelling» comme outil de mise en marché. Toutes les pubs efficaces que vous voyez à la télé ou sur Internet racontent une histoire.

 

Vous êtes un attrait touristique, un hôtel, un événement, une boutique, une ville ou une région. J’espère que dans votre mise en marché, vous ne vendez pas un billet, une chambre ou la variété de vos produits, car si c’est le cas, vous perdez votre temps! Les consommateurs, dont les touristes, ne veulent pas se faire vendre un bien ou un service, ils veulent vivre des émotions à travers d’autres personnes. Et vous n’avez besoin que d’un peu d’imagination et de votre téléphone intelligent pour raconter une histoire qui fait réagir, fait vendre par le bouche à oreille, le marketing viral. Et c’est un bonus, si vous avez de vrais «personnages», des hommes et des femmes «typés» (on dit «character» en anglais) pour raconter une histoire avec pour fond de scène ce que vous avez à vendre. J’en connais dans les 22 régions du Québec, de ces personnes, vous en connaissez sûrement vous aussi… Ça peut être aussi de vos clients qui se racontent à travers votre produit telle que la technique ici présentée avec efficacité tout en remettant en question les approches marketing usuelles... Et vous vous racontez une historie à vous-mêmes, si vous sortez l’excuse de ne pas avoir assez d’argent pour le faire…

Pour être performante en tourisme, une histoire racontée :

·         Doit être vraie, avec des sentiments, de la passion;

·         Ne pas faire de vente directe;

·         Fait sortir le touriste potentiel de son ordinaire, de son quotidien;

·         Présente un monde spécial et excitant (Wow!);

·         Dans un environnement sécuritaire et contrôlé;

·         Où le touriste pourra observer, participer, même être un autre ou jouer un rôle pour quelques heures ou quelques jours avant de revenir à son quotidien  après le voyage.

La sortie récente de l’évocatrice vidéo «Room with a view» sur le Québec est un bel exemple d’histoire racontée spectaculaire et originale. Évidemment, on parle sûrement dans ce cas-ci d’un budget de plus de 100 000$... mais vaut mille fois mieux pour le Québec une vidéo percutante de cette qualité que 10 placements réguliers de positionnement à 10 000$ chacun...

On est enfin sur la voie de reprendre notre retard en tourisme par rapport aux autres destinations et autres secteurs économiques du Québec. Pour vous inspirer, voici quelques histoires bien ficelées… je n’ai pas trouvé d’histoires racontées en tourisme de PMEs au Québec, ce qui est surprenant et représente toute une opportunité pour vous, les PMEs allumées mais avec petit budget, surtout qu’il existe des applications pour aider à présenter son histoire racontée telle que Steller!

·         Pourquoi les histoires racontées? Costa Rica

·         Comment vendre une expérience autochtone en plein air? Sentier inca au Pérou

·         L’impact de la gentillesse:  Life Vest Inside de 2013

·         Le rythme avant la naissance: Cadbury

Et vous, quelle est votre histoire à raconter ? 


Jean-Michel Perron dans TourismExpress. 

 


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Nouveau tourisme: partie I: Constats & accélérants

  Le tourisme est imbriqué dans l’ensemble des activités humaines de notre société. Dans ce premier volet de 3 textes, regardons où nous en sommes actuellement sur notre planète. Qu’est-ce qui est sur la table? Ce qui a changé depuis l’arrivée de la pandémie? Quelles sont les pistes de solutions globales pour sauver la présence humaine sur Terre, à tout le moins une qualité de vie minimale?  Dans la partie II  de cette trilogie, je traiterai des objectifs à se donner en tourisme au Québec et dans  la partie III , de quelles façons s’y prendre concrètement. Notre tourisme doit se transformer. Nous avons tous une opportunité, un devoir –  entreprises, associations, agences, gouvernements, communautés  – de repartir le compteur à zéro en faisant mieux pour la planète, nos milieux de vie, nos familles et nos voyageurs. Voyons cette crise comme une opportunité unique de réinventer le touris

Nouveau tourisme: partie II RÊVER MIEUX

  « Les oiseaux nés dans une cage pensent que voler est une maladie.»  -  Alejandro Jodorowsky En ces temps prévaccins/médicaments COVID, dans le contexte d’un modèle économique ayant dépassé ses limites moralement acceptables et la crise provoquée par les changements climatiques, que devrions-nous et que pouvons-nous faire? Le tourisme au Québec se compose de multiples réalités. Il y a,  entre autres , ceux et celles dont les salaires de décideurs en tourisme ne dépendent pas de la santé financière des PME (DG d’associations, hauts fonctionnaires, etc.) et il y a de nombreux entrepreneurs qui risquent leur carrière, leur portefeuille et leur équilibre tous les jours, ces temps-ci. Ces groupes veulent revenir à la normale de 2019. Les premiers ne voient pas l’urgence de se réinventer MAINTENANT face aux changements du comportement des touristes – et encore moins face à la menace climatique – et les seconds recherchent essentiellement des soutiens financiers à court terme. Or, dan

Plaidoyer pour le tourisme

  La crise actuelle révèle l’importance relative de notre secteur. Loin derrière la santé, l’éducation et l’agriculture, COVID-19 permet de constater que le tourisme n’est pas un service essentiel . Et avec raison dans cette perspective. On peut vivre tous les jours sans voyager et on va survivre mais il nous faut se nourrir, se vêtir, avoir un toit, se garder en santé et assurer l’éducation de nos enfants.   COVID nous met cette réalité en plein visage : les interventions d’urgence de nos gouvernements, donc de notre société  depuis mars dernier et encore aujourd’hui, ne priorisent en rien le tourisme malgré que nous soyons le secteur le plus affecté en terme de pertes d’emplois et de revenus, toute proportion gardée. Nous tous, comme industrie, avions fait des gains importants depuis quelques années afin d’être reconnus en tant que secteur majeur dans l’économie du Québec et du Canada. Aujourd’hui, nous sommes ramenés à la réalité des priorités sociétales en période d’urgence. D’