Passer au contenu principal

Pensées du Jour: d’Olympe à Arrival




La meilleure décision du maire Labeaume fut de ne pas s’embarquer dans l’aventure olympique à Québec. Ne soyons pas les dindons de la farce comme payeurs de taxes: la grande majorité des Olympiques n’ont pas été bénéfiques au secteur touristique, selon de multiples études d’impacts. Certes, ce serait bon pour notre égo et le CIO, mais trop faible ROI pour une destination. Vivement les autres événements sportifs internationaux!

 

L’avantage d’avoir un gouvernement libéral et une ministre du tourisme stables, c’est qu’il n’y a pas de tournées en régions d’un nouveau ministre pour prendre comme d’habitude le «pouls de l’industrie touristique»... à force de se le faire prendre, on se croyait malade.

Qu’attend-on pour solliciter les 15 millions d’Américains de souche francophone & québécoise afin d’effectuer un pèlerinage «sacré» vers leurs origines au Québec, tel qu’Hillary Clinton, Angelina Jolie (petite-fille de Rolland Bertrand) et Madonna? Tout un marché de niche! Je veux bien être le guide généalogique de Madonna et d’Angelina. Plus on vieillit, plus on s’intéresse à ses origines. Lisez le témoignage récent de Thomas Jacques, du Michigan.  

Comme pour le projet de passerelle aérienne à Sherbrookecréer un nouvel attrait d’intérêt touristique part souvent d’éléments qu’on possède déjà: la nature, la ville, et même du mimétisme miniature comme ici en Suède.

 

    Source : BBC, 9 décembre 2016


Pour moi, 12 est le chiffre magique en tourisme. Nombre idéal pour une dynamique de groupes guidés; la réglementation maritime change pour les 12 passagers et moins; le zeppelin dont je vous parlais récemment offre 12 places, le minibus Sprinter a 12 places, le tourisme gravite autour des 12 mois de l’année et... il devrait y avoir 12 ATR au lieu de 22!

Le succès de la télésérie sud-coréenne Goblin à Québec et les scènes principales du film Arrival captées près de Rimouski apportent enfin un espoir de voir le Québec bénéficier de l’impact de séries ou de films à large diffusion, comme l’ont vécu de multiples autres destinations à travers le monde. Nos bureaux du cinéma qui réussissent à mettre de l’avant nos paysages urbains ou naturels sont de grands ambassadeurs pour le Québec touristique. Encore faut-il que les destinations surfent sur cette notoriété temporaire... Et les séries ne sont pas tous bonnes, malgré leur fort potentiel, comme la nouvelle série Frontier, qui se passe à la Baie-James au XVIIIe siècle…

En terminant, le tourisme, c’est comme la vie en couple: après 10 ans, on pense avoir tout vu, on peut penser que ce serait meilleur ailleurs, mais on réalise après un certain temps qu’on a tout entre les mains pour être heureux.  


Jean-Michel Perron dans TourismExpress.


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Tourisme 2021 : statut sur les prévisions et les tendances

  I l y a une certitude pour 2021 : dès que les gens seront vaccinés avec en bonus des médicaments éprouvés, l’intérêt pour le voyage se transformera en réalité. Voyages d’agrément suivi des voyages d’affaires. Québécois au Québec comme en 2020, suivi des Canadiens au Canada et selon notre gestion des frontières et d’ententes internationales, enfin viendront les touristes internationaux. Voici quelques données et tendances colligées par trois journalistes du New York Times, le 22 décembre dernier. Seul commentaire/ajout de ma part : la prise de conscience des voyageurs et de multiples entreprises touristiques en regard des enjeux du tourisme durable (changements climatiques, pollution, perte de la biodiversité, etc.) deviendra, et heureusement, une tendance lourde cette année.:   1.        Preuve de vaccination pour prendre l’avion. Il n’y a pas encore une norme unique de contrôle en place, mais des pays (comme Israël, le champion actuel du vaccin) le font déjà et des compagnies

Je voudrais qu’on soit Hawaïens ! Ou la sagesse de choisir un nouveau tourisme

      «  Malama Hawaii Experience  » d’Outrigger Hotels and Resorts comprend une activité d’écovolontourisme dans la réserve naturelle privée de Kualoa Ranch. Crédit photo : Outrigger Hotels and Resorts.  Certains rêvent pour échapper à la réalité,  d’autres rêvent de changer la réalité     -   Soichiro Honda   Aujourd’hui, une majorité de résidents (65 %) , d’entreprises touristiques avec le support de l’Hawaii Tourism Authority — qui est l’une des destinations touristiques les plus populaires de la planète et très dépendante économiquement du tourisme —, toutes ces parties ne veulent pas recevoir à court terme les touristes. Plus étonnant, ils ne souhaitent vraiment pas revenir au tourisme d’avant COVID  !   Nous, au Québec, rêvons plutôt de revenir en février 2020, dans le monde d’avant. Oublier cette «  parenthèse  » de crise sanitaire mondiale. Nous surfions allègrement sur la vague d’une croissance infinie du tourisme. Les dernières années furent remarquables relativement

Bill tu nous Gâtes !

    « Régler la crise actuelle de la pandémie sera “très très facile” à comparer aux changements climatiques » — Bill Gates Ce qu’il nous faut dans les prochaines années, ce sont des Bill Gates qui apportent des solutions pour éviter l’effondrement de nos sociétés telles que nous les connaissons. J’ai assisté mardi soir en direct de New York à une première rencontre d’une tournée mondiale avec Bill Gates, le 4è personne la plus riche de la planète. Il lançait son nouveau livre «  How to Avoid a Climate Disaster  ». C’est le même Gates qui tenta en 2015, en vain, de nous alerter sur le risque élevé de pandémies dans le futur… On a mis un Gates au monde, on devrait peut-être l’écouter ! chanterait Harmonium en 2021. La communauté scientifique semble respecter les idées de l’auteur qui se dit lui-même un messager imparfait dans ce domaine. , mais en même temps il y a critique sur la solution nucléaire et son angélisme envers les grands pollueurs actuels que sont les pétrolières. .